Sa peau pourrit après avoir été léché par son chien

4811
© Naomi Mader, European Journal of Case Reports in Internal Medicine

[ Publié / Modifié il y a

Patient bizarre : sa peau pourrit après avoir été léché par son chien
Les doigts nécrosés du patient atteint de purpura fulminans. © Naomi Mader, European Journal of Case Reports in Internal Medicine
Aujourd’hui dans Patient bizarre, le cas d’un homme qui contracte une infection grave après avoir été léché par son chien. Une histoire extraordinaire à découvrir sans attendre.
À l’hôpital de Brême, en Allemagne, un homme de 63 ans se présente aux urgences. Depuis trois jours, il souffre de symptômes grippaux et de difficultés respiratoires. Mais ce qui l’a décidé à venir consulter, c’est l’apparition d’une multitude de petites taches rouge violacé sur son visage – une pétéchie faciale dans le jargon médical – et une douleur anormale dans la jambe droite et aux extrémités de son corps. Il ne souffrait d’aucune maladie notable avec ces symptômes. Il passait des jours tranquilles en compagnie de son chien, son seul animal de compagnie, qui lui léchait souvent le visage.

Une infection bactérienne fulgurante transmise par un chien
Les médecins réalisent un check-up complet qui confirme la sévérité de son état : 39 °C de fièvre, une hypoxie, une anémie, une thrombocytopénie et des lésions rénales. Le diagnostic tombe alors que le patient est transféré en unité de soins intensifs. Il souffre d’un purpura fulminans, la forme la plus sévère de septicémie. La bactérie à l’origine de cette infection généralisée n’est pas encore identifiée, mais il y a urgence, le patient doit être traité au plus vite. Il reçoit un cocktail empirique de plusieurs antibiotiques efficaces contre les souches bactériennes responsables de ce genre de symptôme.

Moins de deux jours après son admission, ses reins et son foie lâchent. Il fait un arrêt cardiaque mais les médecins parviennent à le réanimer. Entretemps, le laboratoire de microbiologie de l’hôpital livre ses résultats : l’homme est infecté par Capnocytophaga canimorsus, une bactérie commensale dans la salive des chiens et des chats. Avec cette information, les médecins peuvent adapter…

Julie Kern

Retrouvez l’article sur futura-sciences.com

PARTAGER