Lettre ouverte au président Ouattara : Centrale à charbon de San-Pédro, la mort passe par la cheminée

3058

[ Publié / Modifié il y a

Cette lettre ouverte est un appel au Président de République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Alassane Ouattara, à mettre un terme à ce projet nuisible contraire à l’accord de Paris sur le climat. La lettre est co-écrite par Christian Hounkannou de 350 Afrique et Nahounou Daleba de JVE Côte d’Ivoire.

Lettre ouverte

Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, pour atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 28 % à l’horizon 2030, nous vous prions de renoncer au projet de centrale à charbon de San-Pedro et d’engager plutôt la Côte d’Ivoire sur la voie des renouvelables!

Monsieur le Président de la République, la communauté scientifique a clairement démontré que le charbon est une énergie calamiteuse et un tueur silencieux. La Côte d’Ivoire et le monde n’en ont pas besoin a l’heure actuelle. C’est une sorte d’énergie sans avenir et en voie de disparition qui doit être interdite dans notre pays et remplacée par les énergies renouvelables dont leur augmentation dans la production nationale d’énergie est une priorité économique et sociale?

Nous réitérons nos vœux auprès de votre Excellence, de prendre la décision officielle de mettre fin au projet de la centrale à charbon de San-Pedro dans le cadre du respect de l’article 27 de la Constitution qui garantit le droit à un environnement sain pour tous et toutes dans tout le pays et d’autres engagements nationaux visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la promotion d’une croissance verte.

Depuis l’annonce faite en conseil de ministres par votre gouvernement en décembre 2016 de la construction d’une centrale à charbon de 700 mégawatts (MW) à San-Pedro,, les voix ne cessent de se lever et les contestations des organisations environnementales ne font qu’augmenter pour dénoncer ce projet climaticide.

Excellence Monsieur le Président de la République, l’étude d’impact environnemental, économique et social réalisée sur ce projet n’est pas encore connue et s’il existait,n’a pas connu la participation du public et n’est pas rendue public pour une consultation populaire comme l’exige le Code de l’Environnement. Par ailleurs,la garantie défendue par le constructeur de cette centrale à charbon, qui est loin d’être viable,et de combler le déficit énergétique de la Côte d’Ivoire créera sans nul doute de graves conséquences sur des milliers de vies des populations riveraines, sur la pêche, l’agriculture, la santé, l’eau, la biodiversité ainsi que le tourisme qui est l’une des plus importantes sources de revenus dans cette région.

Au-delà de la pollution de l’environnement et des conséquences sur la santé du charbon et les effets socio-économiques déjà perceptibles à Kablaké 1 et 2, deux villages impactés situés à proximité du projet, la construction de la centrale à charbon de San-Pedro va entraîner la perte de terres et exploitations agricoles avec des revenus inhérents.

Au moment où plusieurs pays de la planète redoublent d’efforts pour se débarrasser des centrales à charbon en raison de leur caractère très dangereux, nocif et son important coût en matière de pollution et de santé, et surtout sa contribution majeure en matière d’émissions de gaz à effet de serre qui sont à l’origine du réchauffement climatique, la société civile environnementale ainsi que les communautés locales affectées par cet investissement demandent son arrêt immédiat et la prise en compte de leurs aspirations dans tout effort de développement local en priorisant les investissements dans les projets à base d’énergies renouvelables.

Excellence Monsieur le Président de la République, cette initiative de vous interpeller sur cette grave situation s’inscrit dans le cadre de la campagne citoyenne “San Pedro Veut Bien Vivre”, dans laquelle, les communautés locales affectées par cette centrale organisent plusieurs mobilisations avec l’appui de la société civile environnementale pour dénoncer les nombreuses violations dans les différentes procédures de construction de cette infrastructure. L’ultime demande est l’arrêt de ce projet car la Côte d’Ivoire n’a pas besoin de combustibles fossiles pour atteindre son émergence et son indépendance énergétique. Votre Excellence, nous vous demandons de prioriser les investissements dans les énergies renouvelables dont le grand potentiel a été démontré depuis longtemps.

Excellence, Monsieur le Président de la République, nous saisissons cette opportunité, pour vous encourager à accélérer la transition vers une économie basée sur des modèles d’énergies renouvelables, simples et décentralisées gérées par les communautés, au service du développement local et durable.
Excellence, Monsieur le Président de la République, cette démarche relève uniquement du patriotisme afin d’encourager la valorisation du fort potentiel d’énergies renouvelables et ainsi transformer la vie des populations et créer des emplois sûrs et durables pour la jeunesse.
Veuillez croire, son Excellence, Monsieur le Président de la République, en l’expression de notre profond respect.
Avec nos salutations les plus chaleureuses,
Nahounou Daleba, Premier vice coordonateur la coalition des indignés de Côte d’Ivoire, responsable de la justice sociale à JVE Côte d’Ivoire
Christian Hounkannou, Organisateur Régional à 350Africa.org

PARTAGER