Coronavirus : quels sont les derniers symptômes ?

1094

[ Publié / Modifié il y a

Alors que le virus Covid-19 provoque un blocage dans le monde entier, nous en apprenons davantage sur ses symptômes. Qu’est-ce qu’une toux sèche, quelle est la probabilité de vivre ou de mourir et combien de personnes sont asymptomatiques?

Le coronavirus a continué à se propager, faisant plus de 174 000 morts alors que le nombre de cas a atteint plus de deux millions cinq cent mille dans le monde.

Certaines études suggèrent que jusqu’à 80 % des personnes atteintes du virus ne ressentiront que des symptômes légers ou aucun symptôme. Mais une minorité de personnes développera ensuite le Covid-19 dans ses formes les plus graves.

Alors comment le reconnaître?

Quels sont les symptômes du coronavirus?

img.21.04.2020d

Le Covid-19 infecte les poumons.

Les deux principaux symptômes sont une fièvre et une toux sèche continue.

Une “toux sèche” signifie qu’elle est chatouilleuse et ne produit aucun mucus (mucus épais), selon le service national de santé britannique (NHS).

Une toux continue signifie que l’on tousse beaucoup pendant plus d’une heure, ou que l’on a trois épisodes de toux ou plus en 24 heures. Si vous toussez habituellement, votre toux peut être pire que d’habitude.

Cela peut entraîner un essoufflement, souvent décrit comme un serrement intense de la poitrine, une difficulté à respirer ou une sensation de suffocation.

Vous avez de la fièvre si votre température est supérieure à 37,8 °C. Cela peut vous donner une sensation de chaleur, de froid ou de frisson.

Un mal de gorge, des maux de tête et de la diarrhée ont également été signalés, ainsi qu’une perte de l’odorat et du goût.

Il faut en moyenne cinq jours pour que les symptômes commencent à se manifester, mais certaines personnes les attrapent beaucoup plus tard. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la période d’incubation dure jusqu’à 14 jours.

Une étude récente, publiée dans le British Medical Journal, indique que 78 % des personnes atteintes de COVID-19 présentent des symptômes légers ou aucun symptôme (asymptomatique, pour lui donner son nom médical).

Ces conclusions sont conformes aux recherches menées dans un village italien situé à l’épicentre de l’épidémie, qui ont montré que 50 à 75 % des personnes étaient asymptomatiques, mais représentaient “une source formidable” de contagion.

Une autre étude récente en Islande a montré qu’environ 50 % des personnes testées positives au COVID-19 lors d’un test à grande échelle étaient asymptomatiques.

En attendant, un examen des données de l’OMS sur 56 000 patients le suggère :

80% développent des symptômes légers – fièvre et toux et certains peuvent avoir une pneumonie

14% développent des symptômes graves – difficulté à respirer et essoufflement

6 % tombent gravement malades – insuffisance pulmonaire, choc septique, défaillance d’un organe et risque de décès

La majorité des personnes atteintes d’un coronavirus se rétablissent après un repos et un soulagement de la douleur (par exemple en prenant du paracétamol, également appelé acétaminophène).

Toutefois, si vous avez de la fièvre, de la toux et des difficultés à respirer, vous devez consulter un médecin car cela peut être dû à une infection respiratoire ou à une autre affection grave.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), vous devez appeler à l’avance et parler à votre prestataire de soins de santé car, lorsque les services de santé sont sollicités, ils peuvent vous orienter vers le bon établissement.

La principale raison pour laquelle les gens ont besoin d’un traitement hospitalier est la difficulté à respirer.

Les médecins peuvent procéder à un scanner des poumons pour voir à quel point ils sont affectés. Les cas les plus graves peuvent nécessiter une admission aux unités de soins intensifs (USI), qui sont des services spécialisés pour les personnes très malades.

Les patients atteints de coronavirus recevront une assistance en oxygène, ce qui peut impliquer l’utilisation d’un masque facial ou d’un tube dans le nez.

Le moyen le plus invasif – pour les patients les plus gravement malades – est la ventilation, où de l’air contenant des niveaux accrus d’oxygène est poussé dans les poumons par un tube dans la bouche, le nez ou par une petite coupure dans la gorge.

Qui est le plus à risque pour le Covid-19?
Les personnes âgées et celles qui ont des problèmes médicaux préexistants (comme l’asthme, le diabète et les maladies cardiaques) sont plus susceptibles de devenir gravement malades.

Les hommes courent un risque légèrement plus élevé de mourir du virus que les femmes.

La guérison peut prendre de quelques jours à quelques semaines dans les cas les plus bénins. Mais si une personne a été admise à l’hôpital et surtout aux soins intensifs, il peut s’écouler des mois avant qu’elle ne se sente à nouveau bien.

Le coronavirus est-il mortel?
Une nouvelle recherche publiée dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases estime qu’environ 0,66 % des personnes infectées par le virus mourront.

C’est beaucoup plus que le 0,1 % de personnes qui sont tuées par la grippe saisonnière, mais bien en dessous des estimations précédentes.

Toutefois, ces chiffres peuvent être faussés par le fait que de nombreux cas ne sont pas signalés.

Comment me protéger?

Le mieux est de se laver les mains régulièrement et soigneusement, de préférence à l’eau et au savon.

Le coronavirus se propage lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue dans l’air avec de petites gouttelettes chargées du virus. Ces gouttelettes peuvent être inhalées ou provoquer une infection si vous touchez une surface sur laquelle elles ont atterri, puis vos yeux, votre nez ou votre bouche.

Il est donc important de tousser et d’éternuer dans les mouchoirs, de ne pas toucher votre visage avec des mains non lavées et d’éviter tout contact étroit avec les personnes infectées.

Les personnes seront plus contagieuses lorsqu’elles présentent des symptômes, mais certaines peuvent propager le virus avant même d’être malades.

Selon les experts médicaux, les masques faciaux n’offrent pas une protection efficace.

Toutefois, l’OMS réexamine actuellement la question de savoir si le public pourrait tirer profit de leur utilisation, car ils sont capables de contenir des gouttelettes contenant le virus pour empêcher sa propagation sur les surfaces et les personnes.

BBC

Publicité
PARTAGER