Anatomie : une nouvelle partie du corps découverte… à quoi elle sert

1901

[ Publié / Modifié il y a

Anatomie : une nouvelle partie du corps découverte par un groupe de scientifiques (et à quoi elle sert)
Placez vos doigts à l’arrière de vos joues et serrez les dents. Vous remarquerez qu’un muscle se tend dans le soulagement.

C’est le muscle masséter, le plus important des muscles de la mâchoire.

Les manuels d’anatomie ont traditionnellement décrit le masséter comme un muscle composé de deux couches : une superficielle et une profonde.

Mais aujourd’hui, un groupe de chercheurs suisses affirme avoir découvert une section des muscles de la mâchoire qui était jusqu’alors passée inaperçue.

Leur découverte est qu’ils ont décrit une troisième couche encore plus profonde du muscle masséter.

“Bien qu’il soit généralement admis que la recherche anatomique de ces 100 dernières années n’a rien négligé, notre découverte est presque comme si les zoologistes avaient découvert une nouvelle espèce de vertébrés”, a déclaré dans un communiqué Jens Christoph Türp, co-auteur de l’étude et professeur au Centre universitaire de médecine dentaire de Bâle.

Couche profonde
Pour faire cette découverte, les chercheurs ont étudié la structure de la musculature de la mâchoire, des images tomographiques, des coupes de tissus provenant de personnes décédées ayant fait don de leur corps à la science et des données IRM d’une personne vivante.

Ils ont ainsi identifié cette troisième couche profonde, associée au processus musculaire de la mâchoire inférieure.

Ce processus musculaire est appelé “coronoïde”, c’est pourquoi les auteurs de l’étude proposent que cette nouvelle couche soit appelée Musculus masseter pars coronidea.

Szilvia Mezey, co-auteure de l’étude, explique que bien que le muscle masséter ait été précédemment décrit comme ayant trois couches, la littérature existante est peu claire et parfois contradictoire.

Le masséter est parfois décrit comme étant à une seule couche, parfois à deux couches, et lorsqu’il a été décrit comme étant à trois couches, cela a été considéré comme une variation particulière, dit-elle.

“Nous voulions voir en quoi consistait cette incohérence”, explique Mezey, qui travaille au département de biomédecine de l’université de Bâle, à BBC Mundo.

“Avec nos recherches, nous nous sommes rendu compte qu’il ne s’agissait pas d’une simple variation, mais qu’elle était constante, qu’elle était constamment présente.”

La première couche est responsable de l’élévation de la mâchoire, la deuxième couche aide à empêcher la mâchoire de se déplacer vers l’avant et l’arrière, et la troisième couche aide à rétracter la mâchoire, à la stabiliser et à la fermer.

Pour l’expert, cette découverte est importante pour les dentistes et les chirurgiens, car elle indique que le masséter est formé et se comporte d’une manière différente de ce que l’on pensait auparavant.

Lire la suite de l’article sur BBC Afrique

PARTAGER