Interrogations autour du Boeing 737

591

[ Modifié / Publié sur Ivorian.Net il y a

Le constructeur d’avions américain Boeing est confronté à des questions après l’accident du 737 d’Ethiopian Airlines qui a entrainé la mort de 157 personnes.

C’était le deuxième accident en cinq mois impliquant un 737 Max 8, et des comparaisons sont en cours avec un accident de Lion Air en Indonésie en octobre dernier.

En réponse, un certain nombre de compagnies aériennes ont décidé de maintenir au sol tous leurs avions du même modèle.

Cependant, les experts préviennent qu’il est trop tôt pour dire ce qui a causé cette dernière catastrophe.

Ethiopian Airlines affirme que l’avion, le vol ET302, s’est écrasé à 08 : 44 heure locale (05 : 44 GMT), six minutes seulement après son départ d’Addis Abeba.

L’avion, à destination de Nairobi, s’est écrasé près de la ville de Bishoftu, à 60 km (37 miles) au sud-est de la capitale.

Le pilote avait signalé des difficultés et avait demandé à retourner à Addis-Abeba, a indiqué la compagnie aérienne.

« A ce stade, nous ne pouvons rien exclure « , a déclaré Tewolde Gebremariam, PDG d’Ethiopian Airlines, aux journalistes de l’aéroport international de Bole dans la capitale.

« La visibilité a été jugée bonne, mais le contrôleur aérien Flightradar24 a signalé que la « vitesse verticale de l’avion était instable après le décollage ».

Le 737 Max-8 n’est en service commercial que depuis 2017. L’avion qui s’est écrasé faisait partie de six des 30 avions commandés par Ethiopian Airlines dans le cadre de son expansion.

Boeing s’est dit « profondément attristé » par l’accident et envoie une équipe pour fournir une assistance technique.

À la suite du crash de Lion Air en octobre dernier, les enquêteurs ont déclaré que les pilotes semblaient avoir des difficultés avec un système automatisé conçu pour empêcher l’avion de décrocher – une nouvelle caractéristique du Boeing 737 Max.

Selon les premières constatations, le système anti-décrochage a forcé à plusieurs reprises l’avion à piquer du nez, malgré les efforts déployés par les pilotes pour corriger la situation.

L’avion de Lion Air était également neuf et l’accident s’est produit peu après le décollage.

« C’est très suspect », a déclaré Mary Schiavo, ancienne inspectrice générale du ministère américain des Transports, à CNN.

« Nous avons ici un tout nouvel avion qui s’est écrasé deux fois en un an. Cela sonne l’alarme dans l’industrie de l’aviation ».

Après le crash d’octobre dernier, Boeing a envoyé un avis d’urgence aux compagnies aériennes les avertissant d’un problème avec le système anti-décrochage.

Boeing devrait corriger cette défaillance du système, selon Reuters. Ethiopian Airlines a déclaré lundi matin dans un tweet qu’elle avait interdit de vol tous ses 737 MAX 8 « jusqu’à nouvel ordre ».

« Bien que nous ne connaissions pas la cause de l’accident, nous avons dû décider d’immobiliser la flotte par mesure de sécurité » indique la compagnie qui a annoncé la découverte de la boîte noire de l’appareil qui s’est crashé.

Un Togolais parmi les victimes du crash de l’avion d’Ethiopian Airlines

La compagnie aérienne a utilisé un modèle d’avion différent pour son premier vol à destination du Kenya depuis l’accident qui s’est produit lundi à 10 h 25, heure locale.

L’autorité chinoise de réglementation de l’aviation a également ordonné aux compagnies aériennes locales d’interrompre les vols des 737 Max 8.

Plus de 90 sont utilisés par des transporteurs chinois, dont Air China, China Eastern Airlines et China Southern Airlines. Cayman Airways a également immobilisé au sol ses deux Boeings du même type.

Mais une porte-parole de FlyDubai, qui exploite un certain nombre de 737 Max 8, a déclaré à Reuters que la compagnie continue d’avoir confiance en l’avion.

Plusieurs compagnies aériennes nord-américaines exploitent le même aéronef et ont déclaré qu’elles suivent de près l’enquête. Southwest Airlines en exploite 31, tandis qu’American Airlines et Air Canada en ont chacune 24 dans leur flotte.

BBC

PARTAGER