Pourquoi Kadhafi « hante » Sarkozy

1255

C’est une affaire complexe à plus d’un titre qui a abouti au placement en garde-à-vue de l’ancien président français Nicolas Sarkozy.
En 2011, sept mois avant son assassinat, le guide de la Jamahiriya libyenne, Mouammar Kadhafi, surprend l’opinion publique française en affirmant avoir financé la campagne présidentielle.

En France, l’affaire fait la une des journaux.

Nicolas Sarkozy alors, président de la France, en fin de mandat, nie en bloc.

Mais ses multiples dénégations ne semblent pas convaincre les juges d’instruction Serge Tournaire, Aude Buresi et Clément Herbo en charge de l’affaire depuis cinq ans.

Ils ont décidé de le placer en garde-à-vue.

C’est moi qui ai aidé Sarkozy à prendre le pouvoir en 2007. Je lui ai donné de l’argent avant qu’il ne devienne président. Il est venu ici, m’a rendu visite dans ma tente quand il était ministre de l’Intérieur et m’a demandé de l’aide.
Mouammar Kadhafi, Ancien guide libyen

Mediapart, le document libyen et les 50 millions d’euros

Le 28 avril 2012, le site d’investigation français Mediapart publie, dans l’entre deux tours de la présidentielle française, une note présentée comme un document officiel attestant d’un accord de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, à hauteur de 50 millions d’euros.

La note émanerait de Moussa Koussa, l’ex-chef des services de renseignement extérieur de la Libye qui aurait eu des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l’intermédiaire Ziad Takieddine.

Nicolas Sarkozy porte plainte pour faux et publication de fausses nouvelles.

Quatre ans après, la justice tranche par un non-lieu.

Selon les magistrats chargés de l’enquête, rien ne permet de douter de l’authenticité du document libyen révélé par Mediapart le 28 avril 2012.

Selon le livre Avec les compliments du guide des journalistes des journalistes de Mediapart, Fabrice Arfi et Karl Laske, le « deal » est que la France, dirigée alors par Nicolas Sarkozy, normalise ses relations avec la Libye en recevant le guide libyen en visite officielle à Paris.

Ndèye Khady LO
Journaliste

BBC

PARTAGER