Echanger des devises sur le forex, tentant ou effrayant ?

824

Les gros titres ont parfois montré les courtiers du marché des échanges de devises du doigt. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le forex, nous le vivons chaque jour

N’importe où en Côte d’Ivoire ou dans le monde, il y a des bureaux de change qui affichent les prix d’achat et de vente de l’euro et du dollar entre autres. Quelqu’un qui possède 10 dollars par exemple et qui va dans un bureau de change dans un pays de l’Afrique de l’Ouest peut vendre ce dollar à 565 francs CFA ; il reçoit alors 5 650 francs CFA. En même temps, un autre peut acheter ce dollar au prix de 570 francs CFA. Ces deux individus auront contribué aux opérations du forex. C’est la partie la plus visible. Là, ce sont des agences accréditées qui mènent la danse, ils sont les gagnants.

A la découverte des courtiers en forex

En réalité, ce ne sont pas seulement les agences disposant d’importants moyens financiers qui peuvent jouer à ce jeu-là. Le forex ou marché des devises est une plateforme qui permet de négocier les devises sans vraiment en acheter. Cette facilité est offerte par des courtiers décentralisés. Avec les différents comptes qu’ils offrent comme les CFDS, un particulier peut imiter les agences.

Les courtiers en ligne peuvent jouer le rôle d’une banque puisqu’ils peuvent augmenter les fonds disponibles dans le compte d’un investisseur pour lui permettre de lancer sa commande grâce notamment aux comptes CFD.

En effet, avec le CFD, on n’achète ni ne vend l’actif. Pour chaque évolution de l’actif en sa faveur (selon qu’il monte ou descend), l’investissuer gagne le point multiplié par le nombre de parts qu’il a achetées. C’est un produit à effet de levier, ce qui veut dire qu’il n’est pas nécessaire de disposer de la totalité de la valeur de l’ordre avant de commander.

Les courtiers en ligne peuvent aussi jouer le rôle de gestionnaire de portfolio en investissant quand le titulaire de compte donne l’ordre d’acheter ou de vendre. Ils peuvent aussi agir en tant qu’analyste financier en offrant des conseils d’investissement.

Quelques pistes pour distinguer le bon grain de l’ivraie

Les courtiers malhonnêtes utilisent des offres trop bonnes pour être vraies pour attirer ceux qui ont les yeux plus gros que le ventre. Donc, si l’offre vous semble trop alléchante, il faut se tourner vers l’ami Google pour lui demander conseil.

C’est l’allié le plus sûr pour donner des conseils et indiquer si le courtier en question est digne de confiance. Il suffit de taper le nom de ce courtier et juger par soi-même. Il y aura toujours quelques avis négatifs, même pour le meilleur des courtiers, mais, si les avis négatifs excèdent de loin les avis positifs, le courtier en question n’est pas digne de confiance. Attention pourtant, s’il y a une absence totale d’avis, il faut tout d’abord vérifier s’il y a un service clientèle que l’on peut contacter en toute situation. Ensuite, un point crucial est la disponibilité des comptes démo.

Un compte démo permet à un investisseur d’examiner et de tester les fonctionnalités d’une plateforme de trading avant de déposer de l’argent sur le compte ou de placer des ordres d’investissement. Sur ce compte, le courtier offre une valeur simulée pour permettre de placer des ordres et de mener des opérations fictives afin de se familiariser avec tous les instruments.
La plupart des courtiers frauduleux n’offrent pas cette facilité. Ils désirent plutôt le moyen le plus rapide de dépouiller la victime.

De même, pour offrir des services financiers, un courtier doit être enregistré auprès d’institutions financières et disposer d’un agrément. Il faut donc vérifier si le site en question est enregistré auprès d’une institution financière. Il faut aussi vérifier les listes noires des autorités des marchés financiers comme l’AMF.

PARTAGER