Une interpellation de la conscience collective nationale

20371

[ Publié / Modifié il y a

La capitale politique ivoirienne, vient de vivre un évènement mémorable, à travers la remise du Prix Félix Houphouët Boigny Unesco pour la recherche de la paix. Mais bien plus, il s’agit d’une revalorisation fondamentale de cette haute distinction, internationale. Un acte qui s’imposait, après la revalorisante augmentation du montant dudit Prix, par les autorités ivoiriennes. En fait, il faut dire que ces années de crise politico militaires que la Côte d’Ivoire a connues, avaient été hautement préjudiciables à ce Prix. Dont le décernement par l’Unesco se faisait sans éclat. Dénué de tout prestige. C’était à peine si l’on en parlait dans les médias, dont les plus grands n’en disaient que quelques lignes. Pour tout dire, le Prix Félix Houphouet- Boigny Unesco pour la recherche de la paix, sombrait progressivement dans l’oubli. Et il ne pouvait en être autrement. D’autant plus que le pays initiateur, avait totalement cessé d’être ce modèle de stabilité qu’il aura pourtant été pendant plus de quatre décennies. Envié et adulé à ce titre. Ce havre de paix moult fois cité et désigné en exemple sur le continent, comme ailleurs dans le monde. Ce fut tout simplement une déchéance notoire, qui aura fortement déçu plus d’un admirateur et observateur de l’exemple qu’incarnait la Côte d’Ivoire, à bien des égards. Une situation attestant en soi, de ce que ce pays n’a pas su maintenir, apprécié et surtout sauvegardé ce noble acquis que constituait la paix, la stabilité, ainsi que la dynamique économique que son premier Président s’était échiné , à lui faire acquérir.

La remise du Prix Félix Houphouët Boigny Unesco pour la recherche de la paix à Yamoussoukro, vient comme pour dire que la Côte d’Ivoire s’est désormais ressaisie ; après sa malencontreuse aventure sur le chemin de la guerre, des conflits politiques aux facteurs funestes et idiots. La cérémonie de Yamoussoukro, est donc une interpellation lancée à la conscience collective nationale ivoirienne. Invitant chaque Ivoirien, à s’investir quotidiennement dans la construction ou la reconstruction de ce climat de paix. A l’entretenir sans calcul d’intérêt politique, économique ou autres considérations individuelles ou collectives…

Moussa Ben Touré
Retrouvez l’article sur lebanco.net

PARTAGER