Tremblement de terre: Espoir perdu dans un village marocain

2525
Zaid Abbour / BBC: Le village de Douar Targa a été presque entièrement détruit.

[ Publié / Modifié il y a

L’odeur de la mort dans le vent chargé de poussière vous frappe lorsque vous entrez dans le village marocain de Douar Targa, au sud de Marrakech. Sur les hauteurs de l’Atlas, nous ne sommes qu’à 24 km de l’épicentre du tremblement de terre de vendredi.

Les secouristes et les volontaires se concentrent sur une maison, s’efforçant de retirer rapidement les décombres, morceau par morceau, mais ils connaissent déjà l’issue de l’opération.

Les trois membres de la famille qui gisent sous les débris sont déjà morts.

Depuis des jours, Marzouk vient d’un village voisin pour aider à fouiller à la main les décombres des maisons.

“Une équipe espagnole est venue avec des chiens entraînés, mais ils n’ont trouvé personne”, me dit-il.

C’est parce que les chiens sont entraînés à trouver des survivants et non des cadavres, ajoute un autre homme.

Marzouk a réussi à retrouver les restes de trois personnes. “L’une d’entre elles est celle d’une fille que nous avons sortie d’une maison hier, là-bas”, dit-il en montrant un gros tas de décombres à sa gauche.

Presque personne n’a émergé après le tremblement de terre.

“Moi et quatre autres jeunes hommes avons miraculeusement survécu”, nous dit Hassan, qui se déplace à l’aide de ses béquilles entre les piles de décombres. Il a réussi à se libérer après que sa maison se soit effondrée sur lui. Il a ensuite essayé de trouver d’autres personnes.

“Nous sommes allés d’une maison à l’autre, en appelant les gens par leur nom.

Hassan a dû prendre la décision difficile de se rendre dans une autre maison s’il n’entendait pas de voix, en donnant la priorité aux personnes qu’il pouvait sauver.

“Nous avons sauvé une quinzaine de personnes à mains nues”, proclame-t-il.

Hassan montre une armoire en bois dans les ruines d’une maison : “Sous cette armoire, nous avons trouvé trois personnes, un grand-père, un père et un garçon de deux ans, enterrés sous les décombres. Nous avons retrouvé l’enfant vivant. Le grand-père a également survécu, il était couvert de terre jusqu’au nez.

Retrouvez l’article sur BBC

PARTAGER