Simone appelle à la restitution des biens et à la reconnaissance du génocide wê

1732

[ Publié / Modifié il y a

Côte d’Ivoire : Depuis Duekoué, Simone appelle à la restitution des biens et à la reconnaissance du génocide wê

Duekoué Search Duekoué a accueilli les 26 et 27 avril dernier sla 20ème édition de la fête de la liberté du front populaire ivoirien (FPI, Gbagbo ou rien ».
À cette première journée de la fête, il est revenu à l’ancienne première dame ivoirienne Simone Gbagbo de prononcer le discours d’ouverture.

Devant plusieurs milliers de personnes venues de différentes contrées de la Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo a rendu un hommage au peuple wê qui accueille cette édition de la fête de la liberté.

Duekoué, ville martyre qui a vécu les pires atrocités de la crise post électorale de 2010 a été choisie par la direction du FPI pour matérialiser la compassion du parti et un nouvel engagement avec le peuple wê.

Comme constaté sur place par KOACI, à son allocution d’ouverture de la 20ème édition de la fête de la liberté Search liberté le vendredi 26 avril dernier, Simone Gbagbo a réaffirmé l’attachement du FPI aux valeurs de paix et de réconciliation.

Selon elle, la politique du FPI a toujours banni l’usage des armes pour accéder au pouvoir Search pouvoir d’Etat. Elle est également revenue sur les douloureux événements de la crise post électorale de 2010.

« Au front populaire ivoirien, nous n’avons pas confiance dans les armes. Nous n’avons pas confiance dans les victoires qu’on obtient avec les armes. Nous fêtons aujourd’hui la 20ème édition de la fête Search fête de la liberté. Nous sommes rassemblées pour continuer notre combat. Duekoué vous avez souffert, des gens sont morts, les gens sont rentrés dans les hôpitaux pour tuer des blessés. Ce qui a été vécu ici, c’est quelque chose d’inexplicable. C’est pourquoi je dis à mes parents wê Yako. Ces faits et ces blessures réclament réparation », a-t-elle précisé.

La deuxième vice-présidente du FPI a réaffirmé l’engagement de son parti à toujours demeurer auprès du peuple wê. Elle a appelé à la reconnaissance du génocide wê et à la restitution des biens des victimes de Duekoué.

« Nous sommes venus ici (Duekoué Ndlr) pour dire au monde entier et particulièrement à ceux qui sont aujourd’hui responsables du pays et qui dirigent la Côte d’Ivoire que ici, nous appelons à la restitution de tous ce qui nous a été pris. Nous appelons à la réparation, nous appelons à la reconnaissance du génocide. Ce n’est pas parce que nous voulons retourner en arrière parce que nous considérons qu’il n’aurait jamais dû avoir de guerre dans notre pays. Nous disons qu’il ne doit plus jamais avoir de guerre dans notre nation », a-t-elle fait remarquer.

Pour conclure l’ancienne députée d’Abobo a déclaré que si tous les partis politiques étaient comme le FPI, il n’y allait pas avoir de guerre en Côte d’Ivoire, car le FPI Search FPI n’a jamais pris les armes pour s’imposer au pouvoir.

« Tout ça parce que le Président Laurent Gbagbo est l’auteur et l’initiateur du asseyons-nous, et discutons », a-telle conclu.

Jean Chrésus
Koaci

PARTAGER