Séisme en Turquie : cette photo bouleversante dit tout de la violence du drame

16485
ADEM ALTAN / AFP Le 7 février, à Kahramanmaras, le photographe de l’Agence France presse Adem Altan a pris en photo Mesut Hancer, tenant la main de sa fille Imak au milieu des décombres de leur maison. L’adolescente a été tuée dans le séisme qui a fait plus de 17 000 victimes en Turquie et en Syrie.

[ Publié / Modifié il y a

Le 7 février, le photographe de l’AFP Adem Altan a capturé la détresse d’un père de famille tenant la main de sa fille morte dans les décombres de leur maison, à Kahramanmaras.
SÉISME EN TURQUIE ET EN SYRIE – C’est devenu l’une des images emblématiques et ô combien révélatrices de la violence du drame qu’a été le séisme du 6 février. Ce jour-là, un tremblement de terre suivi de plusieurs répliques ont causé la mort d’au moins 17 500 personnes en Turquie et en Syrie. Une tragédie dont la puissance a été capturée par un reporter de l’Agence France presse.

Photographe depuis quarante ans, dont quinze passés à l’AFP, Adem Altan travaillait devant un immeuble effondré de Kahramanmaras, à l’épicentre du séisme qui a fait plus de 14 000 morts rien qu’en Turquie, lorsqu’il a aperçu l’homme assis dans les décombres.

Aucune équipe de secours n’étant encore arrivée sur place mardi, au lendemain du désastre, les habitants tentaient eux-mêmes de dégager les ruines pour sauver leurs proches. L’homme en veste orange restait immobile au milieu du tumulte, insensible à la pluie et au froid.

« Une douleur insupportable »
Adem Altan s’est alors rendu compte que l’homme, à 60 mètres de lui, tenait une main dans la sienne. Il a commencé à « shooter » la scène : le père tenant la main de son enfant morte sans la lâcher, dans les décombres et la dévastation. Pendant qu’il prenait les photos, l’homme le suivait des yeux.

Le HuffPost

Retrouvez l’article sur Yahoo actualité

PARTAGER