Programme Formation des Formateurs (FdF) en Gestion de Conflit

8201
Source: United Cities and Local Governments of Africa (UCLG Africa - M. Philip Visser, directeur des connaissances appliquées et de l'apprentissage d'ACCORD

[ Publié / Modifié il y a

Programme Formation des Formateurs (FdF) en Gestion de Conflit : Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) et Centre Africain pour la Résolution Constructive des Conflits (ACCORD) s’embarquent officiellement sur le chemin de la construction d’une Culture de la Paix en Afrique avec un 1er atelier
16-22 juillet 2023 au Centre de Conférence Al Akhawayn, Ifrane, Maroc

IFRANE, Maroc, 4 août 2023/ — L’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA) de CGLU Afrique (www.UCLGA.org) et le Centre Africain pour la Résolution Constructive des Conflits (ACCORD) basé à Durban, Afrique du Sud, ont donné le coup d’envoi de leur Programme de Formation des Formateurs (FdF) sur la Gestion des Conflits avec un Atelier qui s’est déroulé du 16 au 22 juillet 2023, au Centre de Conférence Al Akhawayn, à Ifrane, Royaume du Maroc.  

Cet atelier était la première étape de l’important programme de formation des formateurs en Gestion de Conflits qui se terminera par la cérémonie de remise de certificats en 2025, lors du 10ème Sommet Africités au Caire, Égypte.  

Quinze (15) participants de 10 pays de 3 régions africaines, à savoir l’Afrique du Nord (Maroc, Tunisie et Libye), l’Afrique de l’Ouest (Gambie, Ghana et Bénin) et l’Afrique de l’Est (Somaliland, Ouganda, Mozambique et Malawi) se sont réunis pour suivre l’atelier. La cohorte est composée de membres de CGLU Afrique qui sont des représentants des gouvernements locaux, ainsi que du réseau et du personnel de l’organisation.  

L’ouverture de l’atelier a été marquée par les discours adressés aux participants par : 
Dr. Najat Zarrouk, Directrice du Développement, de la Gestion des Connaissances et d’ALGA de CGLU Afrique ;  
Mme Savannah Wilmot, Chargée de Programme Senior à ACCORD ;  
M. Abdelkrim Marzouk, Doyen des Partenariats avec le secteur public et de la Formation continue à l’Université Al Akhawayn ;  
M. Bouchaib Es-Skali, Secrétaire Général de la Province d’Ifrane.
“ACCORD apporte 30 ans d’expérience dans la gestion des conflits, tandis que CGLU Afrique possède une connaissance et une compréhension approfondies de la réalité des conflits au niveau local. En cette période critique où les conflits continuent de défier et d’impacter les communautés, il est primordial de nous équiper pour aborder activement ces questions. Le moment choisi pour cette FdF sur la gestion des conflits ne pourrait être plus crucial. En investissant dans le développement de compétences en gestion et de facilitation des processus de résolution des conflits, nous adoptons une position proactive en vue de construire des communautés pacifiques et prospères à travers notre continent. C’est grâce aux efforts collectifs de personnes formées comme vous que nous pouvons créer un changement durable et ouvrir la voie à un avenir meilleur pour l’Afrique que nous voulons”, a déclaré Dr. Najat Zarrouk, directrice d’ALGA, qui a exprimé sa sincère gratitude pour le partenariat solide et stratégique avec ACCORD, ainsi que pour sa confiance et son soutien.  

Mme Savannah Wilmot, Chargée de Programme Senior à ACCORD, a remercié les participants pour leur engagement en faveur d’un avenir meilleur et CGLU Afrique en tant que “partenaire estimé” d’ACCORD. “Nous avons depuis longtemps reconnu le rôle très important des gouvernements locaux dans la prévention, l’atténuation et la résolution des conflits. Nous pensons que la résolution des conflits par le dialogue et des approches constructives est un moyen d’empêcher les conflits de passer du niveau local au niveau régional ou même national, ce qui a des ramifications encore plus importantes. En tant qu’acteurs des collectivités locales, vous êtes les mieux placés pour être les premiers à réagir à ces types de conflits. En tant que formateurs qualifiés, vous pouvez dispenser une formation de grande qualité en utilisant votre expérience directe et vos compétences pratiques d’une manière que nous, en tant qu’organisation externe, ne pourrions jamais reproduire”, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le Secrétaire Général de la Province d’Ifrane, M. Bouchaib Es-Skali, a souhaité la bienvenue aux participants au Maroc et a exprimé l’honneur pour la ville d’Ifrane d’accueillir l’atelier de formation des formateurs. “La présence de nos frères et sœurs africains de différents pays témoigne de notre destin commun, et nous apprécions énormément la présence des femmes dans cet atelier, signe de leadership sur le continent”, a-t-il ajouté.

Les participants ont également été accueillis par le Doyen des Partenariats avec le secteur public et de la Formation continue à l’Université Al Akhawayn, M. Abdelkrim Marzouk, au nom du Président de l’Université. “Nous sommes heureux que les organisateurs aient choisi le Centre de conférence d’Akhawayn à Ifrane. Vous verrez que c’est un lieu d’apprentissage”, a-t-il déclaré, avant de présenter brièvement le Master en Management des Villes Africaines qui a été ouvert par Al Akhawayn en collaboration avec ALGA. “La première cohorte francophone suit le Master en ligne et sera diplômée cette année d’une institution accréditée unique en son genre. La deuxième cohorte est anglophone et suivra le Master en personne plus tard en 2023 pour bénéficier également de notre grande expertise dans le domaine”.

La formation et l’animation ont été assurées par les experts et praticiens de la consolidation de la paix, M. Philip Visser, responsable des Connaissances appliquées et de l’Apprentissage à ACCORD, et Mme René Ngwenya, formatrice consultante et analyste des conflits à ACCORD. 

“Mon espoir pour cette première cohorte de stagiaires est qu’ils utilisent ce qu’ils ont appris et ce qu’ils apprendront dans leur travail quotidien. Il serait formidable qu’ils parviennent à résoudre les conflits d’une manière à laquelle ils n’avaient pas pensé auparavant, qu’ils préviennent l’escalade et qu’ils partagent ces connaissances en tant que formateurs ou facilitateurs. Nous savons que la pression et les défis augmentent dans les gouvernements locaux africains, c’est l’une des raisons pour laquelle ce partenariat entre ACCORD et CGLU Afrique est très important”, a déclaré M. Philip Visser, responsable des Connaissances Appliquées et de l’Apprentissage chez ACCORD.

“Je suis satisfaite de cet atelier. Les gens ont participé volontairement et le climat était très positif. Les acteurs des gouvernements locaux ont tant à faire qu’ils n’ont pas toujours le temps de prendre un moment pour se perfectionner en matière de gestion des conflits, de négociation et d’engagement de leur écosystème et des communautés par des moyens non violents mais efficaces, c’est donc une excellente occasion et l’engagement volontaire des participants ajoute à son importance.  En tant que formatrice, j’ai le sentiment qu’il y a eu un processus réciproque de concessions mutuelles dans la formation”, a déclaré la formatrice consultante d’ACCORD, Mme René Ngwenya. Selon elle, “l’un des plus grands défis concernant la gestion des conflits dans le contexte local est le détachement qui peut exister entre le bas et le haut”. Pour garantir le succès de ce programme de formation, la “continuité” est essentielle. Elle permettra de maintenir la cohésion et la motivation des stagiaires. Le deuxième élément important est la “prise de conscience”, a déclaré Mme Ngwenya. “J’espère que nous serons tous capables de mettre en œuvre ce que nous avons appris dans nos projets et d’appliquer les différentes méthodologies sur le terrain avec de bons résultats.”

Parmi les bénéficiaires de ce programme de formation, M. Hatem Amir, Directeur exécutif de l’Association des Municipalités Libyennes, a déclaré que la gestion des conflits jouait un rôle crucial dans sa fonction : “Compte tenu de la division politique en Libye et du processus de décentralisation en cours, les conflits au niveau local sont fréquents et ont des implications significatives pour nos communautés. La gestion efficace de ces conflits est essentielle pour assurer la stabilité, la cohésion sociale et le progrès dans les municipalités que nous servons”. Il a ajouté que ce premier atelier de formation était une “expérience inestimable qui a permis de comprendre l’état d’esprit nécessaire pour être un formateur efficace en gestion des conflits. Les exercices d’étude de cas ont été particulièrement utiles, me permettant d’appliquer les connaissances théoriques à des scénarios pratiques. Le processus de formation lui-même, y compris les sessions interactives, les discussions de groupe et les jeux de rôle, a favorisé un environnement d’apprentissage dynamique”. M. Amir aspire à promouvoir les pratiques de gestion des conflits au niveau des collectivités locales en Libye et à apporter son soutien à d’autres pays africains confrontés à des défis similaires pour mettre en œuvre des initiatives efficaces de consolidation de la paix qui renforcent l’autonomie des collectivités locales et des citoyens.

La gestion des conflits est également un élément “central” au poste de la Secrétaire Générale par intérim de l’Association des Gouvernements Locaux de l’Ouganda (ULGA), Mme Josephine Kalege. “Au niveau local, les conflits sont inévitables car nous avons différents niveaux de formation et de sensibilisation, différents intérêts et différentes tâches à entreprendre. Cela est dû en grande partie à un manque de communication efficace, à des grandes attentes de la part des équipes et à l’incapacité d’apprécier le rôle ou le mandat de chacun”. En s’engageant dans le programme de FdF, Mme Kalege aspire à devenir une facilitatrice compétente dans son domaine afin de prévenir l’escalade des conflits et de partager ses connaissances. “J’ai l’intention de soutenir nos gouvernements locaux dans la gestion des conflits lorsque je rentrerai chez moi et j’attends avec impatience de pouvoir renforcer mes capacités en continuant à soutenir nos collectivités et leur personnel, ainsi que dans mes relations personnelles au niveau familial et dans la communauté dans laquelle je réside”.  

Pour le Secrétaire Général de l’Association des Autorités Locales de la Gambie (GALGA), M. Amadou Tambedou, la gestion des conflits et la négociation sont “clés” dans sa fonction, et “les problèmes de conflit sont prévalents au niveau du gouvernement local, dans les communautés, et il y a aussi des cas impliquant différents niveaux de gouvernement, du sous-national au niveau central”. Ce qui rend la gestion des conflits difficile, c’est “la motivation politique qui peut être à l’origine du conflit, cela complique le problème”. Pour M. Tambedou, “cet atelier était très important, car il s’agit d’un processus qui nous aidera à former de nombreuses autres personnes à la gestion des conflits. C’est aussi l’occasion de se perfectionner en matière de négociation. Cette formation a renforcé l’importance de créer systématiquement un plan de mise en œuvre après un accord, et elle m’a inculqué la détermination de ne pas abandonner, quelle que soit la complexité du cas à résoudre”.

Pendant la semaine de formation à Ifrane, les participants ont eu l’occasion de visiter le campus de l’université Al Akhawayn, l’ancienne médina de la ville de Fès, centre culturel et spirituel du Maroc surnommé “Athènes de l’Afrique”, et la ville d’Azrou, où la cohorte a découvert un monument naturel et historique marocain, le plus grand cèdre appelé “Gouraud”, vieux de 800 ans.

Alors que ce parcours de formation a officiellement commencé, CGLU Afrique et son partenaire ACCORD ont misé sur l’engagement et le dévouement des stagiaires pour partager efficacement cette formation dans leurs pays, régions et municipalités, et pour construire une culture de la paix en Afrique. Les participants et les représentants des gouvernements locaux et régionaux ont fait preuve d’un grand engagement, d’une forte motivation et ont démontré qu’ils partageaient les mêmes objectifs et les mêmes valeurs, un élan qui sera maintenu tout au long de l’atelier de formation des formateurs sur la gestion des conflits et après l’obtention du diplôme, au fur et à mesure de la tenue de réunions et de sessions de formation en ligne, de travaux à effectuer et des sessions de formation en présentiel à venir. Les participants se réuniront à nouveau avec leur étude de cas en main pour une deuxième formation en présentiel, lors de la 7ème édition du Forum Africain des Managers Territoriaux et des Instituts de Formation ciblant les Collectivités Territoriales (FAMI VII – 2023), qui se tiendra du 20 au 26 novembre 2023, dans la ville d’El Jadida, Région de Casablanca-Settat, Royaume du Maroc.

En savoir plus sur l’équipe de formateurs d’ACCORD à l’origine du programme de Formation de Formateurs à la Gestion de Conflits :   

Philip Visser

Philip est un praticien sud-africain de la consolidation de la paix. Il possède une vaste expérience de travail dans des contextes de conflit actif, d’aide humanitaire et de transition politique. 

Sa carrière a débuté dans son pays d’origine, l’Afrique du Sud, où il a été travailleur social et cadre supérieur dans une ONG locale de lutte contre l’apartheid pendant la période cruciale de transition politique des années 1990. Depuis, il a travaillé avec des ONG internationales et les Nations unies en Asie du Sud-Est, au Népal, au Yémen et dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est, en tant que conseiller, formateur et mentor. 

En tant que professionnel, il offre une expérience solide, une qualité technique, des connaissances académiques et une réflexion conceptuelle et stratégique exceptionnelle. En tant que personne, il apporte un sens aigu de l’équité, de l’intégrité, de l’humilité, du respect de la diversité et de la sensibilité. 

Il a obtenu un Master en analyse et résolution des conflits à l’université George Mason, aux États-Unis, en 1989.

Rene Ngwenya 

René est analyste des conflits et conceptrice de processus. Elle est une professionnelle accomplie du renforcement des capacités et du changement institutionnel, avec trois décennies d’expérience dans les domaines de l’éducation des adultes, du développement de la jeunesse, du développement communautaire, de la gestion de la diversité, de la transformation des conflits, de l’éducation au genre, du leadership et de la conception d’événements éducatifs. 

C’est une gestionnaire intuitive et compatissante, dotée d’une solide pratique démocratique et d’une expérience réussie en matière de gestion de projets, de constitution d’équipes et de développement de fonds.  Elle possède une expérience solide et étendue à la fois en tant que praticienne et en tant que formatrice. 

René a obtenu un Master en Leardership Educationnel et Management de la Royal Melbourne Institute for Technology University, en Australie, en 1999. 

Elle fait partie du panel de ressources d’ACCORD en tant que Formatrice et Facilitatrice de Processus.

Distribué par APO Group pour United Cities and Local Governments of Africa (UCLG Africa).

PARTAGER