Prix DACID du mérite: Albert Drogba Carino « Ma DACID est pour Henri Katier »

36906
Albert DROGBA CARINO : DACID du Mérite pour ses actions dans le cadre de la promotion de la culture Ivoirienne en Europe

[ Publié / Modifié il y a

PARIS: Albert DROGBA CARINO
« Ma DACID est pour Henri Katier »

Le samedi neuf décembre 2023 dernier au Palais SHAW NAWAZ d’Epinay sur Scène, se tenait la première édition de la distinction des acteurs Culturels Ivoiriens de la Diaspora (DACID). Cette cérémonie était organisée par l’Association de Managers Promoteurs, Producteurs et Concepteurs (AMPPC). Plusieurs prix ont été décernés par les acteurs culturels parmis lesquels Doudou Sticker Kouamé Smolt et Notre Collègue Albert DROGBA CARINO qui a eu la DACID du Mérite pour ses différentes actions dans le cadre de la promotion de la culture Ivoirienne en Europe. Nous l’avons rencontré après la réception de son prix.

Vous venez de recevoir le Prix DACID du mérite. Quels sentiments vous animent ?
Celui de la reconnaissance de votre mérite ou celui du devoir accomplis ?

J’imagine que vous vous attendez à une réponse classique du Oui ou non. Il faut que vous sachiez que lorsque nous nous sommes lancés dans cette aventure d’opérateur culturel, ce n’est pas pour recevoir forcément des prix. C’est dans un premier temps par passion. C’est après que cette passion est devenue un métier après avoir fait une formation qualifiante dans le domaine de la production audiovisuelle et évènementielle. Donc je vis ma passion et non la recherche de prix.

Oui mais un prix c’est la reconnaissance de la qualité de votre passion ?
Je n’en disconviens pas mais je veux vous dire que nous ne courons pas derrière les prix mais nous recherchons la constance et la qualité du travail. Toutefois, avec les calomnies et les coups bas du monde du Showbiz surtout dans le milieu Ivorien de Paris, lorsqu’une structure vous remet un PRIX de Mérite, Ça fait plaisir, c’est la preuve qu’il n’y a pas que des loups dans ce monde. C’est en ce sens que je dis Merci à l’AMPPPC – Disapo pour cette reconnaissance. Je me suis dit au moins dans cette jungle il y a des personnes qui suivent ce que nous faisons

Ça fait donc plaisir de poser un tel trophée dans votre séjour ?
Oui je le mettrai dans mon Salon mais il ne m’appartient pas il est à mon Aîné Henri Katier. C’est la personne la même qui m’a introduit dans le milieu du showbiz ici et a Guidé mes premiers pas en France. Quand bien même que c’est mon père Inabo Barthélémy INABO qui soit à la base de toute cette aventure.

Ha ! oui Henri katie vous faites bien d’y penser C’est vrai que mis a par Eugène Irabé qui a une présence de plus de deux décennies les anciens du Showbiz Ivoirien ont été oubliés à cette soirée de distinction ?

Oui mais se n’ai pas pour cette raison que je dédié ma DACID a Henri Katié. C’est un rêve qui se réalise. En effet l’année dernière lorsque Kouriole YAO et KYZ PRODUCTION me donne un prix pour ma contribution à la promotion du Zouglou a paris.

Je ne doute pas du prix que KYZ Production vous a donné mais on sait que permis les artistes pour qui vous avez travaillé ne sont pas Zouglou. Notamment Nahounou Paulin, Awa Maïga et Fabriss Atitoh ?

Attentions soyons clairs! Oui j’ai été manager de Nahounou Paulin et Awa Maïga et je suis actuel Manager Général de Fabriss Atitoh cela ne veut pas dire que nous n’avons pas contribuer a l’émergence du Zoulou en France. En Europe, 1991 le Zouglou était une musique bannis par les producteurs et les DJ ici. Ils reprochaient aux artistes Zouglous de chanter mal et faut.

J’ai connu la musique moderne en Côte d’Ivoire avec le Zouglou. Il me fallait faire quelque chose. Je profite de l’opportunité que j’avais d’être producteur a Africa N°1 pour recopier les cassette Zouglou de l’époque sur des bandes magnétiques. Notamment les Bilé Didier, Zougloumania, les ZOS et autre que je faisais diffuser sur le réseau d’Africa N°1. J‘imposais le zouglou à tous les promoteurs qui venaient parler de leurs évènements sur la radio. Je suis le Correspondant de Top Visages donc je suis écouté, c’est ainsi que de fils en aiguille nous avons fait connaitre le Zouglou. Après j’ai fait la rencontre d’Ephrem Youkpo et Momo de Paris qui ont été les seuls promoteurs de l’époque croire au zouglou pendant que les autres refoulaient cette Musique. C’est ainsi que nous avons organisé la 1ere Nuit bu Zouglou à Paris. Je Pense que Kouriole Yao contrairement à vous connaissait l’histoire du Zouglou en France.

Ok merci pour la précision revenons à la DACID. La cérémonie en elle-même qu’en pensez Vous ?
En général j’ai du mal à parler de quelque chose quand c’est bon. J’ouvre ma Gueule que lorsque je constate une imperfection. Pas pour dénigrer mais pour que la personnes s’améliore. Renseignez Vous auprès de Fabriss Atitoh en 10 année de collaboration je lui ai dis félicitations qu’a deux reprises. Une fois après un concert à Gagnoa où elle a magistralement dansé le Ziglibity sur des talons et la seconde fois la 14 Octobre dernier lorsque je la déposais a son l’hôtel après ce magnifique concert. Je vais faire fie de ce principe pour ce 1er DACID. Pour moi c’est une très belle réussite.

C’est trop vague comme réponse comme si vous voulez faire plaisir au président de l’AMPPC Marco SFR ?
Lui faire plaisir pour gagner quoi. Je pense que vous ne me connaissez pas et que vous ne suivez pas mes plumes. Je suis libre de mes pensées c’est d’ailleurs pour cela que je ne milite dans aucune Association de producteur ou de manager. Je suis satisfait parce que j’avais l’AMPPC dans mon viseur car je trouvais anormal qu’une Association de Producteur et de manager ne puisse pas créer un évènement. Ils ont Calmé mes ardeurs de lanceur d’alerte culturel lorsque j’ai vu leur affiche. Et pour le spectacle c’était beau sublime classe et glamour. J’ai entendu dire que ce n’était pas « Gbé ». C’est une mauvaise interprétation. Il y avait un beau publique sympathique qui s’est bien amusé. Vous allez dire que je le dis parce qu’ils m’ont donné un prix.

Si vous le dites ?
La seule chose que je regrette, c’est le fait de n’avoir pas honoré leurs devanciers. Les Gaba Noël, François Taï et bien d’autre qui ont tracé les sillons du show-biz ivoirien ici au niveau de la production. Il faut qu’ils y pensent à la prochaine édition et il faut qu’ils règle les problèmes internes de leur associations. L’AMPPC a réussi l’exploit de régler le Problème de la division des acteurs culturels de la Diaspora avec ce gros conflit avec la défunte AISB. Aujourd’hui tous les acteurs culturels parlent d’une seule voix.

C’était quoi le problème interne ?
Vous êtes Journalistes comme moi menez vos investigations. On dit chez moi a Niaprahio que le linge sale ne se lave pas en public. Ils savent de quoi je parle. Je voudrais féliciter également le PCO de cette cérémonie El Magnifico pour sa programmation artistique. Il y avait que les artistes de la Diaspora notamment les Sur chocs, Téza Tobias, Sax Zadi, Sly De Sly et autres. Je n’ai rien contre les artistes du pays ; mais à un moment donner il faut que les promoteurs fassent confiance aux artistes de la Diaspora qui vivent ici avec nous et qui partagent nos joies et nos peines.

Djibril NATCHE
Envoyé Spécial à paris

PARTAGER