Médias et communication : Alafé Wakili lauréat du “trophée d’excellence de la compétitivité” dans le secteur

3341

[ Publié / Modifié il y a

Médias et communication : Alafé Wakili lauréat du “trophée d’excellence de la compétitivité” dans le secteur

L’Observatoire Africain pour la Promotion de la Bonne Gouvernance a décerné, au journaliste-écrivain, Alafé Wakili le Trophée d’Excellence de la Compétitivité dans le Secteur des Médias et de la Communication en Côte d’Ivoire. Il recevra son prix, ce samedi 20 décembre 2020 lors d’un dîner-gala, à Abidjan-Marcory, à l’hôtel Azalaï.

Alafé Wakili est un patron de presse qui a réussi à force de travail, de rigueur et de professionnalisme. Un modèle à imiter pour les générations futures qui veulent embrasser une carrière de journaliste. Il aurait pu avec sa licence en philosophie, embrasser une carrière dans l’enseignement, mais une vocation de communicateur, d’homme de presse va prendre le dessus sur une d’enseignant.

A ses débuts, il a fait ses armes dans un groupe de presse crée par Yao Noël. Alafé à va s’ériger en rassembleur et crée l’Association des jeunes journalistes de Côte d’Ivoire. Après cette épisode, il va mettre sur pied avec Tapé Koulou Laurent, le quotidien « Le National ». Il en est le rédacteur en Chef et se fait entouré de jeunes loups de la presse parmi lesquels Traoré Brahima dit Têguèrè.

Ce quotidien va pulvériser des records de vente en Côte d’Ivoire allant jusqu’en 25000 x 2 du même tirage vendu. Lorsqu’il met en place l’Intelligent d’Abidjan à force d’abnégation, la mayonnaise va prendre. Quotidien et Magazine mensuel, il y met tout son sérieux, la rigueur et le professionnalisme qu’il faut. Son groupe de presse devient incontournable sur l’échiquier politique national, en Afrique et en France où il installe des représentations avec des correspondants.

Adulé dans le milieu et affectueusement appelé le « Barbouze », Alafé Wakili est un homme de réseau, un journaliste très renseigné.

Dans son entreprise de presse, il imprime sa marque de bonne gouvernance et ne lésine pas sur les moyens pour la développer. Comme en témoigne cette transformation digitale qui force respect. Il améliore donc la condition de vie et de travail de ses employés. Ce qui contribue inéluctablement aux assises solides de son entreprise de presse.

Alafé Wakili, c’est un homme de presse affable, généreux, débonnaire, partageur. Ce qui lui donne une étiquette de patron de presse le plus sociable, qui n’hésite pas à aider financièrement même les journalistes qui n’appartiennent pas à sa rédaction.

Il suffit de le rencontrer, d’évoquer vos soucis et votre problème trouve une solution séance tenante. Il a un cœur en Or et sait compatir aux souffrances des autres. Alafé Wakili, c’est le don de soi, l’ami, le frère, le conseiller qui ne manque jamais dans les temps de détresse et facile à trouver, à rencontrer pour des solutions idoines. Qu’il dirige un jour l’Unjci (Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire) et le GEPCI (Groupement des Editeurs de Presse de Côte d’Ivoire) ou même l’ANP (Autorité Nationale de Presse), cela ne surprendra personne dans le milieu de la presse où il ne compte que des amis et des ‘‘Obligés’’.

Alafé Wakili, c’est un cabinet de consultance, de soins des images des hautes personnalités, des maisons d’édition et de publicité. Cerise sur le gâteau, il est journaliste-écrivain avec plusieurs romans, essais littéraires à son actif. Il est père de famille de trois charmants enfants. Un communicateur de sa carrure, ne peut qu’épouser une femme publique. Il est marié à la charmante animatrice Télé Naomie Alafé.

Source : Observatoire Africain pour la Promotion de la Bonne Gouvernance

Salif D. Cheickna
fratmat.info

PARTAGER