Maca : Koné Kassoum dit ”La Machine” sur les traces de Yacou ” le chinois”

4088

[ Publié / Modifié il y a

Que se passe-t-il au sein de la MACA (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan) pour que des agents se soient conduits le mercredi 06 mai 2020 avec brutalité sur des journalistes, notamment une équipe de l’intelligent d’Abidjan, conduite par votre serviteur ? Les faits !

Selon des informations recueillies à la suite de plusieurs jours d’enquêtes, les 7533 pensionnaires (à la date du mercredi 29 avril 2020) sont illégalement et régulièrement soumis à des taxes sonnantes et trébuchantes, dont le cerveau et bénéficiaire a été identifié comme étant Koné Kassoum dit ”La Machine”, un agent d’encadrement craint au sein de la prison, et réputé avoir le soutien de ses supérieurs hiérarchiques.
Dans la matinée du vendredi 1er mai 2020, nous avons appelé Koné Kassoum dit ”La Machine”. Quand nous lui avons exposé les raisons de notre coup de fil, il a réagi par des menaces : « Qui t’as donné mon numéro hein. Si jamais tu veux fourrer ton nez dans nos affaires, tu vas voir avec moi. D’ailleurs, je dis qui t’a donné mon numéro et puis tu me déranges . ».
Le lundi 4 mai 2020, nous entrons en contact avec Hincleban Koné, le Régisseur de la MACA. Nous l’informons des menaces dont nous avons été l’objet de la part de son collaborateur, avant de lui soumettre les résultats de nos investigations, au terme de nos échanges téléphoniques.
L’homme s’excuse de l’attitude du chef des gardiens de prison, puis demande de lui envoyer notre préoccupation pour réaction, rassure-t-il, en nous faisant parvenir son adresse électronique sur laquelle, nous envoyons le message ci-dessous : « Bonjour Monsieur HINCLEBAN KONÉ , Régisseur de la MACA ; Comme je vous annoncé lors de nos échanges téléphoniques de ce lundi 4 mai 2020, à 14H 02 mn,
Nous menons une enquête au sein de la MACA, structure dont vous avez la charge et celle-ci révèle que depuis fin janvier 2020 :
Avec votre soutien et celui du Directeur de l’Administration pénitentiaire,
Koné Kassoum dit ”La Machine”, Agent d’encadrement prélève la somme de (dix mille) par semaine, précisément tous les lundis, aux différents chefs de chambres
Bâtiment A constitué de 68 chambres,
Bâtiment B constitué de 68 chambres
Bâtiment C : 45 chambres, pour1544 prisonniers
Le bâtiment des Assimilés de 22 chambres
En plus, tous les détenus détenteurs de frigo pour la conservation de leurs aliments doivent payer la somme de 5000 par semaine, soit 20000 Francs dans le mois
Pour loger au Bâtiment des Assimilés, il faut débourser la somme de 100 mille francs
Pour être autorisé à pratiquer le sport, les détenus sont priés de débourser la somme de 3000 Francs
Lors de nos échanges, vous avez dit vouloir vérifier les faits pour me revenir. Tout en espérant vivement votre réaction, je vous prie de recevoir mes sincères salutations.
Claude Dassé, journaliste professionnel, responsable du département Grand GENRE de L’Intelligent d’Abidjan
NB : Je vous signale que j’ai joint au téléphone le vendredi dernier, votre collaborateur Koné Kasoum, la principale personne citée dans l’affaire. Il a choisi de proférer des menaces ».
En retour , le régisseur de la Maca a répondu, par mail : «Ok, reçu. Merci, je vous reviens ».
Quelques instants après, Koné Kassoum dit ”La Machine” nous joint au téléphone, au nom de son ”patron”, pour s’excuser pour son comportement et solliciter une rencontre le même jour lundi 4 mai 2020, ou le lendemain mardi 5 mai 2020 , ”pour répondre à toutes les questions”.
Le rendez-vous est pris finalement pour le mercredi 6 mai 2020, à 11H, devant l’entrée de la MACA. Le Régisseur de la MACA est aussitôt informé de la rencontre par nos soins : « Malheureusement, je ne serai pas là parce que je vais au Plateau pour une réunion. Dès que vous finissez avec lui (Koné Kassoum : Ndlr), appelez-moi », rassure monsieur Koné , Régisseur de la MACA.
À notre arrivée sur les lieux du rendez-vous, point de Koné Kasoum qui se présente à nous une heure après. Dès que nous abordons le sujet, il se met dans tous ses états, puis arrache notre téléphone portable.
En compagnie de ses hommes, ils me portent de violents coups au niveau de l’abdomen. Ensuite, toujours avec ses hommes dont Démbélé dit ”Le Chinois Black”, ils me prennent par la ceinture pour me conduire avec brutalité sous l’une des bâches à l’entrée de la prison devant un public amusé.
C’est alors le début d’un calvaire moral , d’une torture psychologique et d’une tentative d’intimidation avec injures durant près de trois heures.

« Tu as la chance, mes supérieurs ont demandé de te libérer, tiens ton portable. Sinon on allait t’allumer (recevoir des tirs : Ndlr) et il n’y aura rien parce que tu es venu nous provoquer. Tu es un espion.imbécile. », dit-il pour mettre fin à la séquestration assuré de bénéficier d’une impunité totale face à cette inqualifiable opération de séquestration en bande organisée par des agents publics.
?L’essentiel est fait malgré la tentative avortée d’intimidation : les ivoiriens et le monde entier sont désormais informés des pratiques de rackets au détriment des prisonniers, sans que les mis en cause aient accepté de donner leur version.
Dommage !

Claude Dassé
L’intelligent d’Abidjan

PARTAGER