L’incroyable contrat refusé par Michael Jordan

1703

[ Publié / Modifié il y a

L’ancien basketteur aurait pu toucher 100 millions de dollars pour seulement deux heures de présence à un événement.
Michael Jordan est considéré par beaucoup comme le plus grand joueur de basketball de l’histoire. Businessman aguerri, c’est aussi l’un des premiers sportifs à avoir compté une fortune personnelle supérieure à un milliard de dollars. Selon Forbes, sa fortune est estimée à 2,1 milliards de dollars en 2020. L’actuel propriétaire de la franchise des Charlotte Hornets en NBA aurait pu être un peu plus riche, mais a refusé de gagner une énorme somme d’argent très facilement. C’est ce qu’a révélé son agent David Falk dans “Boomer et Gio”, une émission de radio new-yorkais diffusée sur WFAN, relaye CNN.

David Falk avait négocié un contrat à 100 millions de dollars pour Michael Jordan il y a trois ans. Pour toucher cette somme, l’ancienne star de Chicago Bulls devait laisser exploiter son nom et son image et juste faire acte de présence à un événement durant… deux heures. L’agent ne révèle aucun détail mais assure que le principal intéressé a finalement décliné la proposition. “Il a tellement de succès que ça lui donne l’opportunité de faire les choses qu’il veut, et de ne pas faire ce qu’il ne veut pas. J’admire ça. Il est très, très sélectif sur les choses dans lesquelles il veut être impliqué”, a expliqué David Falk.

Michael Jordan, actuellement à l’affiche du documentaire “The last dance” sur Netflix et dont les prises de parole sont très rares, n’a pas commenté cette révélation. Retiré des parquets depuis 2003, il compte encore plusieurs sponsors et gagne des centaines de millions chaque année avec Jordan, sa marque de sneakers. La majeure partie de sa fortune est néanmoins constituée par les Charlotte Hornets, franchise qu’il a rachetée en 2010 pour 175 millions de dollars. Dix ans plus tard, cette équipe de basketball, dont il est toujours l’actionnaire majoritaire, est estimée à plus de 1,5 milliard de dollars.

Retrouvez l’article sur capital.fr

PARTAGER