L’école sous Ado: Des morts, pour ça ?

1471

[ Publié / Modifié il y a

L’ÉCOLE SOUS ADO : DES MORTS, POUR ÇA ?
LA FIDHOP EXIGE LA DÉMISSION DE LA MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE !!!

COMMUNIQUE DE LA FIDHOP :

DEPUIS L’AVÈNEMENT de M. Alassane OUATTARA au pouvoir en Côte d’Ivoire, dans la violence et dans le sang, avec les bombes françaises ;

LA SOCIETE IVOIRIENNE tout entière est de plus en plus marquée et caractérisée par des actes de violences et de criminalités indicibles, notamment au niveau de la Jeunesse où règnent les « Microbes ».

LE MILIEU SCOLAIRE est aussi contaminé par l’incivisme national. Ainsi, sous ce régime-Ouattara, les élèves ont pris l’habitude, à la veille de chaque vacance scolaire, d’anticiper les départs en congés.

AUJOURD’HUI, l’on apprend qu’avant d’atteindre la date des congés de Noël fixée au 20 décembre, les élèves ont entamé des troubles depuis le 5 décembre. Le bilan dressé par le journal ”Koaci.com” du 11 décembre 2019 fait (déjà) état d’au moins trois élèves assassinés, à Anyama, à Daloa et à Dimbokro.

Dans le cas de Dimbokro, « ville natale » du Chef de l’Etat OUATTARA, des confrontations avec les forces de l’ordre, auraient occasionné le meurtre d’un élève par balles.

La FIDHOP (la Fondation Ivoirienne pour les Droits de l’Homme et la vie politique) CONDAMNE AVEC FORCE TOUTES CES TUERIES DES ELEVES !!!

La FIDHOP impute l’entière responsabilité de ces morts à la Ministre de l’Education nationale, Mme KANDIA CAMARA KAMISSOKO !

Parce que, consciente de ce phénomène, elle n’a jamais su l’anticiper !

De plus, le recours des forces de l’ordre dans le milieu scolaire relève exclusivement de sa compétence et témoigne de son incompétence !

DES LORS,

La FIDHOP exige la démission immédiate de la Ministre de l’Education nationale !

La FIDHOP reste néanmoins persuadée que cette exigence ne sera jamais satisfaite ; puisque ces morts de plus ne viennent qu’accroître la longue liste des victimes de ce régime qui en est bien habitué.

HELAS POUR LES IVOIRIENS !

La FIDHOP présente donc ses condoléances aux parents des victimes ; et les invite, tout de même, à porter plaintes contre l’Etat de Côte d’Ivoire, afin qu’un jour ils puissent être entendus et qu’une enquête soit ouverte par une Justice digne d’un Etat de droit ; APRES 2020 !

Fait à PARIS, le 12 Décembre 2019

Dr BOGA S. GERVAIS

Président-Fondateur de la FIDHOP et de GRADDH-AFRIQUE

Vice-président de EDS

Publicité
PARTAGER