La France suspend son aide au développement et son appui budgétaire au Burkina

6063
Ph: TFI - La France suspend son aide au développement et son appui budgétaire au Burkina

[ Publié / Modifié il y a

La France décidé de suspendre « jusqu’à nouvel ordre toutes ses actions d’aide au développement et d’appui budgétaire » au Burkina, a annoncé, dimanche soir, le ministère français des Affaires étrangères et rapporté par l’AFP.

Une annonce faite alors que le Burkina Faso et le Mali ont apporté leur soutien aux militaires qui ont pris le pouvoir à Niamey.

La France est alignée derrière les pays de la Cédéao qui veulent rétablir l’ordre constitutionnel en ramenant Mohamed Bazoum au pouvoir. L’institution a donné jusqu’à dimanche soir, aux militaires au pouvoir, de rétablir l’ordre constitutionnel.

482 millions d’euros soit plus de 316 milliards de FCFA d’aide au développement

Selon le Quai d’Orsay, les projets en cours de l’Aide française au développement en faveur du Burkina Faso représentent 482 millions d’euros soit plus de 316 milliards de FCFA tandis que l’aide budgétaire programmée en 2022 s’élève à 13 millions soit plus de 8 milliards 500 millions de FCFA.

Les relations entre Ouagadougou et Paris se sont détériorées depuis le putsch du Capitaine Ibrahim Traoré en septembre 2022 qui a renversé le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba.

Fin février, le Burkina Faso a dénoncé « l’accord d’assistance militaire technique » conclu à Paris le 24 avril 1961 entre la République de Haute Volta et la République française », y compris, « ses deux annexes ». Le pays avait donné un mois, soit le 28 mars, à tous les personnels militaires français en service dans les administrations militaires Burkinabè pour quitter le pays.

Mi-janvier, le Burkina avait dénoncé l’accord militaire de 2018 qui permettait le stationnement des forces françaises, quelque 400 militaires français stationnés à Kamboinssin, au Nord-Est de Ouagadougou.

Fin janvier, la France a rappelé son ambassadeur au Burkina Faso, Luc Hallade, pour « consultations » et a aussi annoncé le retrait des soldats français, baptisées « Sabre », du pays. L’ambassadeur Hallade ne reviendra plus dans le pays.

Le 19 février, l’état-major des armées du Burkina a officiellement annoncé la fin des opérations de la force française Sabre à partir du sol Burkinabè.

Lamine Traoré / Oméga médias

Retrouvez l’article sur omegamedias.info

PARTAGER