Habiba Touré: «Pour Gbagbo, il est important de préparer la relève»

2074

[ Publié / Modifié il y a

Dans une interview accordée à un confrère, ce mardi 19 octobre 2021, Me Habiba Touré, cheffe de cabinet de Laurent Gbagbo, revient sur le discours de son mentor, lors de la clôture du premier congrès du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (Ppa-Ci). Elle a tenté de lever l’équivoque relativement à certains points soulevés par l’ancien président.

Pour Me Habiba Touré, il faut comprendre à travers le discours de Laurent Gbagbo qu’il n’entendait pas céder aux injonctions présentées parfois sous forme de conseils des uns et des autres, lui demandant de se retirer de la vie politique et même au chantage dont il a fait l’objet, sans en préciser l’origine et les auteurs, notamment à l’occasion de son retour.

Ainsi, à travers son nouveau parti, l’ancien président de la République entend transmettre son héritage politique, a rappelé Habiba Touré. « C’est-à-dire que, pour lui, il était important de préparer la relève, de préparer de nouvelles générations et de les voir fonctionner aussi au sein de l’appareil du parti », a-t-elle souligné.

Et la cheffe de cabinet de préciser qu’il ne s’agit pas pour Laurent Gbagbo « d’abandonner qui que ce soit et en premier lieu ses militants, mais de préparer dès maintenant la relève des nouvelles générations à l’exercice du pouvoir au sein, déjà, de l’appareil et pour la suite, bien évidemment. »

Au dire d’Habiba Touré, Laurent Gbagbo a voulu réitérer son intention de continuer à peser sur la scène politique en apportant son soutien aux idéaux qui cadrent avec les siens. « C’est un homme politique, un homme qui a toujours fait de la politique et il entend en faire jusqu’à sa mort. C’est ce qu’il a toujours indiqué », a-t-elle précisé.

Sur ce point, Habiba Touré a tenu à relever : « Il n’y a aucune contradiction. Ce qui choquait le président Laurent Gbagbo, c’est que l’on puisse considérer qu’à un certain âge, on doit arrêter de faire de la politique. Parce que cela, finalement, n’est pas un argument », a-t-elle affirmé.

C’est en cela qu’elle a rappelé que la politique n’est pas une question d’âge. « C’est une question de conviction, une question aussi de proposition politique que vous pouvez faire au peuple, mais ce n’est certainement pas une question d’âge », a-t-elle argumenté.

Elle a également rappelé que Laurent Gbagbo a donné, lui-même, un certain nombre d’exemples. « N’oubliez pas que Nelson Mandela, quand il prenait le pouvoir, avait 76 ans. En France, Clemenceau a permis à la France de gagner la première guerre mondiale en 1918. Il avait quel âge ? Pratiquement 77 ans. Donc ce n’est pas une question d’âge. Ce qu’il dit, c’est une question d’état d’esprit et de respect des textes », a-t-elle rappelé.

Habiba Touré a martelé que « quel que soit l’âge que l’on peut avoir, si on ne respecte pas les textes, on sera confronté aux mêmes problèmes. Et quel que soit l’âge que l’on va avoir, qu’on ait 30 ans, 70 ou 80 ans, si l’on respecte les textes, vous allez voir que les guerres, tous les conflits qu’il a pu y avoir dans les pays africains vont disparaître. On aura d’autres problèmes que l’on reconnaît dans un certain nombre de pays et d’autres États démocratiques, mais en tout cas, tous les conflits qui amènent le peuple à sortir n’existeront plus. L’important c’est le respect des textes, quel que soit l’âge ».

Concernant une candidature de Laurent Gbagbo à la présidentielle de 2025, Me Habiba Touré n’a pas souhaité faire de commentaires. « Je vois bien que vous essayez d’interpréter, mais il n’y a pas de message subliminal dans son discours. C’était dans le cadre du congrès constitutif, il s’agissait de s’adresser aux militants et à tous ses sympathisants », a-t-elle conclu.

Patrick N’Guessan
fratmat.info

PARTAGER