Gadji Celi : Nous voulons rentrer en Côte d’Ivoire avec Gbagbo et Blé-Yéo Martial, Troussier et moi

2711

[ Publié / Modifié il y a

Gadji Celi Saint Joseph était présent samedi 27 avril 2019 au 15 avenue Salvador Alliende à Epinay-sur-Seine, en banlieue parisienne, à l’investiture de Dramane Cissé, premier Président de la fédération des organisations la diaspora du Denguélé en France.

Dans son témoignage à cette occasion, en présence de L’épouse du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, de Diaby Lanciné, Président du mouvement citoyen “Génération gagnante”, maire de Samatiguila , et Parrain de la cérémonie, de Maïzan Koffi Noël, député de Bondoukou, et de l’épouse du ministre Ally Coulibaly, et de plusieurs autres invités, le chanteur, ex footballeur et ex capitaine de l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire, a prôné la réconciliation.

Il a rappelé les circonstances du maintien de Yéo Martial à la tête des Éléphants à l’occasion de la CAN 92 remportée par la Côte d’Ivoire, alors que la Fédération avait voulu nommer à sa place son ami Philippe Troussier, Ci dessous les propos tenus par Gadji Celi.

« J’ai défendu Yéo Marrial contre mon ami et entraîneur Philippe Troussier. En 1992, après avoir passé les qualifications pour la CAN au Sénégal, les responsables de la Fédération voulaient remplacer Yéo Martial par l’entraîneur de l’ASEC, Philippe Troussier.
Je m’y suis opposé en ma qualité de capitaine, et j’ai mobilisé les Diaby Sékana, Youssouf Fofana, Tiéhi Joel, et autres pour nous opposer à cette injustice que l’on voulait faire à Yéo Martial.
Il ne pouvait pas avoir passé les matches de qualifications pour qu’on le prive de la compétition pour laquelle il s’était battu.
Yéo Martial était du Nord, mais dans la sélection, tout le monde s’est battu pour lui. Surtout moi.
J’aurais pu accepter l’arrivée de mon ami Philippe Troussier qui était d’ailleurs mon entraîneur à l’ASEC.
Je rappelle ce fait pour dire que les enfants de Côte d’ivoire doivent se parler.
Les histoires de nordistes, sudistes et autres doivent disparaître de notre langage.
Notre pays est beau sans cela. Nous voulons rentrer en Côte d’Ivoire, notre pays et y vivre en paix et dans l’harmonie avec tous.

Nous voulons rentrer en Cote d’ivoire avec tout le monde, avec le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé.
Vous verrez, les Ivoiriens chanteront et danseront pour l’unité retrouvée.
Nous n’avons plus de raisons d’avoir peur les uns des autres. Pour preuve, je suis là !
J’en profite pour dire merci à Dramane Cissé, grâce à qui j’ai reparlé à Alpha Blondy et Tiken Jah Facoly.

Aujourd’hui, nous nous parlons comme avant ».

Charles K et Oro Jean Paul à Paris

PARTAGER