FIDA appelle les banques publiques de développement à financer la lutte contre la faim

5424
©IFAD/Giancarlo Shibayama

[ Publié / Modifié il y a

FIDA appelle les banques publiques de développement à financer la lutte contre la faim, la pauvreté et les changements climatiques

« Nous ne devons ménager aucun effort pour permettre que les banques publiques de développement allouent davantage de capitaux aux populations rurales et aux petits exploitants agricoles qui produisent un tiers de l’alimentation mondiale, et proposent les services les mieux adaptés à leurs besoins. Ces petits producteurs et productrices sont essentiels à la sécurité alimentaire et à la protection de la biodiversité », a ajouté Alvaro Lario. « Il leur faut s’adapter de toute urgence à un climat qui évolue rapidement et ils ne peuvent pas continuer à vivre dans la faim et la pauvreté. Ils doivent avoir accès à des financements, aux technologies et aux marchés pour accroître leur production et leurs revenus ».

La guerre en Ukraine et la pandémie de COVID-19 ont clairement montré la fragilité et les défauts des systèmes alimentaires. Plus de 3 milliards de personnes n’ont pas eu les moyens d’avoir une alimentation saine en 2021. Près de 783 millions de personnes ont souffert de la faim en 2022. Les petits producteurs et productrices, qui sont la colonne vertébrale de la production alimentaire, touchent à peine 6 centimes pour chaque USD généré par les aliments qu’ils produisent. Près de 80% des personnes les plus pauvres au monde vivent dans des zones rurales. Responsables d’un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, les systèmes alimentaires ont aussi une forte empreinte environnementale.

Au FICS, le FIDA illustrera les progrès accomplis par les banques publiques de développement dans le cadre de la Plateforme pour des systèmes alimentaires verts et inclusifs, qu’il supervise avec le soutien sans faille de l’Agence française de développement.

La plateforme, qui a vu le nombre de ses membres doubler au cours de l’année écoulée pour atteindre 130 banques publiques de développement de 98 pays, poursuit sur sa lancée et encourage une action collective pour provoquer un changement à grande échelle.

Elle facilite des échanges réguliers de bonnes pratiques entre ses membres sur des sujets d’intérêt commun, notamment la numérisation, l’appui aux petites et moyennes entreprises, le financement de l’adaptation aux changements climatiques, et les mesures à prendre pour contribuer au renforcement des capacités et devenir un instrument majeur de partage de meilleures pratiques et d’assistance technique entre pairs, l’objectif étant d’accroître leur capacité de mobiliser des investissements en faveur de la transformation des systèmes alimentaires et de l’action climatique.

Par exemple, la banque FIRA (Mexique) a récemment pris contact avec le Crédit agricole du Maroc et la Banque agricole de Chine et adopté certaines de leurs pratiques exemplaires afin d’élaborer sa nouvelle stratégie en matière de durabilité.

Il y a peu, l’Union européenne a approuvé le financement de la plateforme à hauteur de 2,3 millions d’EUR, devenant ainsi son premier donateur externe, à l’exception du FIDA et de l’Agence française de développement.

Le FIDA en Amérique latine

Cela fait de nombreuses années que le FIDA entretient des liens étroits avec des banques publiques de développement telles que la BANCOLDEX (Colombie), la BNDES (Brésil), la COFIDE (Pérou) et la FIRA (Mexique), et il cherche désormais à renforcer cette collaboration afin d’explorer de nouvelles solutions d’investissement, de cofinancement et d’action commune au profit des petits exploitants agricoles. En 2021, il a signé son premier prêt à une banque publique de développement, la BNDES (Brésil): il s’agit d’un projet de 218 millions d’USD visant à améliorer la résilience des communautés rurales du nord-est du Brésil face aux changements climatiques.

Le FICS se tient à un moment où les investissements du FIDA en Amérique latine et dans les Caraïbes atteignent des niveaux inédits. L’organisation mène actuellement 30 interventions dans 17 pays de la région, représentant un montant total de 1,8 milliard d’USD, dont 630 millions d’USD du FIDA, 647 millions d’USD de gouvernements bénéficiant de prêts et dons du FIDA, et 508 millions d’USD de pays donateurs.

Les projets menés par le FIDA dans la région contribuent à l’inclusion des petits producteurs et productrices dans les filières formelles, à la protection de la biodiversité et à la production d’aliments nutritifs. De plus, la mise en œuvre de pratiques agricoles soucieuses du climat a permis de réduire l’exposition à l’insécurité alimentaire.  

Communiqué de presse no PR-84-2023

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est situé à Rome, centre névralgique des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Il investit dans les populations rurales, leur donnant les moyens de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de renforcer la résilience. Depuis 1978, le Fonds a octroyé plus de 24 milliards de dollars dans des pays en développement sous forme de dons ou de prêts à faible taux d’intérêt.

PARTAGER