Déclaration de la Secrétaire générale de la Francophonie sur la situation prévalant au Burkina Faso

1849

[ Publié / Modifié il y a

Communiqué de presse

La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo, suit avec préoccupation l’évolution de la situation au Burkina Faso après les événements survenus dimanche 23 janvier et ce jour. Elle condamne fermement cette tentative de prise de pouvoir par la force et demande le respect de l’intégrité physique du Président Roch Marc Christian KABORE.

« Au cours des 22 derniers mois, l’Afrique de l’Ouest a connu plusieurs coups d’Etat militaires. Ces situations de violence, de non-respect des principes démocratiques, et d’atteintes aux droits de l’Homme et à la vie humaine sont contraires aux engagements pris par nos Etats et gouvernements dans la Déclaration de Bamako, texte politique fondateur de notre Organisation. Elles ne sont tout simplement pas acceptables », a déclaré la Secrétaire générale.

Elle réaffirme son attachement à la stabilité du Burkina Faso qui, comme beaucoup de ses voisins du Sahel, fait face depuis plusieurs années à des attaques meurtrières de groupes terroristes.

Elle appelle les différentes parties prenantes à privilégier le dialogue pour résoudre les différends et à respecter à tout instant la vie humaine.

Enfin, la Secrétaire générale marque la disponibilité de l’OIF à contribuer à un retour rapide au fonctionnement normal des institutions républicaines.

L’OIF compte 88 États et gouvernements : 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs.
Pour plus de renseignements sur la Francophonie : www.francophonie.org
Contact Presse : media@francophonie.org

PARTAGER