Décès de Charles Konan Banny : hommage à un homme de consensus

971

[ Publié / Modifié il y a

L’ancien Premier ministre, Charles Konan Banny est décédé le vendredi 10 septembre 2011 de complications pulmonaires et respiratoires liées au Covid-19. Infecté par le SARS-CoV-2 à Abidjan, il avait été transféré la semaine dernière à l’hôpital américain de Neuilly, où il est mort à l’âge de 78 ans.

Depuis l’annonce de cette triste nouvelle, les hommages se succèdent.

Vice- Président et militant actif de référence du Pdci-Rda, le Premier ministre Charles Konan Banny est resté solidement arrimé aux valeurs de paix, de dialogue, de fraternité et d’unité dans la diversité telle qu’à lui léguées son père, compagnon des premières heures de combat pour la liberté et la dignité des peuples africains aux côtés de Feu le Président Felix Houphouët Boigny. ‘’Ckb’’ pour les intimes était un homme réputé proche de toutes les obédiences politiques ivoiriennes.

C’est pourquoi, il a été choisi à juste titre par le Président de la République, Alassane Ouattara pour diriger la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (Cdvr) de 2011 à 2014. C’était un homme de consensus qui a mené bon an mal an le processus de réconciliation nationale. Il a œuvré avec force et détermination, écouté toutes les couches sociales pour rapprocher les Ivoiriens et préparé les conditions d’une réconciliation vraie, pour une paix durable en Côte d’Ivoire.

Quelques instants après son décès, le Président Ouattara a réagi. «Je rends hommage à un grand serviteur de l’État, une personnalité politique de premier plan dont la contribution à la réconciliation nationale a été importante».

Dans la foulée, le Président Laurent Gbagbo dont Charles Konan Banny avait été le Premier ministre de décembre 2005 à avril 2007 a salué la “mémoire d’un grand commis de l’État” et “un proche collaborateur”.

Pour sa part, le président du Pdci-Rda Henri Konan Bédié « pleure un frère qui a participé dignement à ses côtés à la construction de la Côte d’Ivoire moderne sans faillir à son devoir de fidélité aux idéaux du Pdci-Rda».

Les deux hommes s’étaient disputé le contrôle du Pdci dans les années 2000. À cette époque, Charles Konan Banny était entré dans la politique active, devenant Premier ministre de transition sous Laurent Gbagbo.

Quant au Premier ministre, Patrick Achi, il a souligné «les conseils éclairés et fraternels d’un ainé attentif» aux côtés de qui il a servi dans son gouvernement lorsqu’il fut Premier ministre. « Mes prières l’accompagnent ainsi que tous ses proches », a souhaité Patrick Achi.

De son côté, Guillaume Soro se dit profondément consterné par le décès de celui qui l’appelait son « oncle ». «J’en suis, personnellement, très consterné eu égard aux relations particulières qui me liaient à celui qui m’appelait, affectueusement, ‘’mon neveu’’ et que j’appelais ‘’mon oncle’’», a écrit M. Soro sur sa page Facebook.

Pour lui « La Côte d’Ivoire perd un grand serviteur qui a mis toute sa compétence, toute son énergie et tout son dévouement au service de son pays qu’il aimait tant. La Côte d’Ivoire perd également un grand patriote qui continuait d’afficher sa volonté permanente de voir son pays renouer résolument avec la paix et la vraie réconciliation entre ses filles et ses fils ».

Né à Divo, Charles Konan Banny, fils de planteur baoulé, était diplômé de la prestigieuse École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) de Paris.

Après avoir travaillé dans la gestion d’État de la filière cacao en Côte d’Ivoire, il avait intégré en 1976 la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) à son siège de Dakar, où il avait ensuite gravi tous les échelons. Gouverneur par intérim de cette institution (1990-1993), il a été confirmé dans ses fonctions le 1er janvier 1994. Charles Konan Banny avait nommé Premier ministre par Laurent Gbagbo en décembre 2005. Il avait quitté son poste en avril 2007.

Patrick N’Guessan
fratmat.info

PARTAGER