David Kpakiwa, sierra-léonais se prépare à accueillir le Global Mercy

8019
Source: Mercy Ships - David Kpakiwa

[ Publié / Modifié il y a

David Kpakiwa, ce bénévole sierra-léonais de Mercy Ships qui se prépare à accueillir le Global Mercy
David rêve du jour où il pourra apporter espoir et guérison non seulement à ses voisins d’Afrique de l’Ouest, mais aussi à son propre peuple
Accéder au contenu multimédia

FREETOWN, Sierra Leone, 15 août 2023/ — Lorsque David Kpakiwa pense aux besoins chirurgicaux de son pays d’origine, la Sierra Leone, il est ému.

Ce n’est pas seulement parce qu’il se soucie de ses compatriotes. C’est parce que cette question le touche de près.

“Lorsque j’étais enfant, ma mère est tombée malade et a dû subir une intervention chirurgicale”, raconte-t-il. “Mais dans notre communauté, il n’était pas possible de la faire opérer.”

La mère de David devait quitter leur maison dans le district de Kono pour se faire soigner, mais le voyage était trop onéreux. David était jeune, mais il assumait de lourdes responsabilités en tant que soutien de famille. Il a commencé à subvenir aux besoins de sa famille à l’âge de 8 ans, en travaillant de longues heures dans une ferme pour rapporter de l’argent à sa mère.

“J’ai passé beaucoup de temps à regarder ma mère souffrir”, déclare-t-il.

Bien qu’elle ait finalement pu se faire soigner, David n’a jamais oublié cette expérience.

“Les souvenirs sont là”, dit-il, “et ils sont encore très frais”.

La famille de David n’est pas la seule dans cette situation en Sierra Leone. Il y a moins de trois chirurgiens pour 100 000 habitants, et ces chirurgiens sont inégalement répartis dans le pays. Cela signifie que les soins chirurgicaux sont inaccessibles à la majorité de la population. Selon les estimations, les besoins chirurgicaux non satisfaits en Sierra Leone atteignent 91 %.

La mère de David était une illustration de toutes ces personnes qui n’avaient pas accès aux soins indispensables, impactant ainsi la vie affective de son entourage. C’est pourquoi, des années plus tard, quand David prépare l’arrivée du Global Mercy™ à Freetown, en Sierra Leone, il prend son travail très à cœur.

Trouver le bon endroit

David Kpakiwa a rencontré Mercy Ships pour la première fois lorsqu’il a postulé pour devenir membre d’équipage de l’Africa Mercy® en Guinée. Sa première mission consistait à travailler avec le programme “Mercy Ministries”, un projet hors navire qui s’associe à des organisations locales pour apporter son soutien dans des lieux tels que des orphelinats et des prisons.

“Je peux vous dire que c’est la meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie”, confesse-t-il.

David a commencé à visiter des orphelinats et s’est rendu compte qu’il s’identifiait facilement aux enfants qu’il rencontrait.

“Je ne suis pas orphelin, mais… très jeune, j’ai dû commencer à me débrouiller pour ma famille”, explique-t-il. “On a l’impression d’être seul. Et puis des gens viennent à vous, vous montrent de l’amour, déversent un amour authentique sur vous”.

En continuant à travailler avec les enfants et les autres patients de Mercy Ships, David a su qu’il avait trouvé sa voie.

“C’est ce qui me rend heureux : servir les gens”, dit-il.

David a rejoint Mercy Ships comme membre d’équipage bénévole à plein temps en 2020. Il a travaillé à l’entretien ménager, puis est devenu administrateur de pont.

Alors qu’il travaillait sur l’Africa Mercy, David a appris que le nouveau Global Mercy se rendrait en Sierra Leone pour servir son pays d’origine. Il a demandé à être transféré – et c’est alors que son voyage de retour a commencé.

“Honnêtement, je ne sais pas comment exprimer ma joie de pouvoir servir mon pays”, confesse-t-il. “Je regarde en arrière et je me dis que Dieu a été fidèle”.

Préparer le terrain

Lorsque Mercy Ships signe un protocole d’accord avec un pays hôte, la visite du navire n’est qu’une partie d’une organisation plus vaste. L’accord s’étend sur cinq ans et comprend la préparation de la mission du navire et le suivi sur le terrain après son départ.

David travaille maintenant avec l’équipe de mobilisation sur le terrain (CET), qui supervise ce travail à long terme dans le pays d’accueil.

Son équipe s’est rendue en Sierra Leone quelques mois avant l’arrivée du navire pour préparer la logistique de la mission, en initiant des relations avec les systèmes de santé et le gouvernement locaux, en préparant les installations portuaires pour l’arrivée du navire. Son équipe restera également sur place après le départ du navire, afin d’assurer une transition en douceur pour que les partenaires locaux puissent prendre le relai.

“Je considère ma mission comme la base du travail de Mercy Ships avec ses navires”, explique David. “Si cette équipe ne faisait pas un bon travail, ce serait toute l’activité du navire qui serait en difficulté.”

En tant qu’agent de liaison pour ces opérations, David est la personne de référence pour gérer les relations entre le département des opérations du Global Mercy, le gouvernement de Sierra Leone et les autres partenaires locaux de Mercy Ships.

“Je travaille beaucoup avec l’équipe de communication, l’équipe informatique, l’équipe des transports, l’équipe financière et l’équipe d’approvisionnement”, explique-t-il.

David s’occupe de tout, de l’enregistrement des véhicules de Mercy Ships à la recherche de logements pour l’équipage hors du navire, en passant par l’établissement de relations avec les banques locales au nom du département des finances.

“C’est un travail très prenant”, dit-il, “j’ai beaucoup de réunions, d’appels téléphoniques et de logistique à gérer.”

David coordonne les nombreux éléments d’une opération complexe, et son travail lui semble parfois interminable. Mais il sait que le jeu en vaut la chandelle. En Sierra Leone, les recherches montrent que seuls 30 % des hôpitaux répondent aux normes de fonctionnement d’un hôpital chirurgical. L’accès à la chirurgie est plus difficile en dehors des grandes villes, et un rapport de la Banque mondiale a révélé que la pauvreté dans les zones rurales de la Sierra Leone s’aggravait.

David rêve du jour où il pourra apporter espoir et guérison non seulement à ses voisins d’Afrique de l’Ouest, mais aussi à son propre peuple.

“Quand je regarderai le navire arriver, je serai vraiment ému en sachant à quel point il va être porteur de transformations dans la vie des gens. “, a-t-il déclaré.

Des larmes à la joie

David trépigne d’impatience pour chaque personne qui sera touchée par l’arrivée du navire. Il se réjouit pour l’équipage national sierra-léonais qui aura la chance de participer à la mission. Il se réjouit également pour le gouvernement et les partenaires locaux qui ont invité Mercy Ships.

Et surtout, il se réjouit pour les patients. Des patients comme sa mère.

“Lorsque ma mère a été opérée, elle a quitté la maison en pleurant”, se souvient-il. “Nous pleurions tous. Nous étions tristes pour elle. Quand elle est revenue, elle souriait. Elle était heureuse. Cela fait partie de la transformation”.

Aujourd’hui, David ouvre la voie à un plus grand nombre de ses compatriotes sierra-léonais pour qu’ils vivent eux aussi cette transformation.
Distribué par APO Group pour Mercy Ships.
SOURCE
Mercy Ships

PARTAGER