Damana Adia Pickass: « Nous n’envisageons aucune ‘alternative à Laurent Gbagbo »

44572
Damana Adia Pickass, 2ème vice-président du Conseil Stratégique Politique (CSP)- Damana Adia Pickass : « Nous n'envisageons aucune 'alternative à Laurent Gbagbo »

[ Publié / Modifié il y a

Le Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) a rendez-vous avec ses militants pour célébrer la deuxième édition de la Fête de la Renaissance.
Damana Adia Pickass, 2ème vice-président du Conseil Stratégique Politique (CSP), maître d’œuvre de la grande rencontre multiplie des tournées dans la ville Agboville pour polir le processus d’organisation. Comme il nous l’a confié, la ville « symbole » d’Agboville qui a abrité en 1990, la première sortie politique de Laurent Gbagbo s’installe déjà dans la fièvre de l’édition 2024 de cette activité statutaire du parti. Pour lui la rencontre d’Agboville comporte un double enjeu : remettre le président Laurent Gbagbo sur la liste et l’accompagner au pouvoir en 2025.

La Voie originale : Vous gardez toujours le sourire alors qu’ils sont nombreux ceux qui pensent que les derniers aménagements de la direction du PPA-CI vous ont visé

Damana Adia Pickass : Avant toute chose, je voudrais adresser des vœux de bonne et heureuse année à notre parti et à toute la Côte d’Ivoire. Que 2024 soit une année de succès pour le Parti des Peuples Africains Côte d’Ivoire (PPA-CI).
Cela dit, revenons à votre question. Non pas du tout. Vous voyez vous même que je suis serein et toujours souriant avec la détermination et le même engagement au côté du Président Laurent Gbagbo. Je n’ai nullement été visé par les récents réaménagements au niveau du parti. Ces réglages ne m’ont ni affecté encore moins déçu. Le Président du parti a bien voulu me confier de nouveaux challenges notamment en ce qui concerne la fête de la renaissance, qui est une activité majeure du parti. Mais il y’a également et surtout la prise en main et l’encadrement de la jeunesse qui est dans un état de désastre moral. Pour mieux accomplir ces missions importantes, le Président nous a élevé dans la hiérarchie du parti au rang de 2ème vice-président du conseil stratégique et politique. Donc tout va bien. Comprenez que nous sommes à la disposition du parti et du Président donc prêts à servir n’importe où et à tout moment. vous me donnez l’occasion de dire grand merci au Président Laurent Gbagbo pour cette confiance renouvelée à ma personne.

LVO : Justement, le président du parti vient de vous confier cette importante mission d’organiser la fête de la renaissance. Est-ce qu’on peut dire que Laurent Gbagbo continue de faire la place à la jeunesse comme il l’a promis ?

DAP : Vous avez raison. La fête de la renaissance est une activité statutaire pour le parti. Elle est prévue par le statut du parti en son article 3. Depuis la création du PPA-CI le président a abordé une trajectoire à laquelle il demeure fidèle, c’est à dire le rajeunissement du parti. La direction exécutive du parti en est une illustration. Les élections municipales et régionales dernières ont confirmé cette trajectoire du président. Le PPA-CI a présenté beaucoup de candidats jeunes.
L’ avènement d’une élite politique jeune au ppa-ci est donc une option, voire même plus, c’est une vision stratégique. Nos élus sont en majorité jeunes. Nous avons également pour mission d’ encadrer la jeunesse ivoirienne, de l’organiser et surtout de lui redonner espoir. Le Président du parti son Excellence Laurent GBAGBO est donc cohérent et logique dans son approche de rajeunissement du parti. Notre désignation, tout comme celle de nombreux jeunes à des responsabilités diverses dans le parti n’est pas du tout le fait du hasard. Le Président est un homme qui honore et respecte sa parole.

LVO : Après 3 ans d’existence du PPA-CI, qu’est ce qu’on peut en dire ?

DAP : Le PPA-CI est rentré en force sur la scène politique ivoirienne à travers la réussite de son grand congrès constitutif des 16 et 17 octobre 2021 à l’hôtel ivoire. A partir de cet instant toute la Côte d’Ivoire a su qu’une force politique notable venait de naître marquant le grand retour du Président Laurent Gbagbo sur la scène politique ivoirienne. Le PPA-CI est donc présent dans la conscience populaire ivoirienne et même au delà de nos frontières. La première édition de la fête de la renaissance a connu un succès populaire indéniable. Les tournées des cadres du parti mais surtout celles du Président sont toujours des occasions de grandes mobilisations des populations. Notre encrage populaire est donc incontestable. Maintenant il faut structurer le parti, il faut l’organiser en occupant le terrain. C’est tout le sens de l’implantation du parti sur lequel le président a mis actuellement un accent particulier. Il a enjoint la direction exécutive d’aller vite sur ce chantier en appuyant l’action du terrain par des vice-présidents exécutifs chargés de région, ainsi que des secrétaires généraux adjoints. Ces derniers viendront renforcer le travail remarquablement entamé par les coordonnateurs régionaux et les coordonnateurs adjoints en matière d’implantation du parti. l’implantation d’un parti, il faut le souligner est un processus qui n’est pas forcément limité dans le temps et dans l’espace. Il y aura toujours en tout temps et en tout lieu, un militant à recruter, un comité de base, une section, une nouvelle fédération à créer. Ainsi donc le parti continuera à vivre, à être animé, à faire face à des challenges politiques, concomitamment à son implantation. en deux ans d’existence on peut affirmer que le PPA-CI a fait du chemin. ce qui a été fait est important en matière d’implantation, en matière de promotion de notre idéologie, d’installation des structures. Chaque fois que le parti organise une activité, vous voyez l’engouement, la mobilisation et tout l’intérêt que cela suscite . Cela dénote de la vitalité du parti.

LVO : Monsieur le Vice Président, est-ce que la mise en place de la ligue des femmes est pour le parti un mauvais souvenir ?

DAP : Non, pas du tout. La mise en place de la ligue des femmes et le congrès constitutif qui a eu lieu à cet effet est loin d’être un mauvais souvenir. C’est l’ambiance normale dans tout congrès. Il y’a comme habituellement eu quelques débordements regrettables, mais c’est Nous ça un congrès. Nous en sommes habitués et les exemples sont légion. J’ai eu affaire à plusieurs congrès quand nous étions au FPI. J’ai participé en tant que acteur jeune à deux congrès de la jeunesse du parti. Je puis vous dire ce que nous avons vécu a été beaucoup plus mouvementé que le congrès dernier des femmes ppa-ci. Le congrès des femmes qui a vu l’avènement de la camarade MODÈL, l’honorable Marie Odette Lorougnon à la tête de l’offpi n’a pas été de tout repos. Donc quand tu as traversé toutes ces étapes dans notre histoire, tu es très serein face à ce genre de situation qu’il ne faut pas dramatiser outre mesure. Le plus important et cela nous l’avons réussi, c’est de sortir rapidement de l’ambiance de tension post congrès, retrouver la sérénité d’antan et continuer la marche. Ce qui s’est passé est l’expression de la vitalité du parti. D’ailleurs, vous me donnez l’occasion de saluer l’action salvatrice du président du parti qui a pu se mettre au dessus de la mêlée et qui agissant comme il l’a fait en bon père de famille, a su ramener la paix entre les femmes du parti.

LVO : 2023 s’est tenue la première édition de la fête de la renaissance. Est-ce que le parti en a dressé le bilan ?

DAP : Bien sûr que oui. le parti a dressé le bilan moral et financier de cette activité historique qui, au niveau d’Abidjan a été l’occasion de la première sortie du président Laurent Gbagbo depuis son retour de la Haye. On a surtout tiré les leçons de ce qui n’a pas marché afin que la prochaine édition 2024 soit mieux élaborée et réussie. Il ya des aménagements à faire au niveau du défilé, des corrections à porter au niveau de l’accueil et en bien d’autres points.

LVO : Coté succès, qu’est ce qu’on retient ?

DAP : On peut dire que la fête est bien venue. Elle est pleine de symboles et nous replonge dans notre histoire, nos souvenirs de ces dix dernières années et même un peu plus loin derrière nous. Nous avons en effet vécu des moments difficiles, perdu des camarades, connu les tortures, l’expropriation, l’exil, la prison. Beaucoup de nos camarades sont encore en prison et en exil. Notre chef charismatique, Laurent Gbagbo a connu l’humiliation, il a été renversé et déporté à la Haye. Cela a été un grand choc émotionnel pour nous. Et la Fête de la renaissance cristallise tous ces souvenirs, en même temps qu’elle induit la force de notre engagement pour la Côte d’Ivoire. Parce que de partout, nous n’avons pas accepté la capitulation, nous avons résisté, nous nous sommes dressés, nous sommes restés débuts. Et notre résistance a eu pour conséquence la victoire contre l’oppression et les forces réactionnaires. le retour de plusieurs des nôtres de l’exil .mais surtout la libération de notre leader et de son retour triomphale et sans compromission sur sa terre natale . Nous sommes fiers de ce combat, de ce parcours et des résultats obtenus. C’est pourquoi chaque année nous célébrerons avec faste cette fête. Mais bien évidemment nous ne pardons pas de vue qu’il y’a beaucoup de défis à relever. La fête de la renaissance devient aussi pour nous les résistants un motif, une occasion de réengagement.

LVO : Que voulez vous dire ?

DAP : Cela signifie qu’on ne va pas simplement célébrer, festoyer. Car il y a encore des citadelles, des libertés à conquérir et des lauriers à glaner. C’est la fête fête dans la réflexion, la remise en cause pour nous projeter vers de nouveaux défis

LVO : Est-ce que les militants ont intégré l’esprit de la fête ?

DAP : Les militants ont compris et ont intégré l’esprit de cette commémoration. Vous avez vu l’engouement que la première édition de la Fête de la résistance a eu à la place Ficgayo, dans la commune de Yopougon. S’il y a eu un semblant de désordre, c’était à cause de l’extraordinaire mobilisation. Cette grande place est apparue très exigüe. Et je peux vous assurer que nos militants ont tellement intégré l’esprit de la fête qu’elle va davantage gagner en mobilisation et en intensité.

LVO : Après cette parade extraordinaire, on était en droit de penser que le pouvoir vous laissait tranquille que non. Le nom du président Laurent Gbagbo a été extrait de la liste électorale. Et on n’a pas vu la réaction du PPA-CI.

DAP : Ce que vous dites n’est pas tout à fait vrai. C’est à la veille des élections locales que le nom du président a été extrait sans raison de la liste. Le parti s’est automatiquement réuni, a marqué son désaccord et a protesté contre cette énième injustice faite au président Laurent Gbagbo. Mais en même temps, le parti a décidé d’aller aux élections locales tout en se réservant le droit de réagir après cette échéance. Nous sommes dans ce schéma et le parti va organiser maintenant sa riposte. Nous allons nous donner les moyens de le signifier ouvertement . nous allons demander la réinscription du président Laurent Gbagbo sur la liste électorale. Ce n’est pas pour faire de la défiance, ni de guerroyer ou faire de l’agitation . Mais nous voulons agir en toute responsabilité, porter à la connaissance du gouvernement, la nécessité de corriger cette injustice faite au président Laurent Gbagbo. Nous voulons trouver avec le gouvernement un compromis politique dynamique. Le président Laurent Gbagbo l’a déjà pour le président Alassane Ouattara, ce dernier peut et doit lui ramener l’ascenseur.
Nous croyons à la solution politique, à la capacité de dialogue inter ivoiriens pour trouver une solution pacifique à cette préoccupation d’intérêt national.
En tout état de cause, le PPA-CI en tant que parti d’opposition fera son travail en ne négligeant aucun aspect des moyens légaux et démocratiques dont il dispose.

LVO : Est-ce l’objectif de la deuxième édition de la fête ?

DAP : Oui, les militants doivent comprendre qu’en effectuant le déplacement d’Agboville, ils entreprennent une action politique dans le sens de la réinscription du président Laurent Gbagbo sur la liste électorale. Chaque militant du PPA-CI qui se rendra à Agboville doit intégrer, avoir en esprit que sa présence à Agboville milite indéniablement à la réinscription du Président Laurent Gbagbo sur la liste électorale. Chacun doit comprendre que par sa mobilisation, son déplacement, il envoie un message, un signal fort aux décideurs pour qu’ils réparent ce tort, l’injustice faite au président Laurent Gbagbo. Donc Agboville sera une mobilisation qui vise à interpeller l’opinion nationale et internationale. Dire que l’injustice faite au président Laurent Gbagbo ne sera jamais acceptée et qu’il est temps de veiller à la réparer. Le PPA-CI constitue une large opinion non négligeable qui croit en Laurent Gbagbo et qui l’a choisi comme son candidat. Et il ne serait pas juste, encore moins démocratique que cette partie de l’opinion soit exclue du jeu politique. Les décideurs doivent surtout savoir que nous n’envisageons pas d’alternative au président Laurent Gbagbo. Surtout que aucune raison juridique et politique ne nous incline à le faire.

LVO : Vous continuez d’affirmer haut et fort que le président Laurent Gbagbo est votre candidat ?

DAP : Je le redis, il n’y a pas d’alternative à Laurent Gbagbo. Il est le plan A, B C jusqu’au plan Z. Et conséquemment, nous allons nous mettre en ordre de bataille pour qu’il gagne les élections de 2025.

LVO : De ce point de vue, on peut dire qu’Agboville revêt un double enjeu très important…

DAP : Oui, les militants doivent comprendre qu’Agboville comporte deux grands enjeux. Par notre mobilisation, notre détermination, nous allons signifier aux décideurs qu’il faut remettre le président Laurent Gbagbo sur la liste, mais également, nous allons nous mettre en ordre de bataille pour l’accompagner au pouvoir pour la présidentielle de 2025.

LVO : Allons à la fête alors, quel en est le thème ?

DAP : Le thème de la célébration de cette fête se rapporte aux femmes cette année. « Quelle politique du PPA-CI pour l’autonomisation de la femme en vue de gagner la présidentielle de 2025 ? » Comme vous pouvez le voir, tout converge vers la présidentielle de 2025. Personne n’ignore que les femmes constituent l’une des franges les plus importantes de notre société et dès lors qu’elles sont mobilisées, le succès est assuré. Le PPA-Ci veut donc conjuguer ses efforts pour permettre aux femmes de s’épanouir et être non seulement au service de la famille, mais également de la société. Faut-il le préciser, les femmes seront aussi au rendez- vous pour la réinscription du président Laurent Gbagbo sur la liste. Naturellement, engager pleinement les femmes n’exclut pas les autres composantes parce que la Fête de la renaissance est une fête des militants, une fête du parti.

LVO : Quels sont les grands axes d’articulations de la fête ?

DAP : Il faut déjà dire que la fête aura lieu à Agboville, les 5 et 5 Avril 2024, à la place Henri Konan Bédié de la ville. Nous avons déjà fait la reconnaissance des lieux, honoré toutes les procédures administratives et obtenu l’autorisation d’occuper cet espace . en dehors des petits travaux de nivellement, il n’y pas grande chose à faire.
Le 5 Avril, c’est l’accueil des délégations dans la matinée et l’après midi, nous organisons un colloque justement sur le thème consacré aux femmes. Dans la soirée, il y aura le traditionnel concert de la renaissance pour égayer les militants qui vont arriver de partout.
N’oublions pas le village de la renaissance, cet espace important où se retrouvent les militants pour se détendre, se congratuler, échanger.

LVO : Qu’en est-il des autres activités ?

ADP : Si vous faites allusions au sport, à la culture, à l’animation, je puis vous rassurer que ces activités sont encore au menu. Il y aura même des innovations que je ne peux pas énumérer maintenant.
Vous vous imaginez bien que la journée du 6 avril 2024 est très attendue. C’est le jour réservé par excellence à la politique, avec entre autre activité, le défilé géant. Mais c’est également ce jour que le président Laurent Gbagbo va s’adresser à la nation. Ce discours est d’autant attendu qu’il arrive à un moment, et dans un contexte des plus difficiles. le pays traverse des turbulences dues à une crise financière avec la mauvaise gouvernance économique; une crise sociale avec la cherté de la vie ; une crise politique avec la problématique de la Commission électorale dont l’indépendante est sujette à débat. Nous n’ oublions la liste électorale qui n’est crédible et ne garantit pas des élections sincères et intègres. Une liste électorale dont l’absence du président Laurent GBAGBO constituera forcément une pomme de discorde.

LVO : Monsieur le Vice président, est ce qu’en choisissant Agboville qui a accueilli la première sortie politique de Laurent Gbagbo, on a voulu jouer sur le symbole ?

DAP : Vous avez vu juste. Le choix d’Agboville n’est pas un fait de hasard. Il y a ce symbole que vous mentionnez. De plus Agboville est un bastion du président Laurent Gbagbo au regard du score que notre candidat a obtenu à la présidentielle de 2010. Mais il ne faut surtout pas omettre que cette localité est le berceau de la résistance à la pénétration coloniale. C’est un peuple de résistant attaché à la liberté. Un peuple, les abbeys et les krobous n’ont pas accepté la soumission et les pesanteurs esclavagistes. aussi le fait qu’il existe une histoire particulière, une sorte d’alliance, un attachement affectif de Laurent Gbagbo à cette localité où son père a travaillé et où il a fait une partie de son enfance, de sa jeunesse.

LVO : Avez-vous déjà visité le terrain qui abritera cette gigantesque fête. Mais au plan sécuritaire, on ne peut s’empêcher de penser aux les incidents d’Adzopé. Qu’est ce qui est prévu contre ces genres d’agitations ?

DAP : Nous avons conduit plus d’une fois, des missions de terrain à Agboville. Cela va de soi pour des raisons évidentes d’organisation. Mais de surcroit, le président Laurent Gbagbo est un ancien chef d’Etat dont le déplacement requiert un certain nombre de dispositions sécuritaires et protocolaires .Donc nous avons rencontré les autorités locales administratives, politiques, et coutumières, le préfet de région, les forces de défense et de sécurité . Nous avons annoncé à ces autorités que son Excellence le Président Laurent Gbagbo sera effectivement à Agboville les 29 et 30 mars 2024, dans le cadre de la 2éme édition de la Fête de la Renaissance. Nous avons bénéficié d’une attention particulière de la part des autorités administratives et politiques et nous ne pouvons que les en remercier. C’est cela aussi l’esprit et l’éthique de la République. Nous avons également donné les consignes de la direction à nos militants pour que la mobilisation se fasse au mieux. Nous avons déjà de l’engouement et à mesure que nous allons avancer la mobilisation va gagner en intensité. Le processus de mobilisation est déjà enclenché. , nous étions récemment à Dabou qui fait partie du District des lagunes qui comprend également l’Agnebi Tiassa et la Mé. Un seul mot d’ordre, mobilisation, mobilisation et toujours mobilisation. Les responsables du parti. doivent commencer à s’organiser avec les militants pour les convois sur agboville sur toute l’étendue du territoire.
Concernant la question de la sécurité, nous sommes conscients des manipulations de quelques individus dans le département d’Adzopé et cela vous vous souvenez n’a pas eu d’impact sur le succès d »Adzopé. Mais nous assurons tout le monde que nous prenons des dispositions, surtout avec la présence annoncés des forces de sécurité. Sur le terrain il ya déjà l’engouement et nous comptons organiser encore des missions pour que la fête soit un franc succès. En tout cas nous pouvons assurer tout le monde que la fête sera belle. Et nous attendons qu’Agboville batte trois fois plus le record de Yopougon.
Je voudrais dire à tous que la fête de la renaissance est une activité qui transcende le PPA-CI. C’est la fête de la Côte d’Ivoire qui aspire à la liberté. C’est aussi la fête de tous les africains, tous les démocrates et les patriotes du monde qui se sont mobilisés pour la cause du président Laurent Gbagbo. tout peuple aspire à la liberté. Liberté de penser. Liberté d’agir, dans la limite de l’éthique et de la.
La condition sinequanun du développement, c’est la liberté. Alors toute la Côte d’Ivoire est invité à venir célébrer la renaissance.
Vive Agboville 2024. !!!

In La Voie originale
Interview réalisé par
Ayoualou ZIZA

PARTAGER