Culture: Fabriss Atitoh : Merci aux associations pour leurs soutiens !

15808
Fabriss ATITOH: Artiste chanteuse ivoirienne Credit: Raffoux ZAHUI

[ Publié / Modifié il y a

Il y’a un an le Monde du Showbiz Ivoirien découvrait pour la 1ere fois en Live celle qu’on appelle Le Soleil de Gubéroua, pour ne par Dire la Coqueluche de la Musique Ivoirienne Fabriss ATITOH. Accompagnée par son Orchestre LES GUIBESS, Zézé Fabrice Reine Sokau (Fabriss ATITOH) avait surpris plus d’un par la qualité de sa pression. Elle venait ainsi d’écrire son nom en lettre de noblesse dans le monde du Showbiz Ivoirien à Paris. Son aventure Musicale avait commencé en le 27 avril 2013 avec la Sortie de son 1er Opus BEHI. Au ce jour un second opus Son Actif : « Zékpa » Sortie en Janvier 2019. Une année 2019 qu’elle revisite pour nous.
img.03.03.20cVoici un moment que nous somme sortis de 2019. Que retiens-tu de cette année écoulée ?

Je voudrais de tout cœur profiter de cet entretien pour souhaiter que le meilleur à mes fans pour 2020. je n’ai pas eu l’occasion de le faire publiquement même s’il y’a certains avec qui j’échange sur les réseaux à qui j’ai souhaité mes vœux les meilleurs. Il n’est jamais tard nous sommes encore en début d’année. Que 2020 soit donc une année de grâce pour vous. Pour répondre à ta question, je pense que 2019 a été une année de tous les défis. Celui de ma performance artistique et celui de ma capacité à regrouper du monde autour de moi. En un mot, savoir si j’avais réellement un publique. Sur ce plan ce fut une satisfaction totale. Le jour de mon concert l’année dernière, l’Espace Chevreuil de Nanterre avait refusé du monde. Mon équipe était débordée parce qu’il n’y avait plus de place. Cela m’a rassuré d’autant plus que ce même jour il y avait un Spectacle avec plusieurs artistes à l’Affiche du Coté de Noisy Le Sec. Loin de moi toute prétention de nombrilisme, mais pour ce qui est de ma performance artistique je suis beaucoup rassurée et satisfaite. Un an auparavant lorsque mon manager me proposait ce concert live je me suis dit, mais ce type la veux me tuer et détruire ma carrière. J’avais peur. Il m’a fait comprendre que si je veux vraiment faire une carrière dans ce métier il faut que je face du Live. On va se donner les moyens financiers mais surtout le travail. On a monté l’Orchestre, LES GUIBESS et je travaillais régulièrement avec mon Clavier et chef d’Orchestre Franck SAKI. Lorsque quelqu’un comme Bény Bézy vient à ton concert et dit à qui veux l’entendre « La petite a travaillé » je ne peux qu’être fière et satisfaite d’avoir relevé ce défis. Et après se produire dans cette mythique salle du New Morning on ne peux que rendre grâce à Dieu.

Ton année 2019 ne se résume pas qu’à ton concert du 9 mars ?

En partie oui parce que pour moi le défis était énorme. Je suis une danseuse à la base et ça ne fait pas longtemps je m’essaie à la chanson et on me demande de faire du live avec une vraie seine je le réussis je ne peux que prendre cet évènement en référence pour 2019. C’est varié qu’après j’ai eu plusieurs Spectacles. J’étais a Abidjan pour des raisons de famille et j’ai été sollicité pour la petite Scène de la SACEM au FEMUA 12. Ça aussi c’est grâce au 9 Mars. Quand je suis invité a la NUIT DES DIVA au New Morning pour se produire en Live ça aussi grâce au 9 Mars, Lorsque l’Espace SICOGI a Paris qui ne produit que les artiste en vogue a Abidjan me sollicite pour faire son affiche se sont les retombée du 9 Mars. Je je me produit au Festival des arts Manding pour démontrer les pats du Zigblibity ça venue grâce au ç Mars.

2019 n’a pas été en Rose sur toute la ligne ?

Personnellement elle a été rose pour moi sur toute la ligne. Mon équipe et moi avions réussi à mettre en œuvre ce que nous avons prévu. Tout s’est bien passé. La tâche est venue de mes activités dans la vie associative. Je suis la Présidente de L’Association des Artistes de Guibéroua en France. Toutes nos activités prévues pour 2019 n’ont pas été réalisées du fait que certains se sont retirés pour créer une association parallèle toujours pour Guiberoua. Avec ceux qui sont restés nous avons été obligés de reconsidérer certains pans de nos activités. Nous avons eu le sentiment de tout reprendre au Début. A ce niveau là tout n’a pas été rose mais nous avons réussi à nous organiser autrement.

Les associations ont une place considérable dans la promotion des artistes que vous êtes ?

Franchement il ne faut pas se voiler la face. Les Associations sont nos raisons de vivre se sont elles qui nous donnent des espaces d’expression, elles viennent nous soutenir à nos spectacles. Elles sont un maillon essentiel pour nous car Il n’y a plus de Mécène comme à l’époque de nos devanciers qui pouvaient vous produire. Nous sommes presque tous en auto production. Les seules personnes qui nous soutiennent sont les membres des associations. Oui les Associations occupent une place primordiale dans notre promotion.

Que devient ton Orchestre “LES GUIBESS” après le 9 Mars ?

Les membres vont très bien ils vaquent à leurs différentes occupations. Se sont tous des requins de Studios qui se produisent çà et là sur sollicitation chacun selon son réseau. Ils se retrouvent GIUIBESS lorsqu’il s’agit d’un projet de Fabriss Atitoh. Même si les Ziglibytien d’Ernesto Djédjé étaient des salariés du Gnoatré et ils ne jouaient que pour lui nous au GUIBESS fonctionnons comme tous les orchestres qui accompagne de nombreux artistes. Le Djéli (Tiken Jah), Le Zo Gang (Meiway), le Solar System (Alpha Blondy), King Fusion Inter (Gadji Céli) et autre pour ne citer que ces cas. Parfois je suis obligée par la force des choses de faire comme eux. je vais faire parfois des Live où ils ne m’accompagne pas. Certaines productions en Général ont leur Groupe qui accompagne leurs artistes à l’affiches. J’utilise vraiment Les Guibess pour mes propres Productions. Sauf si un jour un promoteur me sollicite avec mon orchestre.

Ton regard sur le showbiz ivoirien de Paris en 2019 ?

L’une des plus belles satisfactions est la Paix qu’il a eue entre les Présidents Éric Saki et Marc Piékoura. Leur antagonisme pourrissait l’atmosphère du Showbiz Ivoirien à paris. C’était des clans. Aujourd’hui ils se parlent, les tensions ont baissées. Mon autre regard sur le Showbiz à paris a été une désillusion à un certain niveau. Je ne le dis pas parce que j’en ai été victime mais la plus grosse déception a été la Coordination évènementielle. On a vraiment du Mal à planifier nos évènements sans se chevaucher. Le même jour, pour le même publique on tombe souvent sur deux voire parfois trois spectacles la même soirée.

Solution ?

Je suis très mal placée car moi je chante et je danse. Il faut que les différentes associations de production se parlent et mettent sur pied une plateforme de centralisation des dates des spectacles. Elle peut être gérée par exemple, par les services Culturels de l’Ambassade de Côte d’Ivoire. Si tu as ton Spectacle tu vas l’y annoncer. On te dira si ta date est prise ou pas. Si techniquement cela est faisable je pense qu’il faut y réfléchir pour sa mise en forme.

Que nous réserves-tu pour 2020 ?

Cette année je travaille plus mes tournées. Je suis beaucoup Sollicitée en Europe et à Abidjan. Je dois toujours donner le meilleur de moi-même je m’attèle à cela. Je n’ai vraiment pas d’évènement que mon Staff et moi produisons donc on se prépare pour répondre aux Sollicitations. Je compose aussi mes prochains titres. Pour le reste souffrez que je ne vous en dise plus. Sinon on travaille nos projets.

Raffoux ZAHUI à Paris

Publicité
PARTAGER