Côte d’Ivoire: L’opposition risque t-elle de voler en éclat: Voici ce qui les devise.

2465

[ Publié / Modifié il y a

Analyse politique

La Côte d’Ivoire a vécu des moments particuliers de son histoire ces derniers temps. Et cela est dû, au 3e mandat d’Alassane OUATTARA. Ainsi, cette pratique a mis en berne le drapeau de la démocratie ivoirienne. Cet état de fait, a permis à l’opposition de s’unir et de parler d’une seule voix. Seulement que, les élections législatives approchent à grands pas.L’opposition ivoirienne doit encore faire face à ce scrutin qui s’annonce comme un dilemme voire une embûche. Dès lors, le risque que l’opposition vole en éclat est très grande. Voici ce qui les divise.

L’élection législative est une action majeure dans une démocratie. Dans la mesure où, elle est la signification des citoyens de façon indirecte dans un État, représentés par le parlement. En effet, ce qui fonde une démocratie, c’est la pluralité des représentants qui siègent à l’Hémicycle. Or cette pluralité sera défini par la participation de l’opposition. Seulement que, sa participation à cette élection ne fait pas l’unanimité à son sein.

Il faut dire que, l’opposition jusqu’à présent a fondé sa force sur sa capacité à faire fi ses intérêts du moment et de s’unir face au pouvoir RHDP, qui est selon
certains observateurs, tout, sauf une démocratie. C’est en effet, cette union qui leur a permis de tenir et de remporter quelques victoires. Comme le taux d’abstention aux présidentielles. En effet, le taux d’abstention a démontré que, la majorité est détenue par l’opposition.

Alors pour voiler sa farce électorale du 31 Octobre, le régime RHDP veut utiliser les élections législatives comme une porte de sortie voire une échappatoire pour sa réélection. C’est pourquoi, lors de son discour d’investiture du 14 décembre, le chef de l’Etat déclarait :”j’ai instruit le premier ministre, Hamed BAKAYOKO, de reprendre les discussions avec les partis politiques pour mettre en oeuvre les recommandations de la CEDEAO relatives à la Commission Électorale Indépendante (CEI) dans la perspective de la tenue des élections législatives”. Sauf que, rappelons-le, ces “recommandations” ont été exigées avant la présidentielle du 31 Octobre, pour une “élection inclusive, transparente et crédible”.

Pour son manque de volonté à créer un véritable cadre, pour un dialogue national inclusif, LIDER de Mamadou COULIBALY n’a pas été de ceux qui ont
répondu à l’invitation du Premier ministre HAMED BAKAYOKO pour la reprise des discussions mais également certains partis membres de l’opposition. Disons le clairement , cette table de discussion organisée à la primature n’a pas fait l’unanimité au sein de l’opposition.

Le Délégué à la communication du Lider déclare a ce niveau : “des 9 plateformes et partis politiques de l’opposition membres de ce qui est considéré comme la coalition contre le 3e mandat, 3 sur 6 sont farouchement opposés à la participation à la rencontre avec Hamed Bakayoko le 21 décembre 2020. Nous, LIDER, en faisons partie.” Pendant que, l’opposition cherche ses marques de stratégie, le pouvoir annonce la date des dépôts des candidatures législatives qui est du 04 Janvier et prend fin le 20 du même mois. Quoiqu’il en soit le FPI de Laurent Gbagbo, a annoncé son envie de participer aux élections législatives dans un Communiqué produit par son comité central. La question est de savoir, si cela se fera sans ou avec la présence du Président GBAGBO Laurent. Il est clair que, le risque d’explosion de la majorité est très grande.

L’avenir nous dira si l’opposition parlera toujours d’une seule voix.

Fernando Zeguiba
Ivorian.Net

Publicité
PARTAGER