Côte d’Ivoire / Déguerpissement abusifs et récurents: La Fidhop plaide …

2233

[ Publié / Modifié il y a

CI / DÉGUERPISSEMENTS ABUSIFS ET RÉCURRENTS :
LA FIDHOP PLAIDE POUR LA SUSPENSION DE TOUTES DÉCISIONS DE DÉGUERPISSEMENTS.

COMMUNIQUE DE LA FIDHOP :

Les déguerpissements brutaux et violents, souvent sans préavis, ni négociations avec les populations concernées, ni relogement ni dédommagements, constituent depuis quelques temps les cauchemars des populations ivoiriennes, notamment les familles modestes ou pauvres.
Au nombre de celles-ci, on compte les populations du sous-quartier de la Commune de Port-Bouët dénommé ADJOUFFOU. En effet, dans l’angoisse et la psychose d’un déguerpissement de force et surtout à l’improviste, comme on le constate souvent à Abidjan, surtout après avoir reçu le 9 décembre 2021, du Ministère de l’Équipement et de l’Entretien routier, une mise en demeure qui devait s’exécuter le 24 Décembre, ces populations ont sollicité une rencontre avec la FIDHOP (la Fondation Ivoirienne pour l’observation et la surveillance des Droits de l’Homme et de la vie politique) et son Président-Fondateur, Dr BOGA Sako Gervais.
img.24.12.2021d

La rencontre avec ces familles traumatisées s’est donc tenue le mercredi 22 Décembre 2021, au Foyer des Jeunes d’Adjouffou, en présence des dignitaires religieux musulmans, dont le Cheick BABA, Iman central du quartier. Le Président de la FIDHOP était accompagné pour la circonstance par deux collaborateurs : Dr Mathias NEHAN, Président de la Délégation FIDHOP de France, en vacances de Noël à Abidjan et M. Marius BLY, Secrétaire à l’Organisation du Bureau national.

A l’issue des échanges et au regard des nombreux manquements dans la procédure, tels qu’exposés par les porte-paroles des populations, le Dr BOGA s’est engagé avec la FIDHOP à aller aux informations auprès des autorités, de la Mairie, du Ministère et/ou de la Primature.
Mais au regard de la période des fêtes de fin d’année, plus ou moins joyeuse pour les parents modestes, le Président de la FIDHOP plaide pour que les dirigeants du pays suspendent toutes décisions de déguerpissements et que toutes les conditions respectant les Droits de l’Homme soient préalablement réunies.
Ce serait faire preuve d’humanisme !
Car déjà, cette mise en demeure aurait fait une victime : le papa KIPRE, qui n’a pas pu supporter que sa maison soit cassée, a fini par piquer une crise cardiaque mortelle. Dr BOGA Sako est allé présenter ses condoléances à la famille éplorée, avant de se rendre sur les lieux de ladite rencontre.

Fait à Abidjan, le 23 Décembre 2021

img.24.12.2021c

Dr BOGA SAKO GERVAIS
PRÉSIDENT-FONDATEUR DE LA FIDHOP

PARTAGER