Côte d’Ivoire : début du dialogue politique sur le nouveau code électoral

1546

[ Publié / Modifié il y a

Le dialogue entre le gouvernement et les partis politiques en vue de l’adoption d’un nouveau projet de code électoral, annoncé par le chef de l’État lors de son message à la Nation, démarre jeudi 9 janvier 2020, à Abidjan, à 14:00.

Selon les orientations du chef de l’État, ce dialogue doit être inclusif, ouvert à toutes les parties et permettre d’aboutir à un projet consensuel à soumettre aux deux chambres du parlement d’ici fin mars 2020, qui marque la date butoir des réformes possibles, selon les recommandations de la Cedeao, interdisant de modifier ( sans consensus), les textes électoraux à partir de six mois avant les élections.

Si le Rhdp sera naturellement présent à cette discussion, avec une délégation conduite par son Directeur exécutif, Adama Bictogo, des questions se posent par contre sur la présence des autres partis politiques, ou groupement politiques significatifs, notamment le Pdci et le Fpi.

Pour le Fpi, la question se pose parce le Président Affi qui a été toujours un homme de dialogue, et de refus de la politique de la chaise vide, est désormais en phase de réconciliation avec Laurent Gbagbo. Sera-t-il libre de décider d’aller ou de ne pas aller, relativement aux contacts rétablis avec ceux qui s’opposaient à sa démarche ? Pendant ce temps que va faire EDS ?

Le Pdci de son côté continue de réclamer la reprise du dialogue au niveau de la CEI. Voudra-t-il mettre la question sur la table à nouveau , et s’en prévaloir pour un boycott, au motif que le gouvernement fait de la communication à l’usage des bailleurs de fonds, alors qu’il refuse un dialogue vrai ?

Les regards seront tournés ce jour à partir de 14:00 vers le début de ce dialogue, dont le cadre et le délai ont été fixés par le chef de l’État, au Premier ministre, le chef de file du côté du gouvernement des discussions.

Nul doute que le gouvernement voudra utiliser le même mode opératoire que pour la CEI, alors que ce mode avait été récusé par une partie de l’opposition.

Charles Kouassi
L’Intelligent d’Abidjan

Publicité
PARTAGER