Cocody-Riviera 3/Carrefour Mel Théodore : Quand la fontaine se transforme en dépotoir

18181
Les riverains et les usagers du carrefour Mel Théodore attendent un bon Samaritain qui viendrait redonner fière allure à cette partie de la commune présidentielle comme elle était avant. (Ph: KALOGA)

[ Publié / Modifié il y a

Quatre ans après son inauguration, l’ouvrage d’art qui embellissait le boulevard de France redressé au niveau de la Riviera 3 n’est plus qu’une décharge.
Cocody-Riviera 3. Albert Frédéric Kouassi, riverain du quartier depuis maintenant quelques années, dit avoir assisté au redressement du boulevard de France et à la construction de la fontaine du rond-point Mel Théodore.

A son inauguration, cet ouvrage d’art comprenait un bassin circulaire à trois niveaux de diamètre : 23 m, 14 m et 6 mètres. À chaque niveau de la fontaine étaient installés des jets d’eau.

Quatre mètres de hauteur pour le grand bassin, six mètres pour le deuxième et douze mètres pour le plus petit bassin. Mieux, les jets d’eau étaient éclairés par un système led.

C’est une infrastructure qu’il avait beaucoup apprécié dans les débuts

« A l’inauguration, c’était très beau avec les jeux de lumière; l’eau jaillissait de partout. Mais cela n’a duré que quelques jours avant que les lumières et les jets d’eau ne s’éteignent », dit-il, lorsque nous l’avons rencontré, le mardi 8 août, dans ce quartier de la commune de Cocody.

Ce riverain se dit sidéré par l’état piteux dans lequel se trouve l’ouvrage d’art. « On pensait que la fontaine avec son lot de promesses allait donner une fière allure à ce carrefour; malheureusement, la fontaine est devenue un dépotoir à ciel ouvert. Il y a même de l’eau sale à l’intérieur », déplore-t-il.

Et de poursuivre, « Ce qui me fait mal, c’est que tout le monde, même les autorités passent par ici, mais la situation semble n’intéresser personne », se lamente Albert Frédéric Kouassi.

En effet, le jardinage qui couvre la fontaine est bien entretenu avec des plantes autour.

Cependant, des tas d’immondices jonchent l’intérieur de celle-ci. En lieu et place d’une eau claire et limpide, c’est plutôt une mare d’eau sale infestée de microbes, de moustiques, de sachets plastiques non biodégradables, des tissus déchiquetés, des restes de nourriture… Une véritable poubelle aquatique.

Kaloga Nare (stagaire)
Retrouvez l’article sur fratmat.info

PARTAGER