Cheveux rasés : voici pourquoi tout le monde adopte la boule à zéro et le crâne rasé durant le confinement

2835

[ Publié / Modifié il y a

La boule à zéro fait un surprenant retour. Les cheveux rasés gagnent leur lettre de noblesse aussi bien auprès des femmes que des hommes. Zoom sur cette coupe tendance pendant le confinement.

La période est anxiogène, le monde est enfermé. C’est alors que fleurissent de nombreuses tendances. La cure de sébum séduit celles en quête de belles longueurs hydratées. D’autres préfèrent parer leurs têtes de colorations audacieuses. Les cheveux des stars se colorent de rose, de bleu ou de corail. A mesure que les jours passent, les chevelures se raccourcissent aussi… voire disparaissent sous l’effet d’une boule à zéro. Munis d’une tondeuse, femmes et hommes sautent le cap et se délestent de leurs cheveux. Adieu longueurs, fourches, et mèches en bataille. La mode est au crâne rasé, sans un épi qui dépasse. Les célébrités ont donné le ton avec Cristiano Ronaldo, David Beckham ou encore Willow Smith et Tallulah Willis. Dans un registre similaire, Karlie Kloss a rasé le crâne de son mari ou Miley Cyrus a passé la tondeuse sur la tête de Cody Simpson. La boule à zéro n’a jamais été aussi populaire en cette période. Mais qu’est-ce les poussent à succomber à cette coupe ? En premier lieu, un côté pratique. Certains arguent une question de maintenance. Les salons de coiffure étant fermés, il est plus « facile » de tout raser pour afficher une coupe nette et se débarrasser d’un entretien fastidieux. De quoi balayer en quelques coups de tondeuses une coupe sans forme. Par ailleurs, le confinement qui s’étale sur plusieurs semaines laisse le temps aux cheveux de repousser à l’abri des regards.

Une coupe de cheveux forte
Le confinement semble être une invitation à tester et à s’autoriser de nouvelles choses. Durant cette période, chaque jour se ressemble. Succomber à une folie capillaire secrètement nourrie est une façon de se tenir loin de la monotonie. Sans compter que la maison est l’assurance d’une distance face à toute pression sociale.

La période de confinement est difficile, la peur de la maladie omniprésente. Plus qu’un look, la boule à zéro peut aussi être déstabilisante. L’arborer relève presque d’un acte de contrôle. Plus rien ne les atteint. C’est une manière de redéfinir les codes et les standards, d’explorer le genre et d’avancer sans peur. Il y a une dimension d’acceptation de soi pour se libérer de la pression et du regard des autres.

Alors que Bruce Willis rase la chevelure de sa fille Tallulah Willis, l’expression qui se lit sur son visage est empreinte de sérénité. La voilà comme débarrassée d’un poids. Elle n’a plus de cheveux, son visage est révélé, on découvre une nouvelle personne, fatale et androgyne. Cette coupe, la plus dépourvue et minimaliste possible, est certainement l’une des coupes les plus puissantes, à l’impact toujours aussi fort, au fil des décennies.

Cynthia Lahoma

Retrouvez l’article sur femina.fr

Publicité
PARTAGER