Au Cameroun, la violence touche plus de 700.000 enfants en raison de la fermeture des écoles

985
Les attaques contre l’éducation, les meurtres, les enlèvements et le harcèlement des élèves et des enseignants au Cameroun obligent les écoles à fermer et poussent les enfants vulnérables encore plus loin dans la marginalité.

[ Publié / Modifié il y a

NEW YORK, USA, le 03 Decembre 2021,-/African Media Agency (AMA)/-Plus de 700 000 enfants ont été affectés par les fermetures d’écoles dues à la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, selon une analyse récente du Bureau des affaires humanitaire des Nations Unies (OCHA).

Le Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, et la Directrice de l’organisation Education Cannot Wait, Yasmine Sherif, ont appelé aujourd’hui à la fin des attaques contre l’éducation au Cameroun lors de leur visite conjointe dans le pays cette semaine.

« Il s’agit de l’une des crises humanitaires les plus complexes du monde actuel. Les enfants et les jeunes doivent fuir leurs maisons et leurs écoles, sont menacés de violence et d’enlèvement, et sont contraints à des mariages précoces et recrutés dans des groupes armés », a déclaré Yasmine Sherif.

Il s’agit de l’une des crises humanitaires les plus complexes du monde actuel – Yasmine Sherif, Directrice de l’ONG d’Education Cannot Wait

« Nous appelons à un soutien urgent des donateurs pour répondre à cette crise oubliée. Nous demandons le respect des droits de l’homme et l’adhésion aux principes du droit humanitaire international et de la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, et nous demandons aux partenaires de redoubler d’efforts pour que tous les enfants et adolescents puissent retrouver la sécurité, la protection et l’espoir qu’offrent des environnements d’apprentissage de qualité », a-t-elle ajouté.

Deux écoles sur trois sont fermées dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun, selon l’OCHA. Le 24 novembre, quatre enfants et un enseignant ont été tués dans une attaque à Ekondo Titi, dans le sud-ouest du Cameroun.

Un récent verrouillage imposé par un groupe armé non étatique, du 15 septembre au 2 octobre, a limité l’accès aux services de base, notamment la santé et l’éducation. Au cours de cette période, OCHA a signalé une série d’attaques dans le nord-ouest. Huit étudiants ont été kidnappés et une fille a eu les doigts coupés après avoir tenté de se rendre à l’école. Cinq directeurs d’écoles publiques ont également été kidnappés, dont l’un a été tué.

Pendant le verrouillage, toutes les écoles et tous les espaces d’apprentissage communautaires ont été fermés, à l’exception de quelques écoles dans quelques zones urbaines qui ont fonctionné à moins de 60 % de leur capacité. Environ 200 000 personnes n’ont pas reçu de nourriture en raison de l’interruption des activités humanitaires.

Suspension provisoire de l’aide

Le verrouillage et l’insécurité ont contraint les agences des Nations Unies et les organisations humanitaires – dont le Conseil norvégien pour les réfugiés – à suspendre temporairement l’acheminement de l’aide vitale aux personnes dans le besoin dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest.

« Mettre un cartable sur son dos ne devrait pas faire de vous une cible. Pourtant, les enfants d’ici risquent leur vie tous les jours simplement en allant à l’école. La méga-urgence en matière d’éducation au Cameroun nécessite l’attention de la communauté internationale, et non un silence mortel de la part du monde extérieur », a déclaré Jan Egeland.

Mettre un cartable sur son dos ne devrait pas faire de vous une cible – Jan Egeland, Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés

« Le Cameroun est l’une des crises les plus oubliées du monde et s’est classé dans les deux premiers rangs de la liste des crises de déplacement négligées du Conseil norvégien pour les réfugiés trois années de suite. Tant que la communauté internationale ne renforcera pas son soutien et son engagement diplomatique, les enfants continueront à supporter le poids de la violence », a-t-il fait valoir.

Neuf régions sur dix du Cameroun continuent d’être touchées par l’une des trois crises humanitaires complexes : la crise dans le nord-ouest et le sud-ouest, le conflit dans l’extrême-nord et une crise de réfugiés impliquant des personnes ayant fui la République centrafricaine. Plus d’un million d’enfants ont besoin d’un soutien éducatif urgent en raison de ces crises combinées.

Pour faire face à ces multiples urgences, aggravées par la Covid-19 et les impacts du changement climatique, Education Cannot Wait (ECW) – le fonds mondial des Nations Unies pour l’éducation dans les urgences et les crises prolongées – travaille en étroite collaboration avec les agences des Nations Unies, le Conseil norvégien pour les réfugiés et les partenaires éducatifs de la société civile afin de mettre en place un programme de résilience pluriannuel au Cameroun.

L’ECW contribue à hauteur de 25 millions de dollars sur trois ans et appelle les autres donateurs à combler le manque à gagner, estimé à 50 millions de dollars. Une fois entièrement financé, le programme permettra à environ 250 000 enfants et adolescents d’accéder à des environnements d’apprentissage sûrs et protecteurs dans les zones les plus touchées.

Le programme s’appuie sur l’impact de la première intervention d’urgence en cours de l’ECW au Cameroun. Annoncé en mai, l’investissement est conçu pour garantir que les enfants réfugiés fuyant la République centrafricaine aient accès à des environnements d’apprentissage protecteurs et de qualité.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour ONU Info.

Source : African Media Agency (AMA)

PARTAGER