Angelina Jolie dit que sa fille Zahara est une “femme africaine extraordinaire”

2891
Angelina Jolie et sa fille Zahara à Londres en octobre 2019. Karwai Tang/WireImage

[ Publié / Modifié il y a

Comme avec tous ses autres enfants, Angelina Jolie est très admirative de sa fille de 15 ans, Zahara, et a confié qu’elle apprenait beaucoup d’elle.

Editorialiste pour le «Time», Angelina Jolie ouvre régulièrement le dialogue à propos de causes qui lui tiennent à cœur. Lors d’un entretien que l’actrice de 45 ans a animé avec la militante ougandaise Vanessa Nakate pour l’émission «Time 100 Talks», les actions de la jeune femme de 23 ans en Afrique étaient au centre de la conversation le 9 juillet 2020.

Mère d’une fille adoptée en Afrique, le sujet est donc très fort pour Angelina Jolie. Elle s’est notamment confiée à propos de sa cadette Zahara (15 ans), originaire d’Ethiopie. Elle l’avait adoptée en 2005 avec son ex-époux Brad Pitt. «J’ai tellement appris d’elle. Elle fait partie de ma famille, mais c’est une femme africaine extraordinaire et ses liens avec son pays, son continent, les siens, c’est quelque chose que je ne peux qu’admirer», a-t-elle reconnu. Vanessa Nakate n’a pas tari d’éloge concernant l’adolescente. «Zahara est définitivement une femme africaine incroyable», a-t-elle écrit sur Twitter.

“Les mots adoption et orphelinat sont positifs”

En juin, la star des films «Maléfique» avait dévoilé une de ses aventures dans sa quête à l’adoption lors d’une interview au magazine «Vogue India». «En 2001, j’ai participé à un programme scolaire à Samlout (au Cambodge) où je jouais avec un petit enfant et je me suis dit : “Mon fils est ici”. Quelques mois plus tard j’ai rencontré Maddox quand il était bébé dans un orphelinat. Je ne peux pas l’expliquer et je ne crois pas à la superstition. Mais c’était juste réel et clair», avait-elle expliqué. Maddox a aujourd’hui 18 ans et fait la fierté de sa mère tout comme ses frères et sœurs Pax (16 ans), Zahara (15 ans), Shiloh, (13 ans) et les jumeaux Knox et Vivienne (11 ans).

La réalisatrice s’est également livrée concernant son parcours en tant que mère d’enfants aux cultures si différentes. «Les mots “adoption” et “orphelinat” sont positifs chez nous. Avec mes enfants adoptés, je ne peux pas parler de grossesse, mais je parle avec beaucoup de détails et d’amour à propos de mon parcours pour les trouver et le sentiment que c’était de les regarder dans les yeux pour la première fois», a-t-elle conclu.

Flora Monbec

Paris Match

Publicité
PARTAGER