Affaire apologie du viol: manifestation féministe devant le siège de NCI à Abidjan

826
© APA - Saliou Amah

[ Publié / Modifié il y a

Plus d’une vingtaine de femmes issues d’organisations de défense des droits de l’Homme ont manifesté bruyamment mercredi devant le siège de la télévision NCI, à Abidjan, pour dénoncer l’apologie du viol à une émission et réclamer des sanctions contre la chaîne de télé.
A l’entrée de l’établissement, de jeunes dames scandant « non à la culture du viol », tenaient des pancartes sur lesquelles l’on pouvait lire «ne blanchissez pas le viol » ou encore « le viol n’est pas un jeu ».
Membre de Bridje, une association citoyenne, Annabella Kemayou, dit être venue soutenir auprès d’autres ONG ce mouvement pour défendre le droit des femmes et faire respecter la femme en Côte d’Ivoire.
« On dénonce la banalisation du viol qui a été fait dans l’émission télé d’ici vacances de NCI » où la chaîne a reçu un ex-condamné pour viol, coups et blessures, à qui l’animateur a demandé de reconstituer sur le plateau, à l’aide d’un mannequin, son mode opératoire.
La Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA, régulateur) a suspendu M. Yves de M’Bella, l’animateur de l’émission incriminée pour une durée de 30 jours, de toutes les antennes des chaînes de télévisions et de radios en Côte d’Ivoire.
« La suspension de 30 jours n’est pas suffisante, on veut plus, c’est un crime qui a été commis (…) et M. M’Bella n’est pas le seul responsable, ça été validé par une rédaction et la chaîne doit payer au même titre que son animateur. On réclame de réelles sanctions », a-t-elle lancé.
La Ligue ivoirienne des droits des femmes, lead de ce rassemblement, qui se dit « choquée, outrée et scandalisée par l’apologie et la promotion du viol faites par le célèbre animateur Yves M’Bella”, a saisi la justice qui statue sur cette affaire.

AP/ls/APA

PARTAGER