Facebook dévoile un projet de lunettes connectées avec le fabricant des Ray-Ban

1898

[ Publié / Modifié il y a

Facebook s’associe avec le fabricant Luxottica pour produire des lunettes de réalité augmentée. Il espère conjurer les échecs successifs de ses concurrents.

Le réseau social Facebook s’est associé avec le fabricant italien Luxottica pour produire des lunettes connectées, révèle CNBC. Elles devraient être en mesure de prendre des photos, de passer des appels et d’afficher des informations. Un assistant vocal et une bague dotée d’un capteur de mouvement permettraient de les contrôler. Le groupe rêve qu’un jour ce produit puisse se substituer au smartphone.

Les lunettes sont développées par Facebook sous le nom de projet Orion dans son laboratoire dédié à la réalité virtuelle situé à Redmond, dans l’État de Washington. Le réseau social de Mark Zuckerberg souhaite les lancer entre 2023 et 2025, mais ne parvient pas pour l’instant à faire tenir l’équivalent d’un smartphone dans une paire de lunette.

Facebook compte donc profiter de l’expertise du premier fabricant mondial de lunettes pour miniaturiser son produit et lui assurer le succès. Mark Zuckerberg aurait même demandé à son chef de la réalité virtuelle Andrew Bosworth de travailler dessus en priorité.

Impossible pour le moment de savoir plus précisément ce qu’il sera possible de faire avec les lunettes de Facebook, ni à qui ces dernières seront destinées, pas plus que l’ordre de prix envisagé. Contacté par le Figaro, Facebook n’a pas souhaité apporter plus de précisions.

Un produit qui a du mal à prendre
Le pari est osé au vu des échecs successifs enregistrés par les acteurs du numérique qui ont tenté de se lancer sur le marché des lunettes connectées. Il y a d’abord Snap Inc. et ses Spectacles, des lunettes dotées d’un appareil photo et reliées à un smartphone, qui permettent de prendre des clichés circulaires. Ses deux premières versions ne se sont jamais vendues suffisamment pour être profitables. Cela n’a pas empêché Snap Inc. d’en sortir une troisième version en avril, en misant sur un produit plus qualitatif. La société mère de Snapchat se défendait à l’époque de vouloir équiper chaque consommateur de lunettes connectées, et déclarait viser un public de niche.

Un chemin également suivi par Google avec ses Google Glass, dont la version grand public n’a jamais rencontré le succès escompté. C’est déjà d’ailleurs avec Luxottica que le moteur de recherche avait établi un partenariat en 2014 pour développer des Google Glass plus esthétiques. Google mise désormais sur les professionnels pour trouver des applications à son produit. Un mécanicien, par exemple, peut les utiliser pour consulter les plans d’une machine tout en ayant les deux mains libres pour la réparer.

Nul ne sait pour l’instant si Facebook peut réussir là où Google et Snap Inc. se sont cassés les dents. Mais s’ils visent le secteur professionnel, ils devront composer avec d’autres fabricants qui ont développé des lunettes plus avancées, utilisant des techniques de réalité augmentée. Parmi elles, Microsoft et ses HoloLens, ou encore Magic Leap, qui a levé 2,3 milliards de dollars pour développer ses lunettes, lancées en 2018.

Le réseau social devra également faire face à un autre géant du numérique qui a des vues sur les lunettes connectées. Un appareil conçu par Apple est en effet attendu pour 2020.

retrouver l’article sur lefigaro.fr

PARTAGER