7 août 2020: Le président déclare ” la guerre au peuple”

2367

[ Publié / Modifié il y a

7 AOUT 1960 – 7 AOUT 2020 :
LE JOUR DES 60 ANS D’INDEPENDANCE DE LA CI LE PRESIDENT A DECLARE « LA GUERRE AU PEUPLE ! »

IVOIRIENNES ; IVOIRIENS ;
MES TRES CHERS COMPATRIOTES ;
LE DIMANCHE 7 AOUT 1960, l’Indépendance de la République de Côte d’Ivoire fut proclamée ; par l’un de ses fils des plus illustres, Feu le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY. Aujourd’hui, 7 Août 2020, au moment où nous célébrons le Soixantième Anniversaire de l’accession de notre pays à l’Indépendance, des questions essentielles s’imposent à nous ; en voici quelques-unes : la Côte d’Ivoire est-elle réellement indépendante aujourd’hui plus qu’hier ? Et puisque la réponse est négative, alors à qui la faute ? Mais surtout, quel sort nous Ivoiriens réservons-nous à notre Nation, avec l’élection présidentielle à venir, à laquelle M. A. D. OUATTARA se dit candidat pour un 3ème mandat ?
IL Y A DIX ANS DE CELA, LE 7 AOUT 2010, en pareille période, à l’occasion du Cinquantenaire de notre pays, alors que nous devrions nous concentrer sur le bilan du demi-siècle d’existence de la Nation ivoirienne libre, en vue de contribuer tous à sa marche glorieuse vers « la Terre promise », selon les voies tracées par « les Pères fondateurs » ; les Ivoiriennes et les Ivoiriens, soutenus par quelques vrais amis de la Côte d’Ivoire, étaient plutôt préoccupés à organiser l’élection présidentielle qui devait sortir ce pays d’une longue série de crises sociopolitiques déclenchées depuis le rappel à DIEU du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, le 7 Décembre 1993. Cette élection, hélas ! a occasionné au moins trois mille morts parmi nos compatriotes. Pourquoi ?
I- DES DESASTRES DE LA GUERRE FRATRICIDE DES « HERITIERS » :
PLUTOT QUE DE CAPITALISER LES ACQUIS DE NOTRE NATION, qui nous ont été légués depuis notre enfance par « les Pères fondateurs », à savoir : la Culture de la Paix, de l’Amour du prochain, de la Tolérance et du Vivre Ensemble, y compris avec l’étranger ; les héritiers du ‘’Vieux’’, « les houphouétistes », ont brisé le socle de la Nation ivoirienne ! Depuis 1993, au décès d’Houphouët, ils se sont déclaré une guerre fratricide suicidaire, qu’ils se livrent depuis et qui a fini par détruire la Cohésion sociale de notre Nation et par ternir l’image de la Côte d’Ivoire à travers le monde.
AUTREFOIS, la Côte d’Ivoire était qualifiée de « Pays de Paix » ; dont le premier Président de la République a même eu la noble vision d’instituer en 1989, en accord avec l’UNESCO, le grand « Prix Félix-Houphouët-Boigny de l’UNESCO pour la Recherche de la Paix » ; qu’il a doté de plusieurs dizaines de Milliards de nos francs : avec 122 000 Euros offerts par édition aux lauréats, soit près de 100 Millions de F.Cfa. Ce Prix est décerné chaque deux ans à d’illustres personnalités ayant marqué notre humanité pour leur engagement en faveur de la Paix. Il fut attribué en 1991 au monumental Nelson MANDELA, l’ex-président de l’ANC qui deviendra Président de la République d’Afrique du Sud ; colauréat avec son prédécesseur, le Président Fréderik DE KLERK. Deux années plus tard, en 1993, l’Unesco décernait encore ce grand Prix FHB de la Paix à trois figures emblématiques de la crise israélo-palestinienne : Yitzhak RABIN, alors Premier Ministre d’Israël, et à son Ministre des Affaires Etrangères, Shimon PERES ; ainsi qu’à Monsieur Yasser ARAFAT, l’inoubliable Président de l’Autorité nationale palestinienne.
AUJOURD’HUI, à 60 Ans d’Indépendance passés, quelle est l’image que les successeurs d’Houphouët-Boigny présentent-ils de la Côte d’Ivoire à travers le monde ? Notre pays a fait son entrée dans le triste club des pays à Coup-d’Etats : en 1999, en 2002, etc. ; il a abrité la plus grave crise postélectorale de la planète, avec plus de trois mille morts ; il connait, en permanence, des crises et tensions politiques graves ; et le comble : depuis le jeudi 30 Juillet 2020, la Côte d’Ivoire a pour Premier Ministre et chef du Gouvernement, l’une des personnalités à la réputation est la plus souillée dans le monde, du fait de son implication alléguée dans un trafic international de Drogue.
MAIS LE PIRE, ce 6 Août 2020, M. Alassane OUATTARA a choisi de « tuer » la Démocratie en Côte d’Ivoire ! Cet homme veut anéantir trente années de lutte démocratique, ayant permis à la Côte d’Ivoire de passer du système du parti unique au multipartisme. Trente années de sacrifices qui ne sauraient être effacées par un Discours à la Nation, le plus pitoyable de l’histoire de ce pays.
II- FACE A CETTE « DECLARATION DE GUERRE », LES IVOIRIENS DOIVENT SE DRESSER !
IVOIRIENNES ; IVOIRIENS ;
MES TRES CHERS COMPATRIOTES ;
Dans son dernier Discours à la Nation d’hier jeudi 6 Août 2020, M. Alassane Dramane OUATTARA a ouvertement déclaré la guerre au Peuple souverain de Côte d’Ivoire !
Alors que les Ivoiriens espéraient entendre des paroles rassurantes, donnant un coup d’accélérateur à la Réconciliation nationale et à la Paix, telle que l’annonce de l’accord de l’Etat de Côte d’Ivoire pour accueillir l’ancien Président de la République Laurent GBAGBO, et de MM. Charles BLE GOUDE, Guillaume SORO, Akossi BENJO et de tous les exilés de la crise de 2010-2011, etc. ; M. OUATTARA a, encore une fois, délivré un message de suffisance, de division, d’exclusion, de haine et surtout de mépris à l’égard du Peuple ivoirien.
AINSI, EN CETTE PERIODE PREELECTORALE, le régime-Ouattara plonge le pays à nouveau dans le terrorisme politique auquel les hommes politiques dans de nombreux Etats africains ont habitué les populations, à la veille de chaque élection présidentielle. Les Ivoiriens sont déjà apeurés et angoissés. Ils se demandent ce qui va se passer et comment ils vont survivre à la prochaine présidentielle. Les temps sont donc à nouveau sombres dans le ciel ivoirien : le pays et ses habitants sont encore en danger ! Tous, nous le constatons. Mais M. ADO et son régime dictatorial refusent de regarder la vérité en face ; ils refusent de poser les vrais problèmes auxquels se trouve confrontée notre Nation dans ces trois dernières décennies et de leur trouver les solutions qui s’imposent.
« TROP C’EST TROP ; ÇA SUFFIT ! »
POURQUOI CE MONSIEUR EST-IL SI CRUEL AVEC LES IVOIRIENS ?
Comment ne veut-il pas admettre l’évidence ? Comment ne pas reconnaitre, humblement et honnêtement, que la Commission Electorale Indépendante actuelle pourrait être la source d’une crise postélectorale meurtrière comme en 2010 ; surtout que cette CEI vient encore de faire l’objet d’une Décision de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, qui a été rendue le 15 Juillet 2020 et qui demande la recomposition et la reprise des élections au sein de toutes les CEI locales, avant l’organisation de toute élection ?
Comment ne pas être d’accord sur le fait que le Code électoral décidé, de façon unilatérale, par le Chef de l’Etat reste problématique et confligène ?
Comment ne pas voir que la liste électorale, après le dernier enrôlement bâclé, n’est pas crédible et qu’elle va fausser le jeu démocratique ?
Comment peut-on admettre que M. Alassane OUATTARA, qui reste inéligible de façon notoire, selon les lois ivoiriennes, puisse prétendre briguer un troisième mandat présidentiel, au mépris du principe fondamental de l’alternance Démocratique et en violation de la Constitution ivoirienne ?
Pour Nous à la FIDHOP et à GRADDH-AFRIQUE, ceci est la ligne rouge qu’il ne devrait jamais franchir !
C’EST POURQUOI, ce 7 Août 2020, au nom de la FIDHOP et de GRADDH-AFRIQUE, nous avons décidé d’assumer nos responsabilités jusqu’au bout.
III- LE MOT D’ORDRE DE LA FIDHOP ET DE GRADDH-AFRIQUE :
IVOIRIENNES ; IVOIRIENS ;
MES TRES CHERS COMPATRIOTES ;
CONSIDERANT QUE les conditions ne sont guère réunies actuellement, pour la tenue d’une élection présidentielle démocratique, juste, transparente, inclusive et apaisée, à cause de cette CEI inféodée au pouvoir-Ouattara ; à cause du Code électoral taillé sur mesure ; et à cause de la liste électorale déjà frauduleuse… ;
CONSIDERANT QUE la candidature de M. Alassane D. OUATTARA constitue une « Haute trahison », un véritable coup d’Etat constitutionnel et même « une déclaration de guerre » à l’égard du Peuple souverain de Côte d’Ivoire ; en ce sens que, non seulement cette candidature viole la Constitution ivoirienne, mais surtout, elle consacre le mépris du Chef de l’Etat à l’égard du Peuple, en ne respectant pas l’engagement qu’il avait pris, très solennellement, devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, le 5 Mars dernier ;
VU que le Chef de l’Etat ivoirien, lors de son dernier Discours à la Nation, n’a pas daigné répondre favorablement à l’appel d’une grande partie de la population ivoirienne, qui réclame et attend plutôt le retour du Président Laurent GBAGBO et de toutes les personnalités encore en exil, pour sceller la Réconciliation et la Paix ; qu’au contraire, M. OUATTARA a, par omission volontaire, confirmé son refus de délivrer un passeport diplomatique à un ancien Président de la République et a même osé supprimer le nom de M. GBAGBO de la liste électorale ;
REFUSANT donc de cautionner ce cynisme et cette cruauté du dirigeant ivoirien, qui se comportant tel un véritable tyran, lequel conduit ainsi, inexorablement, les populations du pays vers une autre guerre électorale, sans doute plus meurtrière que celle de 2010-2011 ;
1- NOUS prenons solennellement l’engagement, ce vendredi 7 Août 2020, en Commémoration du 60ème Anniversaire de l’Indépendance de notre chère Nation, de tout mettre en œuvre, usant de tous moyens démocratiques et populaires possibles, afin que l’élection présidentielle prévue le 31 Octobre 2020 en République de Côte d’Ivoire ne se tienne pas en l’état ! Nous soutenons donc tous les Ivoiriens déjà dans la rue !
2- Nous exigeons le report de cette présidentielle ; et la mise en place, dès le 1er Novembre 2020, d’un Gouvernement de Réconciliation Nationale ayant pout but principale d’organiser une élection démocratique, juste, transparente, inclusive et apaisée : car…
Election d’ACCORD ; mais la Paix et la Vie des populations d’ABORD !
ET NOTRE EXIGENCE EST NON NEGOCIABLE !
3- Le jour où le Conseil Constitutionnel osera proclamer que M. Alassane OUATTARA est autorisé à briguer un 3ème mandat ; et que M. Laurent GBAGBO, par exemple, est exclu de cette élection ; nous appelons tous les Ivoiriens, où qu’ils se trouvent, à une DESOBEISSANCE CIVILE !
4- Nous inviterons les Ivoiriens à bloquer les rues, partout en Côte d’Ivoire ; et à envahir toutes les Ambassades ivoiriennes à l’extérieur, tous les jours, et surtout le 31 Octobre 2020 ; afin qu’aucune élection ne se tienne ce jour-là !
5- Nous demandons à tous les candidats déjà déclarés de mettre en veilleuse leur candidature, pour rejoindre la lutte, sans hypocrisie, en vue de l’organisation d’une élection juste, inclusive et démocratique !
IL NE S’AGIT PLUS DE BOYCOTTER L’ELECTION ; MAIS D’EXIGER ET D’OBTENIR DES CONDITIONS JUSTES ; D’OU LE REPORT.
6- Nous invitons TOUTE LA DIASPORA, sans distinction de partis politiques ni d’associations, à une grande MANIFESTATION POPULAIRE CONTRE CE 3EME MANDAT, le samedi 15 Août 2020, en plein cœur de Paris !
7- Enfin, aux plan diplomatique et judiciaire, la FIDHOP et GRADDH-AFRIQUE saisiront, dès ce lundi 10 Août 2020, le Secrétaire Général de l’ONU, le Conseil de Sécurité et la CPI, d’une Requête contre le Chef de l’Etat Alassane D. OUATTARA, qui sera tenu pour principale responsable de tout ce qui adviendra en Côte d’Ivoire, en rapport avec cette élection présidentielle du 31 Octobre 2020.
EN DEFINITIVE :
JE LANCE DONC UN APPEL SOLENNEL A TOUS LES IVOIRIENS, POUR UNE MOBILISATION GENERALE EN FAVEUR DE LA RECONCILIATION ET LA PAIX EN CÔTE D’IVOIRE ; AVANT TOUTE ELECTION.
A VOUS TOUS, MES CHERS COMPATRIOTES, DU NORD, DU SUD, DE L’EST, DE L’OUEST ET DU CENTRE DE LA CÔTE D’IVOIRE ;
A VOUS TOUS, MES CHERS COMPATRIOTES DE LA DIASPORA, MES CHERS COMPAGNONS DE LUTTE DANS CE NOBLE COMBAT POUR LA DIGNITE DE NOTRE PATRIE ET LA SURVIE DE NOS POPULATIONS ;
CHERS DEMOCRATES, CHERS SOUVERAINISTES IVOIRIENS ET CHERS PANAFRICANISTES ; CHERS LEADERS IVOIRIENS ;
A VOUS, HOMMES ET FEMMES DE FOI, Servantes et Serviteurs sincères de DIEU ; Chrétiens et Musulmans ;
JE VOUS PRIE, JE VOUS SUPPLIE MÊME, DE VOUS MOBILISER TOUTES ET TOUS, AFIN QU’ENSEMBLE, NOUS PUISSIONS SAUVER LA CÔTE D’IVOIRE ; ET REDONNER ESPOIR A NOTRE NATION ; CAR AUCUN POSTE POLITIQUE, fût-il présidentiel, NE VAUT LA VIE D’UN ETRE HUMAIN !
LA CÔTE D’IVOIRE NOTRE PATRIE NOUS APPELLE, SOYONS AU RENDEZ-VOUS DE L’HISTOIRE !
JE COMPTE DONC SUR NOUS TOUS, MES CHERS COMPATRIOTES ; MAIS COMPTONS D’ABORD ET AVANT TOUT, SUR DIEU !
Amen !
Fait à Fontenay S/Bois, France, le 7 Août 2020

Dr BOGA SAKO GERVAIS

Publicité
PARTAGER