Libre Opinion: L’obsession du pouvoir par Dr. Charles Koudou

1655

[ Publié / Modifié il y a

Libre Opinion: L’OBSESSION DU POUVOIR

En Afrique en général et en Côte d’Ivoire singulièrement, les conflits sont liés à la conquête du pouvoir présidentiel. On prend les armes parce qu’on veut le pouvoir. On prend les armes parce qu’on veut qu’un des nôtres soit au pouvoir. Le pouvoir rien que le pouvoir. Venir au pouvoir, demeurer au pouvoir, revenir au pouvoir. Même ceux qui s’éloignent de prendre les armes pour y parvenir sont aussi animés de cette même folie du pouvoir. Comment régler cette obsession, cette névrose du pouvoir, cette folie du pouvoir? Faut-il supprimer ce poste de Présidence de la République dont la conquête nous pose tant de problèmes? Malheureusement non. Le pays a besoin d’être organisé pour mieux fonctionner. C’est donc un mal nécessaire dont nous devons trouver le remède approprié .

Il faut une solution durable à ce problème d’obsession du pouvoir sinon, les pays Africains seront toujours confrontés aux guerres, aux rébellions, aux crises pré et post-électorales. Quelle solution je propose? J’ai bien sur une proposition à soumettre pour faire face à ce problème. Il s’agit de faire en sorte de réduire les pouvoirs du président de la République en Afrique et en Côte d’Ivoire. Il faut en finir avec les systèmes de présidents touts puissants, des rois qui ne disent pas de nom. Il ne s’agit pas de banaliser cette fonction mais la rendre simple et la barricader pour éviter tout abus. Réduire les privilèges liés à cette fonction du pouvoir exécutif et vous verrez que le pouvoir sera moins attractif et plus équilibré avec les autres institutions de l’Etat comme la justice, le parlement, le sénat un peu comme on le voit en Occident. Obtenir le multipartisme n’était pas suffisant, il faut y associer la démocratie. Le seul moyen d’y parvenir est d’équilibrer les pouvoirs des differents institutions du pays (Législatif, judiciaire, Sénat, Régions). Tant que tout repose dans les mains de l’exécutif c’est à dire du Président de la République, la libre expression, la gestion saine des finances publiques, le contrôle de l’exécutif, la corruption, la répartition équitable des ressources allouées aux régions, la réalisation des projets de développement, etc vont longtemps exister comme problèmes. Quelque soit le président qui viendra au pouvoir, rien ne changera tant que le système en lui même n’est pas modifié en profondeur. Donc ce n’est même pas une affaire d’un tel ou un tel est au pouvoir.

Comment parvenir à ce changement de système? J’appelle ici système la mise en place d’une constitution moderne qui échappe à la manipulation de tout Président de la République qui est au pouvoir ou qui vient au pouvoir, un système dont il n’aura plus le loisir de tripatouiller selon son humeur et son bon vouloir. Je ferai connaître dans les détails ma contribution dans les prochains jours en proposant non pas des coup d’Etats, des grèves, des marches mais d’autres moyens plus pacifiques. Pour l’heure j’invite chacun et chacune à y réfléchir. Il doit y avoir absolument une solution.

Dr. Charles Koudou, PhD. Administrateur de la Santé
Consultant en Santé et Développement
Promoteur de la Conscience Nationale pour le Développement, société civile en Côte d’Ivoire.

PARTAGER