Situation sociopolitique : L’appel d’Henriette Konan Bédié aux femmes ivoiriennes

1382

[ Publié / Modifié il y a

L’épouse du Président du Pdci-Rda a échangé le jeudi 9 janvier 2020, à Daoukro, avec une association musulmane sur les conditions d’une élection apaisée.
La présidente fondatrice de la “Fondation SERVIR”, Henriette Bédié, a affirmé la volonté du peuple ivoirien de ne plus vivre la guerre ni revivre le cauchemar de la crise post-électorale d’octobre 2010. C’était lors d’une rencontre avec l’association musulmane des femmes battantes de Côte d’Ivoire.

Pour l’épouse du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), les femmes doivent prendre conscience de leur force. “C’est pourquoi, face au climat actuel, caractérisé par la peur du lendemain, nous femmes de Côte d’Ivoire, nous devons nous lever pour dire que le peuple ne veut plus la guerre”, a-t-elle déclaré, jeudi, à la résidence privée du président Henri Konan Bédié, à Daoukro.

Cette cérémonie de présentation de vœux de la plateforme des femmes battantes de Côte d’Ivoire au couple Henri Konan Bédié, a également permis à Mme Bédié d’exhorter ces femmes à prier pour que les différents acteurs politiques œuvrent pour la tolérance et la paix.

La présidente de l’association musulmane des femmes battantes de Côte d’Ivoire, Konaté Ami Coulibaly, a sollicité l’expertise et le soutien du président Henri Konan Bédié pour mettre en œuvre ses activités.

“Si nous gagnons les élections, nous vous aiderons de façon efficiente”, a fait savoir le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, qui a appelé ses hôtes à vivre sans nuire, à ne pas faire à autrui ce qu’elles ne voudraient pas qu’on leur fasse.

“La plateforme des femmes battantes dont j’ai l’honneur de présider est un mouvement né en avril 2016. Elle a pour idéal l’autonomisation de la femme. Jusqu’à ce jour, nous venons en aide aux associations féminines à travers des cotisations, sans tenir compte de leur appartenance ethnique et religieuse”, a fait savoir Mme Konaté.

AIP

PARTAGER