Menace sur sa vie, risque de poursuite judiciaire : Les partisans de Soro pas inquiets pour son retour au pays le 22 décembre

1272

[ Publié / Modifié il y a

Les partisans de Guillaume Soro n’ont aucune appréhension quant à son retour au pays le 22 décembre 2019. C’est du moins ce qu’ils ont fait savoir à l’occasion de la conférence de presse animée le mercredi 11 décembre 2019, au siège du mouvement fondé par l’ex-président de l’Assemblée nationale, sis à la Riviera Golf.
Interrogé sur d’éventuelles menaces qui pèseraient sur la vie de Soro, Alain Lobognon a semblé ne pas être inquiet. « Il n’est nullement menacé. Nous n’avons pas connaissance de ce qu’il soit menacé », a-t-il balayé cette idée.
L’ex-ministre des Sports a été également interpellé sur des risques possibles de poursuites judiciaires contre le président de Générations des Peuples Solidaires( Gps) à son retour au pays, après la récente sortie publique de personnes se disant victimes de l’ex-rébellion. « On ne doit pas utiliser un motif quelconque pour écarter un candidat », a lancé Alain Lobognon.
Le député de Fresco a par ailleurs soutenu que ce n’est pas pour profiter du bouclier Macron que Soro signe son retour à Abidjan au moment où le président français est annoncé à Abidjan. « Il ne profite pas de l’arrivée du président Macron », a-t-il souligné.
Alain Lobognon a également réagi à la dernière décision rendue par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, relativement à la controverse autour de la Commission électorale indépendante( Cei). « Nous avons saisi le Cour africaine des droits de l’homme et des peuples pour demander la recomposition de la Cei. La Cour ne s’est pas encore prononcée sur cette question. En tant que démocrate, nous prendrons acte de la décision que prendra cette Cour », a soutenu ce partisan de Soro.
Notons qu’Alain Lobognon avait à ses côtés des visages bien connus dans l’entourage de Soro, au nombre desquels Méité Sindou, Alphonse Soro, Célestine Trazéré.
Karine KORE
lebanco.net

PARTAGER