Côte d’Ivoire : la prise de contrôle par l’Etat de la BHCI vise à assurer la protection des clients

1281

[ Publié / Modifié il y a

Côte d’Ivoire : la prise de contrôle par l’Etat de la BHCI vise à assurer la protection des clients de la banque (Gouvernement)

Le gouvernement ivoirien a enfin officiellement réagi dans le différend qui l’oppose à la société canadienne spécialisée dans le financement de l’immobilier, Westbridge Mortgage Reit, au sujet de la reprise de la Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (BHCI).

Au cours d’un échange avec la presse, au sortir d’un Conseil des ministres tenu dans la ville de Katiola (centre du pays), le ministre ivoirien de l’économie et des finances, Adama Coulibaly (photo), a déclaré qu’à travers « la prise de contrôle » de la BHCI, « l’Etat veut assurer la protection des clients de la banque ». « Je voudrais rassurer les Ivoiriens que leur épargne sera préservée », a-t-il insisté.

Revenant sur les circonstances de cette « prise de contrôle », Adama Coulibaly a fait savoir qu’elle a été rendue nécessaire suite à des difficultés de trésorerie que rencontrait la banque et qui se faisaient ressentir au niveau de la clientèle, composée notamment d’environ 26 000 clients dont près de 9000 soldats. Une situation qui a conduit à une mission d’inspection du régulateur, à savoir la commission bancaire de l’UEMOA. Une mission qui a été sanctionnée par une série d’injonctions à l’endroit des repreneurs de la BHCI, en l’occurrence Westbridge.

Selon le ministre, ces injonctions portaient, entre autres, sur la finalisation du processus de cession de la banque dont le délai était fixé au 15 octobre 2019, ainsi que sur la recapitalisation effective de la banque avec un délai au 31 octobre 2019. « A l’expiration de ces deux délais, Westbridge n’a pas été en mesure de respecter les injonctions de la commission bancaire », a déclaré Adama Coulibaly. Ajoutant « qu’à l’expiration de ces délais, nous avons écrit à Westbridge que nous venions de constater effectivement qu’il y avait des difficultés puisque nous n’avons pas été informés des décisions qui ont été prises à leur niveau concernant le respect des injonctions de la commission bancaire ».

Poursuivant, le ministre a fait savoir qu’après plusieurs relances en vue de mener des échanges que « Westbridge a demandé une audience aux autorités. Et dans le courrier, ils expliquaient que les injonctions de la commission bancaire les mettaient dans une incapacité à pouvoir gérer la banque. Et par voie de conséquence, ils souhaitaient rentrer en discussion avec les autorités pour annuler la cession ».

Notons par ailleurs que le Conseil des ministres de ce jour a vu la nomination de quatre (4) nouveaux représentants de l’Etat ivoirien au conseil d’administration de la BHCI.

Rappelons que de son côté Westbridge a saisi, le mardi 26 novembre, le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), une institution du Groupe de la Banque mondiale, dans le cadre de cette affaire.

Agence Ecofin

PARTAGER