Cocoa’s Child Workers : enjeux de la mission de Dominique Ouattara à Washington

394

[ Publié / Modifié il y a

Cacao,Côte d’Ivoire : enjeux de la mission de Dominique Ouattara à Washington

La Première dame de Côte d’ivoire, Dominique Ouattara se rend à Washington, aux États-Unis selon des informations du 15 au 20 septembre 2019, pour défendre les producteurs ivoiriens de Cacao, suite à la menace de deux sénateurs américains sur les importations vers les États-Unis, pour cause de travail présumé des enfants.

S’appuyant sur une enquête du journal ‘’ Washington post’’ publiée le 5 juin 2019, intitulée « Cocoa’s Child Workers », qui informe à l’appui de récits et de photographies, de la réalité et de l’importance du travail des enfants dans la chaîne d’approvisionnement du cacao en Afrique de l’Ouest, les sénateurs démocrates Ron Wyden de l’Oregon et Sherrod Brown de l’Ohio ont envoyé une lettre le 16 juillet 2019 au département de Sécurité intérieurs américaine (DHS), en vue de « faire appliquer les lois interdisant les importations de cacao issus du travail des enfants ». Ils ont invité la douane et l’administration de la protection des frontières ( CBP), à bloquer les importations de cacao faisant l’objet de travaux forcés et, le cas échéant, à mener une enquête pénale.

« Nous vous demandons de coordonner ces efforts de mise en application avec les services de l’immigration et des douanes (ICE) afin de déterminer si une enquête criminelle est justifiée » ont insisté les sénateurs démocrates.

[ Plusieurs missions américaines à Abidjan pour comprendre ]

Une délégation de la Commission des Affaires Étrangères de la Chambre Américaine des Représentants, a rencontré le lundi 26 août 2019 le cabinet de la Première Dame, Dominique Ouattara à Abidjan.

Cette rencontre est intervenue trois semaines après celle tenue avec la délégation du congrès américain, le 5 août à Abidjan en présence de Dominique Ouattara elle-même.

Les délégations américaines ont dit venir à Abidjan pour comprendre les actions menées par la Côte d’Ivoire dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants dans les plantations de cacao.

[ Ce que Dominique Ouattara va expliquer aux sénateurs démocrates Ron Wyden et Sherrod Brown ]

La question du travail des enfants dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire n’est pas nouvelle. Depuis les indépendances dans les années 60, plusieurs familles issues des pays de la sous région avaient été convoyées pour servir de main d’œuvre dans les plantations ivoiriennes. Il y a eu des enfants qui dès l’âge de 12 ans ont accompagné les parents pour casser les cabosses pendant les vacances.

Mme Dominique Ouattara félicitée par M. Richard Scobey, Président de la Fondation Mondiale du Cacao (WCF) pour son leadership en matière de lutte contre le travail des enfants. Photos : Afrikipresse
« Du temps de Gbagbo, les autorités ne reconnaissaient pas qu’il y’avait des enfants dans les plantations. Ils entretenaient une polémique sous fond de soupçon politicien, laissant entendre que les allégations sont fausses, et qu’il s’agissait d’une cabale de l’opposition contre la Côte d’Ivoire, en vue de salir le pouvoir Gbagbo. À son arrivée au pouvoir, le Président Ouattara l’existence du travail des enfants. Il a chargé son épouse de s’occuper de la question, à travers la création du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS). Elle se bat au quotidien pour éradiquer ce phénomène.

À côté de cela, désormais en Côte d’Ivoire, l’école est obligatoire. Tous les enfants sont obligés d’aller à l’école. Sa fondation Children Of Africa a fait construire beaucoup d’écoles partout à proximité des plantations. De plus l’État ivoirien a fait passer des lois pour condamner les trafiquants. Ils sont plusieurs dizaines depuis le début à être condamnés.

Aujourd’hui tout le monde en Côte d’Ivoire sait qu’il est interdit de faire travailler des enfants et qu’ils risquent la prison. Donc s’il y en a, ils se cachent. Enfin il faut reconnaître que le problème des frontières est très important car ils ne respectent pas les lois. Ils se cachent dans les forêts classées.

Ce n’est pas la première fois que Mme Dominique Ouattara séjournera aux États-Unis. Elle a été félicitée d’ailleurs à plusieurs reprises pour ses actions. Seuls ces deux sénateurs qui ne sont jamais venus en Côte d’Ivoire ont sorti cette lettre. C’est donc normal qu’elle aille pour leur expliquer la réalité du pays », fait savoir une source proche du dossier.

Profitant d’un atelier organisé le 5 septembre 2019 à Abidjan, conjointement par le Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS), la Fondation Mondiale du Cacao (WCF) et la Fondation ICI, M. Richard Scobey, Président de la Fondation Mondiale du Cacao (WCF) a rencontré la Première Dame, Dominique Ouattara, pour la féliciter d’une part pour son leadership dans le cadre de la lutte contre le Travail des Enfants, et d’autre part, pour s’imprégner du troisième Plan d’Action National (PAN) de lutte contre le Travail des Enfants qui s’étend de 2019 à 2021.

Wyden et Brown ne sont pas à leurs premiers coups d’essai. En2015, Ils ont obtenu un amendement au parquet commercial qui permettait aux États-Unis d’importer des produits fabriqués avec du travail forcé, y compris le travail forcé des enfants, si l’offre n’était pas suffisante pour satisfaire la demande intérieure.

Les États-Unis ont importé pour $ 608 millions de cacao en provenance de Côte d’Ivoire et $ 100 millions de pâte de cacao en 2018.

Philippe Kouhon
afrikipresse.fr

PARTAGER