Profanation de la tombe de Dj Arafat 14 personnes recherchées

2419

[ Publié / Modifié il y a

Quatorze suspects mêlés à l’acte de profanation de la tombe de Dj Arafat, survenu le samedi 31 août au cimetière municipal de Williamsville, sont activement recherchés par les services de la police nationale.

Des appels à témoins avec les photos des suspects ont été lancés par la direction générale de la police. Bien avant, dans le cadre de la même affaire, le préfet de la région des lagunes, préfet de la ville d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, a, dans un communiqué, rendu publique, le 1er septembre, l’arrestation de douze autres suspects. «12 personnes ont été interpellées en relation avec ces évènements», précise le communiqué. Qui indique, par ailleurs, que les enquêtes se poursuivent pour l’interpellation de tous les coupables, et pour situer les responsabilités à tous les niveaux. «Le Procureur de la République a été saisi et cet acte ne restera pas impuni», conclu la note.

Rappel des faits

L’artiste Ange Didier Houon dit Dj Arafat a perdu la vie à la suite d’un accident de la circulation survenu dans la soirée du 11 août dernier dans le quartier d’Angré, à Cocody. Depuis lors, les rumeurs les plus folles ont circulé, aussi bien sur les circonstances de sa mort que sur l’organisation des obsèques. Qui ont été financées par l’État de Côte d’Ivoire. Des rumeurs alimentées notamment sur les réseaux sociaux, et qui ont suscité beaucoup de passion, sûrement à cause de la grande popularité de l’artiste. A tel point qu’à l’approche des obsèques, la psychose et la suspicion se sont emparées des Chinois, les fans de Dj Arafat. Qui ont pris d’assaut le stade Félix Houphouët Boigny, au Plateau, pour la cérémonie d’hommage à leur idole. Au petit matin, alors que tout s’était bien déroulé durant la nuit, les choses vont prendre une autre tournure. Des chinois vont se déporter au cimetière, au lieu de l’inhumation de Dj Arafat, malgré l’interdiction des autorités, étant donné qu’elle devait se dérouler dans un cadre strictement familial. Il n’en fallut pas plus pour déclencher la colère des chinois, et raviver dans leur esprit toutes les suspicions nées depuis le décès de Dj Arafat. Des doutes qu’ils tenteront d’éclaircir par eux-mêmes. Ainsi, accédant au cimetière par une entrée détournée, ils ont déterré le cadavre de leur idole peu de temps après le départ de la famille et des forces de sécurité. La tombe du roi du coupé -décalé est profanée, et les images se répandent sur la toile. Plongeant tout un pays dans la consternation.

La profanation, un délit

La section 6 de l’article 198 du code pénal ivoirien stipule que quiconque viole ou profane le lieu où repose un mort, dégrade ou souille un monument funéraire est puni d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 50 000 à 500 000 FCfa. Aussi, toute personne se rendant coupable de tels actes court le risque de poursuites en justice sur la base de cette disposition pénale.

DRAMOUS YÉTI
fratmat.info

PARTAGER