Lakota: Plus de 70 familles sans abris après une tornade à Dagodou

1080

[ Publié / Modifié il y a

Cent cinq (105) maisons de Dagodou, village situé à 25 km de Lakota, ont été décoiffées pour certaines et pour d’autres écroulées suite à une tornade, le samedi 4 mai, faisant ainsi soixante-dix-sept familles sans abris.

Depuis cet incident, la majorité de ces familles sont sans logement. Par solidarité villageoise, certaines sont hébergées par d’autres. Toutefois, ces pères de familles avec femmes et enfants ont besoin d’avoir un toit ou soit retourner dans leurs maisons. Cependant certaines sont sans moyens.

La coordination des mutuelles des cadres de développement du canton Diéko, dans un esprit de solidarité a apporté, le samedi 29 juin, un soutien financier à ces familles et profité de cette occasion pour lancer un appel à l’aide. « Nous appelons toutes les bonnes volonté à multiplier les gestes en faveur du village afin que nos parents retrouvent le sourire et surtout la quiétude », a appelé Dahigo Guézé Abraham Aimé, président de la coordination des mutuelles des cadres de développement du canton Diéko, qui avait à ses côtés Dr Gnéto Gbakré Patrice secrétaire général de la coordination et plusieurs autres cadres de la région du Loh-Djiboua. Ce, en présence du sous-préfet de Lakota et d’un représentant du conseil régional.

A cette occasion, ils ont invité allogènes et allochtones au respect des Us et coutumes et aux interdits des peuples.

En le disant, le prof Dahigo Guézé, fait allusion à la cause de la dite tornade qui à l’en croire, s’est passée en deux seconde et uniquement dans le village et nul par ailleurs. « Selon nos parents, cette tornade est un signe de la colère des dieux de la forêt sacrée (Zorogbê) profanée par des habitants du village. Cette forêt est là depuis le temps de nos ancêtres. Elle est restée intacte jusqu’à ces dernières années, où des personnes y vont pour créer des plantations, couper du bois et faire des champs et des rituels », a-t-il expliqué. A cet effet, il invite les habitants, allogènes comme allochtones à respecter les interdits du village.

Par ailleurs, il a remercié tous ceux qui de loin ou de près ont apporté assistance et aide aux sinistrés. Tout en instant sur la solidarité et la générosité des ivoiriens dont ils font montre à pareille situation.

A noter qu’une dizaine de personnes ont été blessées. Elles ont été assistées par le conseil régional du Lôh-Djiboua.

JEAN BAVANE KOUIKA
Tigane.jean@fratmat.info
fratmat.info

PARTAGER