Shakira mise hors de cause dans l’affaire de plagiat en Espagne

661

[ Publié / Modifié il y a

La star colombienne et son compatriote Carlos Vives étaient accusés de plagiat en mars dernier par un chanteur cubain pour leur hit La Bicicleta. Ils ont été mis hors de cause par un tribunal de commerce madrilène, selon la décision publiée jeudi.

Elle est sortie du tribunal tout sourire et innocente. Shakira et son compatriote colombien ont été mis hors de cause dans l’affaire de plagiat dans laquelle ils étaient impliqués pour leur titre La Bicicleta. Ce titre avait reçu le Grammy Latino 2016 de la meilleure chanson. Le chanteur cubain Livam, qui peut faire appel de cette décision, assurait qu’il plagiait sa chanson Yo te quiero tanto (Je t’aime tant) de 1997.

» LIRE AUSSI – Shakira, poursuivie pour fraude fiscale, est convoquée au tribunal de Barcelone

Les requérants sont déboutés car «il n’existe d’aucune manière un plagiat», a conclu un juge du Tribunal de commerce de Madrid, en s’appuyant sur différentes expertises. La principale similitude entre les deux chansons se trouvait dans le refrain: «que te sueño y que te quiero tanto» (je rêve tant de toi, je t’aime tant) pour La Bicicleta de Shakira et Carlos Vives face au titre du Cubain.

● Yo te quiero tanto, du chanteur cubain Livam

Le juge a admis que les paroles étaient les mêmes pour «quatre mots» – «je t’aime tellement» – mais a conclu que ce n’était pas suffisant. «Il s’agit d’une expression commune, utilisée dans toute sorte de chansons et de textes, dans l’histoire», a-t-il insisté. En matière de mélodie, il n’y a aucun point commun et «la vitesse du rythme et l’harmonie sont aussi différentes», a-t-il conclu. L’homme de loi a par ailleurs valorisé «la déclaration cohérente et détaillée» de Shakira. Le 27 mars, la star colombienne avait assuré n’avoir «jamais entendu de (sa) vie» la chanson de Livam.

● La Bicicleta, de Shakira et Carlos Vives

«Il n’y a aucune ressemblance que ce soit dans la mélodie, l’harmonie ou la thématique», avait insisté Shakira, qui avait fredonné à plusieurs reprises sa (…)

Le Figaro
Retrouvez l’article sur lefigaro.fr

PARTAGER