Bro-Grebé : « jusqu’à quand continuerons-nous de nous regarder en chiens de faïence »

4181

[ Publié / Modifié il y a

Bro-Grebé : « jusqu’à quand continuerons-nous de nous regarder en chiens de faïence »

Dans le but de contribuer à l’apaisement du climat social à travers le Mouvement Citoyen pour une Nouvelle Côte d’Ivoire (MCNCI), structure dont elle a la charge, Géneviève Yobou Bro-Grébé a animé une conférence de presse le jeudi 25 octobre 2018, à Abidjan-Cococdy.

«Notre pays, la Côte d’Ivoire naguère pays stable et prospère où il faisait bon vivre, a traversé depuis deux décennies des turbulences qui ont mis à mal le tissu social. Malgré tous les efforts déployés pour retrouver la cohésion sociale, nous percevons de vives tensions, j’en veux pour preuves, les dernières élections municipales et régionales qui ont donné lieu, malheureusement encore, à des violences inouïes, allant jusqu’à mort d’hommes.

Les questions que nous sommes en droit de nous poser sont les suivantes : jusqu’à quand continuerons-nous de nous regarder en chiens de faïence ? Et de nous livrer des combats fratricides ? Est-ce cela notre compréhension de la politique ? Assurément non ! Car la politique est noble, il s’agit d’un don de soi ; c’est-à-dire, se mettre à la disposition des peuples pour assurer leur bien-être. Elle donne donc plus de devoirs que de droits !

Dans l’intérêt de notre pays, et dans notre propre intérêt, nous estimons qu’il faut arrêter les dégâts. Car, il y a un temps pour tout, dit l’Ecclésiaste : il y a un temps pour faire la guerre, et il y a un temps pour faire la paix. L’Allemagne et la France ne sont-ils pas les meilleurs alliés au monde aujourd’hui ? Le Rwanda n’est-il pas un modèle achevé de réussite socio-économique de nos jours, après sa guerre fratricide qui a fait un million de morts en trois mois ? » (..).

Je demande pardon ! Pardon si ma langue a été fourchue ! Pardon pour un regard malveillant ! Pardon pour une parole blessante ! Pardon, Pardon, Pardon ! », a-t-elle dit entre autre.

Claude Dassé
afrikipresse.fr

PARTAGER