L’armée française renforce les capacités de combat des troupes ivoiriennes

3163

[ Publié / Modifié il y a

Côte d’Ivoire: Opération Touraco, l’armée française renforce les capacités de combat des troupes ivoiriennes

Dans le cadre de la coopération militaire entre la Côte d’Ivoire et la France, une manœuvre aéroterrestre dénommée ‘’TOURACO’’ s’est déroulée du 13 au 17 avril 2018 et a engagé la quasi-totalité des unités spécialisées ivoiriennes et les militaires des Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI).

L’opération Touraco est un exercice tactique de l’Armée de l’Air française avec pour objectifs, l’accroissement de la capacité opérationnelle des troupes et des aéronefs de la Brigade Aérienne d’Appui Projection (BAAP) et l’aguerrissement des troupes des pays africains.

Cet exercice est le premier du genre en territoire ivoirien après Djibouti et le choix du pays est lié à la diversité qu’offre sa végétation.

Durant cinq jours, les troupes des Forces Spéciales, des Fusiliers Commandos de l’Air, du 1er Bataillon Pilote Projetable et du 1er Bataillon de Commando et de Parachutiste, ont renforcé leurs capacités Search capacités de combat Search combat en s’exerçant aux procédés d’assaut tels que l’aérotransport et l’aérolargage.

L’exercice Touraco est piloté depuis le Centre National des Opérations Ariennes (CNOA) en France via le JFAC à N’Djamena et est coordonné en Côte d’Ivoire par le Centre Opérationnel Interarmées de l’Etat-Major Général des Armées, le Centre d’Opération du 43ème BIMA et le Centre Opérationnel Conjoint FACI-FFCI présent au sein de l’Armée de l’Air.

La manœuvre Touraco du nom de cet oiseau des savanes africaines est dans sa réalisation la véritable preuve de la volonté des armées ivoiriennes et françaises de travailler de manière inclusive.

Cette a permis à l’armée française de roder ses aéronefs de type CASA 235-200 et TRANSALL C 160- NG et vise à tester les capacités Search capacités de l’armée française à manœuvrer dans des conditions extrêmes en Afrique, de jour comme de nuit.

Cette opération a permis à la partie ivoirienne de faire une découverte, car elle a aguerri les troupes, montré l’avantage de la maitrise de la 3ème dimension aux fins de s’affranchir des difficultés de projection dues aux élongations et maitrisé l’environnement de manœuvre à travers un maillage réel du territoire par les unités spécialisées.

L’édition 2018, du Touraco a renforcé les capacités des pilotes et des équipages de l’Armée de l’Air française pour réaliser des opérations d’urgence telles que l’atterrissage et le décollage opérationnel sur des pistes peu entretenues, le largage de troupes et de matériels et le contrôle de sites aéroportuaires.

Côté ivoirien, l’exercice a renforcé les soldats issus des Fusiliers Commandos de l’Air (FUSCOA), les Fusiliers Marins Commandos (FUMACO) du 1er Bataillon de Commandos et de Parachutistes (1er BCP) et des Forces Spéciales (FS).

Le résultat recherché de cette opération est l’interopérabilité entre les composantes des forces ivoiriennes d’une part et entre elles et les forces françaises d’autre part.

Cinq villes ont été identifiées pour abriter certains aspects du scénario. Il s’agit de Yamoussoukro et Assinie pour le largage, Grand-Bereby, Gagnoa, et Sassandra pour la posée d’assaut.

Il faut noter enfin que cette opération en terre ivoirienne intervient à quelques jours de l’acquisition par les Forces Armées de Côte d’Ivoire d’un avion de transport tactique de type Casa dédié au transport de troupes.

Wassimagnon, Abidjan
Koaci

PARTAGER