Concert-rap: Soprano en Ré majeur à Abidjan, le 2 décembre !

1670

[ Publié / Modifié il y a

Pour le show-maker Angelo Kabila, il importait pour la structure à laquelle il appartient, de demeurer dans la droite ligne des concerts d’anthologie offerts ces dernières années, de proposer un artiste de calibre international aux mélomanes ivoiriens, devenus de plus en plus exigeants.
Concert-rap: Soprano en Ré majeur à Abidjan, le 2 décembre !

Le label ivoirien, Canta Production, offre pour le top-départ de la célébration des fêtes de fin d’année, un show unique avec l’un des rappeurs franco-africains en vogue.

Presque cinq ans, jour pour jour, après son concert au Palais de la culture en décembre 2011, Soprano, le rappeur français aux textes d’une poésie et d’une prose savamment mêlés, sera à Abidjan en concert-live unique, le 2 décembre à partir de 17 heures, dans les jardins de l’Ivoire Golf-Club de la Riviera dans la commune de Cocody.

L’information a été livrée par le directeur du label évènementiel, Canta Production, Ange Gnadré alias Angelo Kabila, au cours d’un point-presse, le lundi 7 novembre 2016. C’est en tout cas, une grosse prise pour le repositionnement amorcé du showbiz ivoirien. Car, à maints égards, Soprano qui opère une halte dans une tournée mondiale pour faire plaisir aux Abidjanais, témoigne de ce que la capitale économique et culturelle ivoirienne est redevenue une plaque tournante.

A juste titre, l’artiste arrive avec un staff de 15 personnes, comprenant managers, danseurs, techniciens, choristes… pour un concert en Ré… majeur ! Pour qui connaît la débauche d’énergie qui, pour autant, n’altère pas la justesse vocale et la profondeur des textes de Soprano, l’émotion sera au rendez-vous du 2 décembre.

Pour le show-maker Angelo Kabila, il importait pour la structure à laquelle il appartient, de demeurer dans la droite ligne des concerts d’anthologie offerts ces dernières années, de proposer un artiste de calibre international aux mélomanes ivoiriens devenus de plus en plus exigeants. Et, en outre, parce que Soprano figurait en tête de liste des souhaits exprimés par un sondage mené sur le terrain, aussi bien abidjanais qu’ouest-africain.

Ainsi, après Maître Gims qui a connu un succès total en ce lieu de l’Ivoire Golf-Club qui s’érige comme le nouvel antre des musiques urbaines contemporaines et afro-mondiales, c’est à Soprano qu’il revient de rassembler la jeunesse ivoirienne et au-delà, pour entamer en toute beauté, la célébration des fêtes de fin d’année. D’autant plus que, en ce qui concerne Canta Production, l’année devrait être bouclée par le traditionnel Abidjan By Night Festival avec d’autres grosses pointures du showbiz ivoirien et international.

« Le diable ne s’habille plus en Prada… »

Quant à Soprano, il importe de signaler que son nouvel album « L’Everest », dans lequel il affirme avoir l’impression de « Marcher sur l’eau » ou de « Planer », dans certains couplets, s’annonce, à peine sorti en octobre dernier, comme un des tops des hits de la saison en cours. D’autant plus qu’en prélude à la sortie de ce 5e album de ce fils aîné d’une fratrie de 5 enfants, le single « Le diable ne s’habille plus en Prada », dévoilé en juin, est déjà un… tube ! A coup sûr, l’artiste semble venir en « territoire conquis » à Abidjan.

Soprano, de son vrai nom Saïd M’Roumbaba, né le 14 janvier 1979, à Marseille dans le sud de la France, est un rappeur, chanteur et compositeur français d’origine comorienne. Il débute dans le rap avec le groupe Psy 4 de la rime dans les années 1990. Il se lance dans des projets solos et sort un premier album en 2007, « Puisqu’il faut vivre ».

Nommé comme lauréat, des Victoires de la musique, des Nrj et Mtv Music Awards, ou encore des Trophées afro-caribéens et des Trace Urban Awards, entre 2008 et 2016, c’est donc à bon escient que le groupe Trace est le partenaire médiatique et co-organisateur de ce concert. Un ballon d’essai avec les organisateurs et sur le continent qui augure des lendemains qui chantent. Et, par ailleurs, une aubaine de visibilité pour les artistes ivoiriens qui joueront en première partie de ce concert.

Certes rappeur au flow unique et à la diction sui generis, parmi ses influences, Soprano cite notamment Michael Jackson, Daniel Balavoine, Kanye West, Jay-Z, Lil Wayne, Eminem ainsi que les New-yorkais Mobb Deep. Dans une chanson, il évoque le Mc blanc de Détroit, Eminem, celui de New York, Nas et l’autre de Los Angeles, Dr. Dre comme des influences. Le Marseillais apprécie également la world music, entre autres, le couple de musiciens maliens Amadou et Mariam et, un tantinet reggaephile, l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly.

De ce fait, il est également inspiré par Le Rat Luciano, le Jamaïcain de Londres ou plus généralement la Fonky Family ainsi que par Keny Arkana. Le rappeur dit appartenir à « l’école de IAM », le mythique groupe de rap phocéen mais assume vouloir « casser les clichés que les gens ont du rap en général: vulgarité, négativité, violence, ghettoïsation ».

REMI COULIBALY
Fratmat

PARTAGER