Après son agression à Paris, Kim Kardashian a quitté la France

1202

[ Publié / Modifié il y a

La star de téléréalité a été victime d’une agression à main armée, cette nuit dans son hôtel particulier parisien. Deux téléphones portables et des bijoux lui ont été dérobés, pour une valeur de 9 millions d’euros.

Grosse frayeur pour Kim Kardashian. La star de la téléréalité américaine a été victime d’une attaque à main armée cette nuit aux alentours de 2h30 dans l’hôtel particulier du 8e arrondissement qu’elle occupait à Paris. Une attaque commise par des faux policiers, dont un muni d’une arme de poing.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur le vol dont a été victime la star américaine. Ce lundi matin, Kim Kardashian a été entendue par les enquêteurs et a porté plainte avant de quitter la France. “Elle a décollé de l’aéroport du Bourget tôt lundi matin”, a expliqué l’une de ces sources à l’AFP, sans préciser la destination.

Sonnée, mais indemne

La businesswoman était à Paris pour la Fashion Week lorsque l’agression s’est produite. “Cinq hommes armés et masqués” ont fait irruption dans sa chambre et l’ont tenue en joue, a expliqué sa porte-parole.

Selon nos informations, les malfaiteurs ont réussi à entrer en menottant le veilleur de nuit qui, sous la menace de l’arme, a été contraint d’ouvrir la porte donnant accès aux appartements occupés par Kim Kardashian. Ils ont ensuite entravé cette dernière, l’ont attachée puis l’ont enfermée dans la salle de bain avant de lui dérober deux téléphones portables et des bijoux. Le montant du préjudice est évalué à 9 millions d’euros.

“Elle est vraiment très sonnée, mais elle est indemne”, a déclaré la porte-parole de la star. D’après le magazine People, ses enfants North (3 ans) et Saint (9 mois) n’étaient pas avec elle.

Au même moment, à New York, Kanye West chantait depuis une heure au festival The Meadows lorsqu’il a lancé au public “désolé, le concert est fini”, avant de s’éclipser. Un responsable du festival a ensuite expliqué que le chanteur était parti en raison d’une “urgence familiale”.

PARTAGER