Garde républicaine de Yamoussoukro: Niangui Loba aux commandes

1561

[ Publié / Modifié il y a

Signalons que le chef de bataillon Niangui Loba est le 17ème commandant de la Garde républicaine de Yamoussoukro. Il remplace à ce poste le commandant Sidibet Samba, admis à faire valoir ses droits à la retraite.
Garde républicaine de Yamoussoukro: Niangui Loba aux commandes

Le groupement n°2 de la Garde républicaine a un nouveau commandant. Il s’agit du chef de bataillon Niangui Loba Joël. Il a officiellement pris fonction le 14 mars, en présence du chef d’État-major particulier du Président de la République, le général de division Diomandé Vagondo, du lieutenant-colonel Issiaka Ouattara, commandant de la Garde républicaine, du lieutenant-colonel Hervé Touré Armand-Pélikan, commandant du 3ème Bataillon d’infanterie de Bouaké. A noter aussi les présences des autorités administratives et coutumières de la capitale politique et administrative ainsi que les représentants des organisations de la société civile.

« Officiers, sous-officiers, hommes du rang, de part le Président de la République, vous reconnaîtrez désormais pour chef, le chef de bataillon Niangui Loba Joël Omer ici présent. Vous lui obéirez en tout ce qu’il vous commandera pour le bien du service, l’exécution des règlements militaires, l’observation des lois, le succès des armes de la Côte d’Ivoire ». C’est par cette formule sacramentale, suivie de la remise du fanion du Groupement n°2 que le premier responsable de la Garde républicaine, Issiaka Ouattara, a officialisé la prise de commandement du tout nouveau commandant.

Avant de laisser la place au général de division Diomandé Vagondo, représentant du chef d’État-major général des armées pour les conseils d’usage. « Mon colonel, vous héritez d’une machine qui est très importante. La Garde républicaine, la sécurité présidentielle constituent le dernier rempart qui doit rester infranchissable. Il ne s’agit pas de la maintenir infranchissable sur le plan physique seulement, mais, il s’agit aussi d’en faire le modèle de l’armée dont rêve le Président Alassane Ouattara dans la continuité de ce que le Président Houphouët-Boigny, paix à son âme, nous a laissé», s’est-il adressé au nouveau commandant.

Puis, se tournant vers ses subalternes, il rappellera qu’« assurer la sécurité du premier citoyen dans un pays, n’est pas donné à tout le monde. C’est une mission qui se mérite, qui s’accomplit au quotidien. Elle doit être assumée avec le plus grand sérieux». Sans oublier de les féliciter pour l’attitude exemplaire qu’ils ont eue lorsque des militaires en formation à Zambakro ont adhéré à la mutinerie qui a eu lieu sur tout l’ensemble du territoire.

«L’attitude que le groupement 2 a eue au cours des incidents malheureux, est à saluer. Le groupement 2 est resté digne, conforme à sa mission, a montré l’image que n’importe quel citoyen attend d’une armée digne de ce nom. Par son attitude, il a donné l’exemple à suivre. C’est pourquoi, je voudrais vous féliciter », s’est réjoui le général Vagondo. Non sans oublier des présenter des excuses à la population de Yamoussoukro pour les désagréments subis.

Signalons que le chef de bataillon Niangui Loba est le 17ème commandant de la Garde républicaine de Yamoussoukro. Il remplace à ce poste le commandant Sidibet Samba, admis à faire valoir ses droits à la retraite. Sous-lieutenant en 2003, il s’est forgé au 2ème Bataillon d’infanterie de Daloa comme chef de section, puis commandant dudit bataillon à partir de 2008, où il devient capitaine.

En 2011, il a été affecté à la Garde républicaine comme officier adjoint du groupement n°1 de Treichville. Après des cours de capitaine à l’École royale d’infanterie de Benguerir au Maroc en 2013, il est nommé commandant le 1er janvier 2014 et muté en octobre 2015 au groupement n°2 de Yamoussoukro comme officier adjoint.

Depuis le 5 janvier 2017, il est nommé commandant par intérim avant d’être confirmé au poste actuel le 23 février 2017. Niangui Loba est âgé de 40 ans. Il est marié et père de deux enfants. Il parle le français, l’anglais et l’allemand. Enfant de troupe de l’École militaire préparatoire technique de Bingerville (Empt), il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur des techniques commerciales, option finances. Il est issu de la 34ème promotion des élèves officiers de l’École des forces armées (Efa), promotion « Réconciliation » 2001-2003.

KOFFI KOUAME
Agence de Yamoussoukro

Fratmat

PARTAGER