Les Bleus réussissent un festival contre l'Islande (5-2) et rejoignent l'Allemagne en demi-finale
© ()- Si, avant la rencontre, les Bleus n’osaient trop se réjouir d’avoir hérité de l’Islande, ils ont vite montré leur supériorité face à une formation limitée

| Euro 2016 | L'équipe-04/07/2016

L'équipe de France a survolé son quart de finale contre l'Islande (5-2) dimanche au Stade de France. Elle affrontera l'Allemagne jeudi (21h00) à Marseille pour une place en finale.


eux buts en vingt minutes, 4-0 à la pause : l'équipe de France a assommé l'Islande, dimanche en quarts de finale de l'Euro. Dans un Stade de France rincé par une pluie battante mais conquis, les Bleus se sont finalement imposés 5-2 avec un doublé d'Olivier Giroud. Ils joueront leur place en finale contre les champions du monde allemands, jeudi à Marseille (21h00).

Le film du match Si, avant la rencontre, les Bleus n’osaient trop se réjouir d’avoir hérité de l’Islande, ils ont vite montré leur supériorité face à une formation limitée, grâce notamment à une première période de haut vol . Sans tergiverser, les joueurs de Didier Deschamps ont enfin réussi leur entame en créant rapidement de grosses différences. Sur les deux premiers buts français - une frappe d’Olivier Giroud (12e) après une ouverture de Matuidi, et une tête de Paul Pogba sur corner (20e) -, les Islandais ont été surpris sur leurs points forts : les longs ballons et le jeu aérien. C’est ensuite la technique tricolore qui a parlé, avec un bel enchaînement conclu par Dimitri Payet (43e) et une percée plein champ d’Antoine Griezmann (45e).

Dès lors, le match a changé en profondeur. Même s’ils ont à nouveau marqué, par Giroud sur un coup franc de Payet (59e), les Bleus se sont un peu relâchés et ont encaissé leurs deux premiers buts dans le jeu, par Sigthorsson (56e) et Bjarnasson (84e), laissant entrevoir une défense encore fragile, malgré la première sélection globalement satisfaisante de Samuel Umtiti. Nouvelle meilleure attaque du tournoi (11 buts), l’équipe de France a proposé du spectacle et retrouvé une vraie autorité. Elle peut continuer à rêver.

Le joueur : Antoine Griezmann sait tout faire

Après son doublé éclair contre l’Irlande (2-1), Antoine Griezmann a encore porté son équipe offensivement dans ce quart de finale. Replacé dans l’axe en soutien d’Olivier Giroud, en partie libéré de ses tâches défensives et dans sa position favorite, l’attaquant de l’Atlético de Madrid a montré toute l’étendue de ses qualités. Précis sur coups de pied arrêtés, comme sur ce corner frappé au deuxième poteau sur la tête de Pogba (20e), mais aussi altruiste comme sur cette petite remise pour Payet (43e) et enfin adroit devant le but, comme sur ce merveilleux ballon piqué en bout de course (45e), il a tout réussi ou presque en première période, avant de se faire plus discret. Nouveau meilleur buteur de la compétition, avec quatre réalisations, il semble assumer son statut de nouvelle star.

Le fait : enfin une entame réussie

C’était l’une des clés du match : les Bleus allaient-ils enfin réussir leur début de rencontre ? Vexés d’avoir été surpris si tôt par l’Irlande, après deux premières périodes déjà poussives contre la Roumanie et l’Albanie, les Tricolores ont cette fois mis tous «les ingrédients» souhaités par Didier Deschamps, pour se faciliter la tâche. De l’agressivité et des duels gagnés leur ont permis de vite mener 2-0, sur leurs deux premières occasions. Généreux, créatifs et efficaces, Payet et ses partenaires ont ensuite creusé l'écart juste avant la mi-temps, pour tuer tout suspense.

C'est la cinquième fois de son histoire que l'équipe de France se qualifie pour les demi-finales d'un Championnat d'Europe (après 1960, 1984, 1996 et 2000), pour deux victoires à la clé (1984 et 2000). Hugues SIONIS, au Stade de France




          
Lus / Vus


Réaction
 

Annonce
 
 
&
Copyright © Ivorian.Net - Presse et Portail d'Informations Générales-2002